Une sanction bénéfique pour l’Atletico

09
juin
2017

Auteur :

Catégorie : Europe / Mercato

griezmann

Mercredi 1er juin 2017. La décision tombe. Après des mois de palabres et de recours, la décision définitive du Tribunal Arbitral du Sport espagnol est limpide : l’Atletico Madrid ne pourra pas recruter durant le mercato d’été qui vient, du 9 juin au 31 août 2017. Pour bon nombre d’observateurs du club madrilène, cette sanction est un coup dur manifeste qui obstrue sévèrement les rêves de grandeur du 3ème de la dernière Liga. Cela étant, il serait bien trop simpliste de raisonner ainsi, car ce point de vue univoque apparaît bien vite falsifié par divers éléments que nous allons détailler à présent.

Le privilège de la stabilité

En effet, cette sanction du TAS semble garantir aux Colchoneros une stabilité inhabituelle dans un football professionnel financiarisé, gangrené par des agents aussi cupides qu’omnipotents, où les ventes de joueurs dépassent chaque année les records établis auparavant. Dès lors, garder  la totalité de ses titulaires d’une année sur l’autre apparaît comme un luxe que seul les plus grands clubs peuvent se permettre.

 

koke

-Koke va pouvoir sécher ses larmes-

La meilleure illustration de cette frénésie mercantile, impactant directement le finaliste malheureux de la Ligue des Champions 2016, me semble être la situation d’Antoine Griezmann au cours du mois de mai dernier. Alors que la saison de Liga venait de refermer ses portes, les médias européens n’ont cessé de relayer les rumeurs envoyant le chouchou du Vincente-Calderón du coté de Manchester United. Visiblement enivré par ces rumeurs persistantes, Antoine Griezmann a cru bon d’y apporter sa contribution personnelle en affirmant devant les yeux ébahis de Yann Barthès qu’il y avait “6 chances sur 10” qu’il rejoigne les ouailles de José Mourinho.

Alors que ce “feuilleton Griezmann” battait son plein, la décision du TAS est venue mettre fin à toutes les spéculations. Bien que rien n’empêche l’attaquant star des Bleus de rejoindre Manchester, l’impossibilité des dirigeants madrilènes à recruter un remplaçant à leur vedette semble entraver les ambitions anglo-saxonnes de “Grizou”. De fait, cet exemple illustre idéalement le bénéfice que l’Atletico peut tirer de cette situation handicapante au premier abord. Effectivement, il est préférable pour les Colchoneros de garder leur buteur français plutôt que d’aller chercher un Lacazette qui, malgré des qualités indéniables, pourrait mettre du temps à s’acclimater à son nouvel environnement.

En outre l’Atletico Madrid possède un onze type équilibré, sûr de ses forces et façonné par une colonne vertébrale Oblak-Godin-Gabi-Griezmann qui s’entend à merveille. Dès lors, la stabilité que semble engendrer la sanction du TAS apparaît comme un luxe non négligeable dans une période de mercato qui s’avère parfois être un cadeau empoisonné fort déstabilisant.

 

Un recrutement de circonstance

Cela étant dit, d’aucuns me diront que malgré un onze type solide, l’Atletico ne possède pas un banc d’aussi bonne qualité, et que, par conséquent, il aurait été bien plus avantageux de pouvoir remédier à cette carence cet été. Il est vrai. Cependant, les Colchoneros ne seront pas totalement privés de renfort cet été. D’une part, de nombreux joueurs, prêtés cette saison vont faire leur retour dans l’effectif madrilène. En effet, dès cet été le polyvalent latéral Javier Manquillo (en provenance de Sunderland), les prometteurs argentins, Vietto (Attaquant, ex-Séville), Kranevitter (Milieu, ex-Séville) ainsi que les jeunes attaquants Diego Jota (ex-Porto), Santos Borré (ex-Villareal) et Amath Diedhiou (ex-Tenerife) seront susceptibles d’intégrés l’effectif de Diego Simeone.

 

augusto fernandez

-Augusto Fernandez reprend le chemin du terrain-

Bien que juvéniles et par conséquent inexpérimentés, ces jeunes talents pourraient parfaitement correspondre au rôle de doublure de qualité qui fait tant défaut dans le sud de la capitale espagnole. De plus, la vente de Théo Hernandez, annoncé comme le futur de l’équipe de France au poste de latéral gauche, aux ennemis madrilènes du Nord, ne semble pas irrémédiable, même si l’on imagine assez mal le jeune prodige renoncer aux appels du pied des vainqueurs des deux dernières éditions de la Ligue des Champions.

En outre, les recrues de la saison passée, et particulièrement Nicolas Gaitan et Augusto Fernandez, pourront eux aussi apporter des qualités qu’ils n’ont pas sues – pour l’ancien ailier du Benfica, en raison de performances bien en dessous des espérances que son arrivée avait suscitées – ou pas put – pour l’ancien milieu du Celta Vigo, en raison d’une blessure qui lui a gâché la saison –  démontrer jusqu’à maintenant.

 

metropolitano

-Le Wanda Métropolitano-

 

Ainsi, je ne cherche pas à dire, par le truchement de cet article, que la sanction du TAS est un cadeau du ciel pour les dirigeants madrilènes, mais il ne me semble pas stupide de voir dans cette sanction une opportunité rare, permettant aux Cholchoneros de stabiliser leur effectif tout en injectant un peu de sang neuf dans ce dernier par le biais des jeunes talents revenant de prêt ou en misant sur une saison plus accomplie de la part des recrues de l’an dernier qui n’ont pas su prendre leur marque rapidement, renforçant l’argumentaire quant au bénéfice d’un effectif stable et pérenne connaissant l’atmosphère du club. Quant aux sceptiques en quête de nouveauté, ils se feront une joie de découvrir que l’Atletico inaugurera en début de saison, un nouvel écrin : le Wanda Métropolitano.

 

Crédits photos : compte twitter @atleti_france

 

Auteur : Evan Risch

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Plus dans Europe, Mercato
arsene wenger
La croisade d’Arsène Wenger

Stan Kroenke et le conseil d'administration du club ont décidé de continuer à faire confiance à Arsène Wenger. Après une...

Entraineurs_Italiens
Italien ou tacticien

Fort de leur succès dans les plus grands championnats européens, les coachs italiens ont une nouvelle fois prouvé toute leur...

Carrasso
Gardiens : une nouvelle politique à Bordeaux

2009-2017. Tels sont les bornes chronologiques de l'histoire de Cédric Carrasso aux Girondins de Bordeaux. Huit années marquées par des...

Fermer