Il y a 15 ans, France-Algérie.

06
octobre
2016

Auteur :

Catégorie : Équipe de France

zidane-france-algerie

L’Equipe de France disputera demain son deuxième match qualificatif pour la Coupe du Monde 2018, au Stade de France, face à la Bulgarie. L’occasion pour les médias français d’ouvrir la boîte à souvenir et de débattre à nouveau sur une défaite trop célèbre. Mais on devrait s’en foutre de cette défaite et des réactions de Gérard Houiller d’il y a 23 ans. Le samedi 6 octobre 2001, il y a 15 ans jour pour jour, rappelle un autre souvenir. Ce jour-là, au Stade de France, a lieu France-Algérie, un match tristement célèbre mais dont les souvenirs et les questions qui en découlent sont bien plus importantes qu’une non-qualification pour une Coupe du Monde.

En 2001, l’Equipe de France vit ses plus grands succès et est alors championne du Monde et d’Europe en titre. Les victoires de l’équipe portée par Laurent Blanc, Lilian Thuram et Zinédine Zidane sont le symbole d’une France Black-Blanc-Beur, unis derrière son équipe de football. Une idée fait alors son chemin dans la tête de politiques décidément toujours bien inspirés, organiser un match amical France-Algérie au Stade de France. La rencontre qui a été pensé et voulue pour rapprocher deux peuples vire au fiasco. Avant même la rencontre, des doutes sur le bon déroulé du match sont présents. Ça n’a pas manqué. La Marseillaise est conspuée, l’Equipe de France mène 4-1 face à une équipe d’Algérie dépassée, le terrain est envahi par des centaines d’algériens et le match sera donc arrêté à la 76ème minute par l’arbitre. Quelles sont les raisons de ces débordements ? Sont-ils dus à de la bêtise ou est-ce un acte politique ?

Politiques et Renseignements Généraux.

Une semaine avant le match, des débordements lors de la rencontre étaient redoutés. Aucun politique ne voulait être responsable de l’annulation du match et une enquête des renseignements généraux du 12 septembre 2001 est alors jetée à la poubelle. Cette note des RG de Seine-Saint-Denis explique pourtant ce à quoi pourrait ressembler cette rencontre avec des termes prémonitoires. Elle annonce que La Marseillaise pourrait être sifflée, des doutes sont également abordés par cette note sur les stadiers présents sur ce match. La société S3G fait appel à 800 stadiers auquel elle en ajoute 400 recrutés en Seine-Saint-Denis spécialement pour le match. Ces stadiers auraient-ils laissé passer leurs amis des cités voisines ? Interrogé, Pascal Simonin, alors directeur du consortium du Stade de France, déclare que «le Stade de France vit intégré dans son environnement. Je crains qu’avec un service d’ordre composé de policiers ou de grands blonds aux yeux bleus les choses auraient été bien plus graves». La veille du match, une nouvelle note des RG explique que le terrain pourrait être envahi si le score était trop large au tableau d’affichage… Tout se passe donc comme prévu…

Interrogé par la police, les jeunes interpellés à la suite des débordements expliquent leur acte par la volonté de toucher Zidane, pourtant sorti du terrain 20 minutes auparavant. A la suite de ce match, certains essaient de simplifier cette manifestation de jeunes à l’extrême. Leur acte n’est pas irréfléchi mais bel et bien politique. Cet envahissement de terrain est le cri de jeunes de cités abandonné par les politiques et le match France-Algérie a servi de terrain d’expression à leur non-intégration. Présent sur la pelouse au moment où le terrain est envahi, Lilian Thuram prend alors un supporter algérien et instaure un dialogue : «Ce que tu fais, ce n’est pas bien ! Tu donnes une mauvaise image de toi aux racistes, les gens qui regardent la télé. Ils vont être bien contents d’avoir de quoi vous rabaisser. Est-ce que tu te rends compte de ce que tu es en train de faire ? » Les supporters expliquent d’abord vouloir voir leurs idoles ou passer à la télé mais ce n’est pas la vraie raison. Le soir du match, une ambiance particulière règne dans le stade. Un supporter algérien déclare que « les gens avaient la haine contre la France », et alors que les joueurs de l’Equipe de France enchaînaient les buts « les gens ont eu encore plus la haine et ils sont entrés sur la pelouse ». Interrogé sur le fondement de ce climat, il répond alors : « A cause des problèmes de racisme, des problèmes de la société, de l’intégration. On ne vit pas comme tout le monde. » Le morceau est lâché, les jeunes des cités ne se sentent pas intégrés dans la société, sont laissés à l’écart par les politiques, on ne leur laisse pas la possibilité de faire de longues études.

L’intégration et la nouvelle génération.

Ces débats, c’était il y a 15 ans maintenant. Les jeunes qui ont envahi le terrain fustigeaient un manque d’intégration dans la société française et voulaient faire bouger les choses. Un mois à peine avant ce match ont eu lieu les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Les débats et les discutions étaient alors exactement les mêmes qu’aujourd’hui. Rien à changer, pas même ce qui en parlent à la télé. Les jeunes à l’origine des débordements lors de France-Algérie étaient âgés de 17 à 30 ans. Ils ont donc entre 32 et 45 ans aujourd’hui. Certains ont fondé une famille en France mais les problèmes d’intégration pour leurs enfants n’ont pas changé, ils ont peut-être même empiré.

.

djorkaeff-france-algerie

.

Les mêmes mots qui ont qualifié les attentats de 2001 ont été utilisés pour qualifier ceux de novembre 2015, à Paris et au Stade de France. Les auteurs de ces attentats étaient en partie français et âgés de 20 à 31 ans. Les plus jeunes d’entre eux pourraient être des fils de supporters algériens du 6 octobre 2001. La radicalisation de ces jeunes français pose les mêmes questions sur leur intégration dans la société française, 15 ans après les débats autour de France-Algérie. Lilian Thuram, grand défenseur de la lutte contre le racisme et les discriminations, dira en 2008 « soit tu joues le rôle qu’on veut te donner, celui du jeune de banlieue, soit tu te considères comme un français à part entière et tu contribue à l’amélioration des choses. » Pour que la France Black-Blanc-Beur ne soit plus seulement un artifice.

Crédits photos : football.fr

Auteur : Dylan Houeix

Rédacteur Au Premier Poteau pour servir Edinson Cavani.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Équipe de France

Plus dans Équipe de France
pogba-nasri
Gomel : Plus qu’un détail

Ce mardi, les Bleus s'apprête à démarrer les éliminatoires de la Coupe du Monde 2018 en Biélorussie. Il y a...

Florent Gautreau (RMC SPORT) : “Le premier tour des Bleus a été trop poussif”

Éditorialiste sur RMC SPORT et BFM SPORT, chaînes du groupe SFR Média, Florent Gautreau a suivi de près le premier tour de l'équipe de...

La liste des 23 est tombée et APP est parti demander à quelques twittos, triés sur le volet, de nous donner leurs avis sur celle-ci.
APP a sondé twitter sur la liste des 23

Tous les deux ans, la France se découvre 60 millions de sélectionneurs qui ont tous la particularité d'avoir la bonne...

Fermer