Un dimanche en 5ème division

09
octobre
2012

Auteur :

Catégorie : Flash APP

foot-district

Un dimanche d’Octobre en Vendée. Rendez-vous à 11h15 au Café des Sports. Dure cette soirée hier soir, on était (encore) en boîte. La plupart de l’équipe arrive à l’heure, même bien avant, à 1€ la minute de retard, vaut mieux prévoir. Généralement, on arrive vers 10h45 – 11h au café, le temps de lire L’Equipe tout en regardant Téléfoot, accompagné par une boisson sans bulle. Pas mieux pour effacer dans l’organisme toute trace d’alcool de la veille. Mais alors que l’on s’oriente vers les voitures, Charles manque à l’appel. Tout le monde dégaine son téléphone portable et lui laisse des messages sur un répondeur qui va frôler l’overdose. Chacun imagine, plus ou moins sérieusement, une raison à son absence. Cuite sérieuse ? Réveil en panne ? Le coach nous dit de partir devant pendant que lui passe prendre notre coéquipier absent quand soudain Marc s’écrit : «Laisser tomber c’est l’ouverture de la chasse ce week-end, ne cherchez pas plus loin». Moche de quitter l’équipe. Elle aussi est en chasse, en chasse de points.

“13 km qui séparent nos deux bleds”

Je monte donc avec Marc et les gars de deux ans de plus, une sacrée bande de traînards ces gars-là, surtout Maxime, toujours le petit mot pour rigoler. Malgré les 13 kilomètres qui séparent nos deux bleds, certains vivent mal le voyage et préfèrent rouler les fenêtres ouvertes. A la vue du stade, on perçoit une lueur de désespoir. 10°C, un stade champêtre et trois bancs qui feront office de « tribune ». Sitôt passée la déception, on entre dans le vestiaire, il y a une odeur nauséabonde plus couramment connu sous le nom de « Pet de bringue », et Yann s’écrit : « Oh les mecs, c’est infecte qui est-ce qui se lâche comme ça ici ? », illico-presto on démasque le fautif. Ils sont 3 ou 4 sur le banc, serrés comme des sardines, car le vestiaire est trop petit, à se regarder mort de rire avec la main sur la bouche. Visiblement l’odeur vient d’eux.

Maxime relance tout de suite l’ambiance, (NDLR : notre défenseur qui n’arrête pas de parler) il raconte les détails de sa soirée dans notre bourgade. « Cette fille, comment elle était charmante … et puis Ludo qui vomit dans les chiottes, bien drôle … ». Mais la plupart des joueurs ne l’écoutent pas, ils bedassent sur les bancs, miroitent (sur) le sac des maillots avec l’espérance de tirer les bons maillots, à savoir le 12, le 13 et le 14. Car oui, commencer un match dans ces conditions, ce n’est même pas la peine. On rigolerait presque du foot pro où, à l’inverse, on est déçu d’être remplaçant. Le coach, dans son éternel jogging entre, nous passe une bonne soufflante pour nous réveilller et annonce la compo. Le moment de la compo est toujours celui le plus drôle. On a le droit au même panneau en carton depuis 1 an et demi, il y a des lettres et des mots dans tous les sens. On connaît le discours (qui est également le même depuis 1 an et demi), mais on aime bien ces moments-là. Ça nous permet de nous concentrer. Au vue de la compo, je suis 6. On peut se changer. Dans le calme le plus complet. On ne rigole pas quand le coach est là. Règle de base.

“5€ de plus dans la cagnotte …”

J’ai toujours le même rituel, j’enlève tous mes vêtements et je mets mon caleçon porte-bonheur. Avant, on regarde les caleçons de chacun, histoire de voir les nouveautés. Après, je mets mes protège-tibias, ma chaussette droite, puis ma chaussette gauche. Je bois un coup de Volvic … ça ne vous dit rien ? Je me mets dans la peau de Zizou … Avant de partir à l’échauffement, je mets toujours un coup de Saint-Bernard sur les cuisses histoire d’être bien dans ma tête. De l’autre côté du (petit) vestiaire, Yoann a oublié un protège-tibia (sa femme a du laver son sac dans la semaine). 5€ de plus dans la cagnotte, et un aller-retour à la maison pour chercher le protège manquant. Y’a quand même des lumières hein ? Venir jouer au football sans le matos nécessaire. Imaginez un joueur de boule sans son cochonnet.

7-2. Score final, encore une victoire pour les gentils. On se congratule, on se félicite, c’est pas tous les jours que Jean mets un triplé. Raison tout à fait honorable pour l’obliger à payer son coup non ? Après le match, le rituel c’est la bière dans les vestiaires. Samuel a apporté un pack de 24, il se fait chambrer. Cette bière-là est quand même la meilleure du week-end. Pendant ce temps, Patrice, le capitaine, passe avec sa cagnotte. 1€ la victoire, plus des suppléments pour les retardataires. On va encore se faire une belle bringue à la fin de saison. Penser à la fin, alors que le championnat ne fait que commencer, typique chez les joueurs seulement attirés par la fête. Le foot est un loisir, la bringue, un sport national. On ne traîne pas sous la douche, l’eau froide guette les derniers. Le temps de faire notre sandwich et de débriefer le match au bar, il est déjà 14h30. On a tous eu le droit à notre bière de match offert par le club qui nous a reçu. Il est 15h, l’heure de partir voir la 1ère et manger le pâté à la mi-temps.

Bref, un dimanche en 5ème division, c’est quand même la meilleure journée de la semaine.

PS : si toutefois vous n’avez pas encore découvert la page Facebook “Les phrases que l’on peut entendre au niveau district”, c’est un vrai bijou.

Auteur : Germain Butrot

Passionné par tout ce qui touche au football depuis son plus jeune âge, supporter ardu du beau jeu et du 4-3-3.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Flash APP

Plus dans Flash APP
Wendie Renard avec la Ligue des Champions
Wendie Renard absente un mois

La défenseur tricolore et joueuse de l'Olympique Lyonnais s'est blessée dimanche lors de la large victoire de l'Olympique Lyonnais sur...

Germain et Monaco ne profitent pas du faux pas d'Angers
Monaco n’en profite pas !

Monaco avait l'occasion de prendre seul la tête de la Ligue 2 ce soir face à Châteauroux en fermeture de...

Clément chantome est appelé pour la première fois en équipe de France
Chantôme remplace Diarra

Lassana Diarra ne rejouera pas tout de suite avec l'équipe de France. Le joueur du Anzhi Makhachkala (Russie) est en effet...

Fermer