Un Week-end en Ligue 1 (4/38)

03
septembre
2012

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

lille-psg

Cette 4e journée a été marquée par le choc entre Lille et Paris, la confirmation marseillaise, la fin de série de Bastia ou encore la déroute des nancéens. 32 buts ont été inscrits, pas mal de cartons furent distribués et le suspense était au rendez-vous, bref on ne s’est pas ennuyé ce week-end.

On commence avec Marseille, qui réalise son meilleur début de saison depuis 1932 (oui, oui). Quatre victoires pour autant de matchs, les hommes d’Elie Baup affolent les compteurs. Et ce n’est pas une faible équipe de Rennes qui est venu contrecarrer les plans de l’OM (3-1). À noter un très beau but de Gignac, son troisième. Celui que l’on avait enterré trop vite semble bien parti pour effectuer une saison de haut vol, à l’image de cette volée à 25 mètres du but. Le signe d’un attaquant en confiance. Et à qui tout réussit. Fin de série à Furiani, où les Bastiais ont pris une correction contre une très séduisante équipe de Saint-Étienne (0-3). Une série d’invincibilité à domicile qui durait depuis près de 42 matchs. Une parenthèse enchantée qui n’aura pas fait long feu en Ligue 1…

Autre victoire à l’extérieur, celle du champion montpelliérain qui retrouve le goût du succès. Une victoire acquise au finish à Sochaux et qui lance enfin la saison des hommes de René Girard (1-3). Mais qui enfonce l’équipe d’Éric Hély à la dernière place, et un compteur point qui reste bloqué à zéro.« On a le niveau Ligue 2 »soupirait Sébastien Roudet à la sortie du match, ça sent le sapin dans le Doubs.. Le PSG aussi a connu sa première victoire cette saison. Après trois matchs nuls, les hommes d’Ancelotti ont disposé de Lille grâce à un doublé d’Ibrahimovic (1-2). Un but après 28 secondes et un autre vingt-minute plus tard, le géant Suédois, désormais meilleur buteur avec quatre réalisations, entraîne dans son sillage un Paris Galactique, enfin conquérant.

Autre cador à avoir brillé ce week-end, Lyon qui s’est imposé contre Valenciennes (3-2). Et c’est encore Bastos qui a brillé avec une égalisation qui poussera surement le club à le conserver. Pour les buteurs, on retrouve l’inamovible Gomis (sp) et la première réalisation en pro de Clément Grenier. En bref, Ajaccio a battu Evian grâce à des buts de Medjani (20e) et Cavalli (42e), et gagne enfin à domicile. Lorient inflige une rouste face à de faiblards nancéiens (3-0). Et dire que l’addition aurait pu être plus salée si Traoré n’avait pas manqué un pénalty. En tout cas, l’excuse du synthétique ne tiendra pas pour Nancy. Le Stade Brestois s’est imposé au finish face à Troyes (2-1). Une spécialité maison puisque c’est le deuxième succès des hommes de Chauvin dans le temps additionnel. Supporters cardiaques, s’abstenir.

Bordeaux a été tenu en échec par Nice (1-1) dans un match qui s’est débridé à la 85e. Le moment qu’a choisi Saivet pour marquer, mais Traoré égalisera dans la foulée avant que Delle ne sauve les Niçois d’une deuxième défaite. C’est sur ce même score que Toulouse et Reims se sont quittés au Stadium. Un point arraché par les locaux puisque Ben Yedder, qui inscrit par la même occasion son 3e but, égalisera à la 89e minute. Si au classement, Marseille fait un sans-faute, les totaux sont à prendre à la légère (4e journée oblige). Sauf Sochaux, et son zéro pointé.

Les prix Ligue 1 :

Le prix « orange » vient féliciter le staff nancéien pour sa lucidité après la déroute à Lorient (3-0) « On a été ridicule, mangé dans tous les compartiments du jeu »pestait Jacques Rousselot, le président. Un pessimisme que l’on retrouve chez l’entraîneur Jean Fernandez « C’est un naufrage collectif. Lorient nous a été supérieur ». Il faut rendre à Cesar ce qui appartient à Cesar…

Le prix « citron » revient à Elie Baup et Frederic Antonetti. Brouillés, pour on ne sait quelle raison, les deux entraîneurs n’ont pas respecté le protocole et la poignée de main habituelle n’a pas eu lieu. Pour le fair-play qu’on aime promouvoir à chaque journée, ce n’était pas au Vélodrome qu’on l’aurait trouvé.

Le prix « caramel » part du côté de Lorient cette semaine. Grâce à un coup franc, excentré sur le côté droit de la surface, aussi puissant que précis, Alain Traoré parachève le succès des Merlus face à des Merlus méconnaissables (3-0). Lui qui a l’habitude des débuts de saison canon (5 buts avec Auxerre l’an passé en 4 matchs), Traoré prouve aussi sa force de caractère puisqu’il avait expédié un pénalty sur le poteau, plus tôt dans le match (33e). Une belle manière de rectifier le coche.

Le prix « Gordon Banks » est attribué à Joris Delle pour une double parade sur Henrique, puis Saivet à la 95e minute du match fou qui opposait Bordeaux à Nice (1-1, score final). Deux interventions décisives qui permettent aux hommes de Claude Puel de prendre un point. Deux frappes à bout portant que pourront regretter les Bordelais…

Le prix “Kostadinov” est décerné à Geoffrey Dernis pour son but à la 94e minute du match Brest-Troyes. À 1-1, l’ex-Stephanois dribble deux adversaires et s’en va trouver la lucarne d’un Thuram-Ulien, impuissant. Un but venu récompenser l’abnégation de l’expérimenté milieu de terrain (32 ans). Aussi jouissif pour les Bretons que cruel pour les Troyens..

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
waldemar-kita
Kita, un quinquennat plus tard…

Dans les travées de la Beaujoire les soirs de matchs, un nom revient très souvent dans les discussions, Waldemar Kita....

marco-verratti-psg
Le PSG déjà sous pression

On les attendait en haut de l’affiche. Pourtant, après deux journées de championnat, les Parisiens font grise mine. Toujours en...

montpellier-anthony-mounier
Montpellier dans le dur

1 point en deux journées : on attendait mieux des Champions de France et le moins que l’on puisse dire,...

Fermer