Waldemar de toi

13
décembre
2016

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

waldemar-kita-president-fc-nantes

L’homme d’affaires polonais qui a repris le FC Nantes en 2007 enchaîne les mauvaises décisions depuis son arrivée. Entre le choix des joueurs, des entraîneurs et le conflit qui l’oppose à ses supporters, Waldemar Kita représente tout ce qu’il ne faut pas faire dans le football. Mais comment en est-il arrivé là ?

L’histoire de Waldemar démarre le 7 mai 1954 à Szczecin, en Pologne. Brillant à l’école, à défaut de l’être aujourd’hui dans le football, le petit Waldemar poursuit des études afin de devenir opticien. A 33 ans, il fonde la société Cornéal, qui deviendra le leader français dans la fabrication de lentilles de vue. Quel dommage qu’il ne les utilise pas pour voir dans quel état il a mis son club aujourd’hui…

C’est en 1998 que Waldemar Kita débarque dans le foot, non pas à Nantes mais au FC Lausanne-Sport. Il a bien tenté de racheter le FCN mais sa tentative de rachat a échoué, faute d’une surface financière suffisante. Propriétaire du club suisse jusqu’en 2001, Kita y gagne une coupe de Suisse et termine 2ème du championnat. Mais, durant sa présidence, pas moins de 50 transferts sont réalisés avant que Kita quitte le club. L’année suivante, le club fait faillite et repart de l’échelon régional.

La valse des entraineurs

Même pas échauder après sa première tentative suisse, le polonais revient à Nantes à l’été 2007 pour reprendre le club qui vient de descendre en Ligue 2 après 44 ans de Ligue 1. Sa surface financière, qui lui avait fait défaut la première fois, est cette fois suffisante, Kita ayant revendu sa société pour quelque 170 millions d’euros. Et comme à Lausanne, l’instabilité au sein de l’effectif et la valse des entraineurs sont incessantes. Fondé en 1943, le FC Nantes connaîtra jusqu’en 2007 seulement 19 entraineurs. Depuis 2007 et l’arrivée de Waldemar Kita, le club en a connu 12 ! La durée moyenne d’un coach sous Kita ne dépasse pas 1 an ! Remonté directement après la descente, le club n’en reste pas moins instable et le projet sans clarté. Kita est omniprésent au sein du club, il fait le recrutement et dirigerait même l’entrainement si on l’écoutait, lui qui possède d’ailleurs un diplôme d’entraineur. Le brave Waldemar semble être le premier visé dès que l’on parle de présidents de Ligue 1 gérant leur club n’importe comment, faisant l’équipe à la place du coach, recrutant des joueurs et entraineurs avec des salaires trop importants pour un club de cette dimension, j’en passe et des meilleures.

.

waldemar-kita-fc-nantes

.

Un bilan catastrophique

Cette saison encore, Kita fait du Kita, virant Der Zakarian qui faisait du bon travail et apportait un semblant de stabilité depuis 2012. Pour le remplacer, le président nantais engage le sanguin René Girard et, dès sa nomination, les doutes quant à la durée de l’entente entre deux fortes personnalités sont présents. Au petit jeu des estimations, la durée de vie de Girard ne dépassait pas l’année. Ce sera donc 6 mois… Remercié faute de résultats, le travail de Girard n’est pourtant pas à remettre en cause mais plutôt le recrutement toujours plus mauvais au sein du club. Après avoir trainé des boulets grassement payer comme Aristeguieta ou Sightorsson ces deux dernières saisons, le bon Kita nous a sorti une nouvelle perle cet été avec l’attaquant polonais Stepinski, 3 buts en Ligue 1.

Pour remplacer René Girard, Kita semble avoir trouvé une nouvelle pépite dont il a le secret, Sergio Conceiçao. Si on peut accorder le bénéfice du doute au niveau des qualités d’entraineur du portugais, ce qui se cache derrière sa nomination a de quoi laisser perplexe. Conceiçao fait partie du fond Doyen Sport et Waldemar Kita tente par cette nomination de faire rentrer Doyen au sein de son club, pour recruter des joueurs mais aussi sûrement en espérant une entrée du fond d’investissement dans le capital du club. Lorsque Vincent Labrune avait tenté un rapprochement avec Doyen, il avait mis le club dans une situation plus que compliqué avec le départ surprenant d’Imbula à Porto, l’arrivée de Doria, De Ceglie ou encore de Michel sur le banc. Pour les résultats que l’on connait. Si les intentions de Kita envers Doyen restent encore à prouver, sa gestion catastrophique du club depuis son arrivée à Nantes est un secret pour personne.

Le club est aujourd’hui 18ème de Ligue 1 avec une des équipes les plus faibles de ces dernières années, les supporters sont au bord de la crise de nerfs alors que Waldemar Kita n’en fait encore qu’à sa tête, ne se remettant jamais en questions, croyant connaitre le foot alors que toutes ses décisions prouvent le contraire. A quand la fin de la récréation ?

Auteur : Dylan Houeix

Rédacteur Au Premier Poteau pour servir Edinson Cavani.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
3-5-2-tactique
Le 3-5-2 pour les nuls

Cette saison, pas moins de la moitié des clubs de Ligue 1 se sont essayés à la défense à cinq....

nnates-toulouse
Le point ville de Jules Verne #3 : Dérive mortelle

. C’est finalement la défaite historique face à Lyon (0-6) qui a fait s’embraser le dispositif hautement inflammable qui s’est...

robert-beric-asse
Robert Beric, le Vert qui frustre

Recruté pour six millions d'Euros au Rapid de Vienne durant l'été 2015, Robert Beric est l'attaquant phare des Verts. Ces...

Fermer