Thauvin, déjà une réussite?

15
novembre
2013

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Florian Thauvin, le "sale gosse" qui a défrayé la chronique tout l'été est peut être bien en train de réussir son pari. Retour sur ses premiers pas réussis à l'OM.

On connaissait tous son talent. On l’avait vu s’étaler sur les pelouses de Ligue 1 l’année dernière et de Turquie cet été. Son transfert rocambolesque l’a fait passer dans une autre dimension, celle où l’on est très attendu. Beaucoup le voyait se faire broyer par la pression qui va de pair avec les sommes dépensées inconsciemment. Pourtant alors que tout le bateau marseillais tangue, il garde le cap et continue à avancer. Il nous a déjà montré que quand il voulait quelque chose, il savait se montrer persuasif. Il commence à nous parler d’équipe de France…

Symbole du nouvel OM ?

Le problème de l’OM l’an dernier n’était pas très compliqué : on s’emmerdait à les voir jouer ! Il fallait y remédier et quoi de mieux pour ça que d’aller chercher le joueur surprise qui a ébloui les français par son culot et son talent. En plus de ça, il collait avec la NEP (Nouvelle Politique Economique) façon Labrune (« jeunes français à fort potentiel » ) nouvelle ligne officielle du parti.

Bon, ça c’était en théorie.

En pratique, ça aura été bien plus difficile. Le transfert tout d’abord, sur lequel, tout a déjà été dit. Ici, par exemple. Sur le terrain, ensuite, où arriver à Marseille à 20 ans avec une telle pression est tout sauf facile. Le gamin aurait pu se brûler les ailes. Aurait dû, a en écouter certains. Le scénario du feuilleton estival ayant, en sus, créé une énorme animosité à son égard. Il fallait qu’il réponde présent. Qui plus est, dans une équipe qui tomba  dans la crise rapidement après une succession de prestations d’eunuques face aux gros ! Ce qui n’était pas franchement prévu mais qu’à cela ne tienne ! Le bougre est en train de le faire et de par la même légitimer son transfert.

La brise du frisson de retour au Vélodrome

En effet, l’OM coule, et les habituels gilets de sauvetage semblent transpercés. Valbuena est fatigué, A.Ayew suspendu, Gignac puni et N’koulou en perte de vitesse. Sans parler du méchant Imbula, lui aussi, puni ou encore Payet, officiellement porté disparu. Bref, la seule valeur en hausse du porte-feuille « OM » se nomme Florian

Thauvin, ces jours-ci. 3 buts sur les 4 derniers matchs, de l’activité, des buts, des dribbles … Ce pour quoi il a été débauché finalement. Des pertes de balles aussi, nombreuses lors du dernier match contre Sochaux, mais prévisibles au regard de son jeu.Les statistiques sont une chose, le plaisir en est une autre. Le plaisir inconséquent, celui provoqué par un petit pont que votre joueur fait subir à son adversaire par exemple. Ces petites gâteries, le supporter marseillais en est privé depuis des années. Si l’équipe de Gerets jouait et celle de Deschamps gagnait, il faut par contre remonter à 2005 pour trouver trace d’un joueur remplissant ce rôle sur le boulevard Michelet. Hatem who ?

Non. France, Turquie, dribbleur, rapide, espoir français, transfert mouvementé, «agent» véreux (ou tonton) … vous ajoutez une balafre et enlevez les millions du transfert et vous obtenez le portrait robot du munichois désormais presque Ballon d’Or lors de son arrivée sur le vieux port.

Un joueur capable de tout à chaque prise de balle, une maîtresse excitante qui contraste avec la femme au foyer qui a bien fait son boulot l’an dernier mais qui vous aura fait plongé dans la crise de la quarantaine en même temps. Attention à ne pas aller trop vite en besogne, le môme est encore loin de réaliser la saison de malade mental de Ribéry en 2005/06. Ce que l’on aperçoit pour le moment ne sont que des prémices, des réminiscences. Mais s’il commence à enflammer le Vélodrome chaque semaine, il pourrait bien, à l’instar de Francky en 2006, rafler le dernier siège dans l’avion pour le Brésil. Enfin, si les bleus y vont ….

Les 15 millions dépensés n’étaient peut être pas les plus inutiles qu’ait dépensé Vince. (Hey, Saber, que tal ?) Malgré sa face de poupon, Thauvin ne semble effrayé par rien ni personne. La pression, il a appris à la gérer en accéléré et ça semble tenir. Talent et détermination, deux qualités indispensables pour enflammer le Vélodrome. Il va falloir confirmer, par contre et vite. Ça tombe bien, la vitesse est justement l’une de ses principales qualités. Il y a un an, il n’était qu’un espoir mineur faisant ses premiers pas en L1. Aujourd’hui, champion du monde des U20, il se présente déjà en argument offensif n°1 de l’équipe française la plus populaire. Qui sait où il en sera l’année prochaine ?

Auteur : Mourad Aerts

Joue en troubadour sur tout le front de l'attaque. Amoureux du foot et de ce qu'il représente partout dans le monde

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Comments are closed.

Plus dans Ligue 1
A l'instar du FC Nantes 4ème de Ligue 1, Papy Djilobodji réalise un début de saison fabuleux au sein de la défense des Canaris. Portrait du jeune sénégalais
Papy Djilobodji, comme un roc !

Forcément quand on vous parle du FC Nantes cette saison, vous pensez à Filip Djordjevic ou à Jordan Veretout. Sauf...

Comme chaque année, la LFP à dévoilé un nouveau ballon pour la Ligue 1 en collaboration avec Adidas. Il sera utilisé dès la 14ème journée.
Un nouveau ballon pour la Ligue 1

La Ligue 1 n'est en qu'à la 13ème journée et pourtant la LFP à dévoilée ce mardi la nouvelle version...

Ligue1. Malgré l'écart au classement, le derby reste la propriété de l'OL. Nantes n'en finit plus de surprendre. Le PSG se reprend après sa faute belge
Un week-end en Ligue 1, épisode 13: Chez les Verts, Lyon ne change pas ses habitudes

Malgré l'écart au classement, le derby reste la propriété de l'OL. Nantes n'en finit plus de surprendre. Le PSG se...

Fermer