Vahid, la Légende est de retour !

07
octobre
2018

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Vahid_Halilhodžić

32 ans, c’est le temps qu’il aura fallu à Vahid Halilhodzic pour revenir sur les lieux où il a connu ses performances sportives les plus abouties. En effet Waldemar Kita ayant décidé de mettre fin au contrat de Cardoso à la suite du mauvais début de saison des canaris (19ème après 8 journées), a choisi l’ancien joueur emblématique du FC Nantes pour tenter de rétablir la situation.

Celui qui est désormais connu sous le sobriquet de « coach Vahid », s’est illustré sur le banc au cours d’une longue carrière d’entraineur qui l’a vue coacher une quinzaine d’équipes, parmi lesquelles Lille, Rennes ou le PSG dans l’hexagone, mais également les sélections de Côte d’Ivoire ou du Japon. Débarqué de la tête de la sélection nippone le 9 avril 2018, avant même la coupe du monde en Russie, le bosnien se retrouvait en rupture de banc et a accepté la proposition du président nantais.

Vahid la légende

Pour les supporters historiques du FC Nantes cependant, il s’agira bien plus d’un nouvel entraineur, en effet Halilhodzic a été un joueur emblématique d’une époque dorée (1982-1986) pendant laquelle le club de Loire Atlantique trustait les trophées (champion 1983), mais surtout enchantait les amateurs de football avec un style léché qui demeure connu comme « jeu à la nantaise ». Vahid était celui qui terminait les actions orchestrées par le collectif canari, depuis les relances précises d’Henri Michel, jusqu’aux débordements de Baronchelli et d’Amisse, en passant par les accélérations du « brésilien » José Touré. Il serait cependant réducteur de ne considérer que le côté finisseur du natif de Jablanica, son élégance et sa technique sans faille lui permettaient de participer à l’élaboration d’actions en position plus reculée, quitte à se retrouver à point nommé pour les concrétiser. Également habile sur coups de pieds arrêtés, le bosnien aura inscrit 111 buts en 192 matches disputés avec les jaunes et verts, un ratio dont peu d’attaquants actuels peuvent s’enorgueillir.

Des débuts difficiles

Arrivé du Velez Mostar à l’été 1981, en provenance ce que l’on appelait alors la Yougoslavie, Vahid était précédé d’une flatteuse réputation en raison de ses performances en club (200 buts inscrits en 10 ans) et en sélection dont il était le fer de lance. Ayant atteint l’âge imposé de 28 ans et fait son service militaire, il pouvait quitter le sol natal pour tenter l’aventure hors des frontières, comme ses compatriotes de sa génération. Cependant les débuts dans le club nantais n’allaient pas être flamboyants, le longiligne (1m82) attaquant tardait à trouver ses marques dans un onze où les automatismes étaient instinctifs, entre des joueurs ensemble depuis longtemps, à l’image des cadres Bertrand-Demanes, Michel, Bossis, Rio, Tusseau, Amisse, Baronchelli,…qui avaient déjà été champions 5 ans plus tôt et vainqueurs de la coupe en 1979.

Installé à la place d’Eric Pecout, auréolé d’un triplé vainqueur en finale de coupe nationale, Halil’ ne parvenait pas à trouver le chemin des filets lors de cette saison initiale, seules 7 unités rempliront son maigre bilan, avec notamment une longue disette de 5 mois entre décembre et Mai, dont un doublé lors de l’ultime journée, inscrit face à Alain Giresse, gardien de fortune d’un onze bordelais démobilisé (6-0).

 

Vahid_Halilhodžić_FCNantes

 

Suaudeau et “jeu à la nantaise”

Bien que qualifié pour la coupe du monde 1982 avec son pays, Vahid était prêt à aller voir ailleurs, mais le changement d’entraineur allait opérer comme un déclic, le vieillissant Jean Vincent allait céder son poste à l’innovant Jean-Claude Suaudeau qui parvint à convaincre le brun yougoslave de rester sur les bords de la Loire. Ce fut, dès lors, les débuts d’une période faste pour le club et son attaquant, la saison 1982-1983 allait déboucher sur le gain du titre de champion de France, 27 buts étant inscrits par Halilhodzic, qui remportait également le titre individuel de meilleur buteur.

Seule une défaite (contre Paris 2-3), au cours d’un match mémorable en finale de coupe empêchait les canaris de réussir le doublé mais le style de jeu de Suaudeau avait conquis l’hexagone. Par la suite, malgré un exercice 83/84 décevant (6ème, éliminé au 1er tour de la C1), l’attaquant désormais vedette levait encore les bras à 20 reprises, dont 13 en championnat. L’apogée de vahid survint la saison suivante, avec 28 pions inscrits pour un nouveau trophée de meilleur scoreur, dont une série de 9 matches consécutifs avec au moins un but !

Le clap de fin

Agé de 33 ans, 1985-1986 serait la dernière du bosnien avec le maillot jaune, il s’illustra sur le plan européen avec un ¼ de finale de coupe UEFA perdu contre l’Inter de Milan, non sans avoir été à 1 but de réaliser l’exploit (3-0 à l’aller pour les transalpins), mais la grave blessure de Touré et le carton rouge de Derzakarian seraient fatals. Auteur tout de même de 20 nouveaux buts en championnat, Hallilhodzic pouvait tirer sa révérence et partir à Paris pour un dernier challenge avant d’entamer sa carrière d’entraineur qui le voit revenir sur les lieux de ses prouesses.

Crédits photos actu.fr & G. Zewest

Auteur : Gilmon

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
Rudi-Garcia
OM : Rudi can’t fail

À Marseille, le froid du mistral automnal balaie bien vite les rêves torrides de l’été. A l’OM, les espoirs nés...

payet
Payet : Le roi sans couronne

Dimanche soir, 73ème minute d’OM-Guingamp, sur un ballon renvoyé par Sorbon, le défenseur breton, Dimitri Payet, à une vingtaine de...

OM-Equipe
OM : L’amour du risque

Marseille, son soleil, sa mixité, son effervescence, sa démesure, sa ferveur. L’OM est un club à l’image de sa ville,...

Fermer