The Rebels of Tijuana et football samba

12
avril
2019

Auteur :

Catégorie : L'art du football

The-Rebels-of-Tijuana

Constitué en 2008, The Rebels of Tijuana a déjà compté dans ses rang pas moins d’une quinzaine de musiciens. Alexis Kacimi, fondateur et membre éternel du groupe a accepté de revenir sur l’EP Brazil 70 sorti en 2017 par le groupe. Mais tout d’abord petit retour sur les dates clefs qui ont construit la discographie du groupe.

2009 : J’adore ce flic EP
2010 : Where did this trip go wrong ? LP
2011 : Un Foutu Hippie EP
2012 : La Bourgeoise LP
2013 : Mambo EP
2014 : Brazil 70 single
2016 : “3” LP
2017 : Brazil 70 EP
2018 : Rare vol.1 (2011-2016) LP
2018 : Asile LP

Au total avec pas loin de 300 concerts, ces dingues de musique ont trouvé leur place sur la scène indé-pop européenne. Place à Alexis Kacimi qui nous dévoile son amour pour la musique et le ballon rond.

The rebels of Tijuana, en plus d’être un nom à consonance résistante, posséderiez-vous un quelconque lien avec la ville de Tijuana ?

Non aucun, on a choisi ce nom par pure envie d’exotisme. Un nom à rallonge comme les groupes fin sixties de San Francisco.

Je vais peut-être paraître un brin en retard mais je voulais revenir sur votre EP Brazil 70. Comment s’est construit cet EP ?

Il s’est construit avec des morceaux enregistrés à différentes époques. Pampa apparaît sur l’album The Rebels of Tijuana, Vol3 (2016). La Chimère vient des sessions de notre deuxième album La Bourgeoise (2012) et Leipzig a été enregistré lors des sessions de l’album The Rebels of Tijuana, Vol3. Il y a du coup une face très pop et une face instrumentale plus baroque et Kraut. On aime bien cette culture de l’EP et de la face B et on trouvait que tout ça collait bien ensemble.

 

Brazil-EP

 

Il s’écoule trois ans entre la parution du titre ‘Brazil 70’ et la sortie de l’EP, comment avez-vous décidé de greffer les trois morceaux que sont Pampa, La Chimère et Leipzig au titre initial pour former cette création ?

On avait enregistré Brazil 70 en 2014 pour la Coupe du Monde. Le titre n’est sorti qu’en numérique et a commencé avec le temps à avoir un petit succès. En 2017 on s’est mis à le jouer en concert et on a eu beaucoup de bons retours. Le titre n’apparaissait sur aucun disque. On s’est dit que c’était le moment.

Le titre Brazil 70 fait forcément appelle à beaucoup de nostalgie. Quelles ont été vos motivations pour composer sur les champions du monde brésiliens ? Avez-vous visionné les matchs de la Seleção lors du mondial mexicain afin de trouver l’inspiration ?

Oui, c’est un peu l’équipe de rêve. Y en a-t-il eu une meilleure ? Le jeu lent, les passes. Si on analyse ces mecs ont joué au football avec une classe inouïe. Un peu les Beatles du foot. J’ai souvent regardé des extraits de matchs sur Youtube.

 

Carlos-Alberto-1970

 

Le Brésil de 1970 c’est l’apogée du ‘Foot-Samba’ où la beauté et l’efficacité se confondent. Quels sont tes plus beaux souvenirs liés au football ?

L’épopée Nantaise dans les 90’s, Auxerre en Coupe de l’UEFA dans les mêmes années, les années Lyon début 2000, parce que je vivais dans cette ville à ce moment-là. Bref des phénomènes d’une ou quelques saisons avec des matchs références, un peu de folie. Quand les petits gagnent. Le titre de Montpellier il y a quelques années en championnat, assez excitant beaucoup plus au final que la Champion’s League ou le suspens n’est pas trop là malgré les beaux matchs. La Coupe du Monde reste toujours un moment éclair ou tout est possible également.

Je trouve que malgré le son pop et mélodieux qui caractérise votre musique sur cet EP, on retrouve dans les deux premiers titres, que sont Brazil 70 et Pampa, la tonalité hypnotisante de la Bossa Nova. Quels ont été vos souhaits pour construire vos mélodies ?

On écoute tous beaucoup de musique, et la composition se fait un peu sans réfléchir. Beaucoup de pop, de ballades, de Badfinger au Tropicalia, il y en a des belles ! j’en cherche toujours et puis au moment de composer on réfléchit plus trop …

Vous pouvez nous expliquer les titres exclusivement instrumentaux que sont La Chimère et Leipzig ? Quelle place prennent-ils finalement dans l’EP ?

Une place de Face B. Pour nous La Face B est reine. J’achetais souvent à l’époque les maxi CD avec les singles et les faces B, des instrumentaux, des titres inédits. Quand on adore un artiste c’est ultra excitant. Avant internet, il y avait les pirates ou les EP pour découvrir ces titres. Je regorge de maxis de Paul Weller, Supergrass ou de groupes 90’s. Ça marchait à fond.

Les milieux du football et de la musique possèdent beaucoup de traits communs. Par exemple dans les deux cas les places pour accéder au professionnalisme sont chères, comment vivez-vous la forte concurrence dans la société musicale ?

Très bien, en fait on s’en tape un peu. On fait les choses sérieusement, on essaye de ne pas perdre d’argent. Mais l’art passe au-dessus dans le sens où on a des boulots à côté, on le fait à fond et la vie va très bien. Ce qui est important c’est d’avancer, d’avoir des satisfactions, de ne pas devenir aigri et tout faire pour maintenir le plaisir de jouer, d’enregistrer, de faire des concerts et de rencontrer des gens cool.

Pour continuer sur cette lancé, le football comme la musique ce sont des aventures qui se vivent collectivement. Est-ce que pour vous aussi lorsque le groupe travaille ensemble vous avez la sensation d’être plus fort ?

Oui c’est avant tout, en tout cas en ce qui me concerne, un truc d’équipe avec ses plaisirs et ses coups de chaud. Je ne vois pas le truc autrement.

Un grand merci à Alexis pour la transmission de ses passions.

Si vous souhaitez découvrir le label Le Pop Club fondé par le groupe ça se passe ici!

 

Crédits photos

Photo d’en-tête et image de la pochette de l’album Brazil 70, propriétés du groupe The Rebels of Tijuana

Photo d’Alberto Carlos lors de la Coupe du monde 1970 par OldFootballPhotos

Auteur : Leo Dellier

La passion a débuté au stade Léon Bollée, elle demeure intacte aujourd'hui.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie L'art du football

Plus dans L'art du football
Alberto-Mariani-PSG
Flip-flap de la culture foot #6

Vous allez apprécier ce sixième épisode du Flip-flap de la culture foot. Entre découverte photographique, investigation musicale et exploration de...

Croatie-Hao-Li
L’art du football selon Hao Li

Illustratrice et animatrice de talent basée à New York, l'artiste chinoise Hao Li a été diplômée à l'école des arts...

Football-Crest-Index-Calcio
Flip-flap de la culture foot #5

Retour inespéré du Flip-flap de la culture foot pour un épisode 5 préparé aux petits oignons. De la Belgique au...

Fermer