La taxe à 75%, une excuse pour M6 ?

24
octobre
2013

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Déjà en difficulté en championnat et en Europa League, M6 a menacé de se désengager des Girondins de Bordeaux après le passage de la taxe à 75%

La soirée de dimanche a été rude pour les Girondins. Rejoint à la 91e minute alors qu’il menait 1-0 devant l’Olympique Lyonnais, le club a ensuite subit la menace de désengagement du président de M6, Nicolas de Tavernost.

A l’issue de la rencontre, l’actionnaire majoritaire du club bordelais a déclaré que «si les signaux négatifs envers le football devaient perdurer comme la taxe à 75%, notre investissement dans le football serait à reconsidérer», estimant que cette taxe coûterait 6 millions d’euros sur deux ans.

Bordeaux, 3ème déficit de la ligue 1 en 2012

Pourtant, la taxe à 75% adoptée la semaine dernière ne pourrait être qu’une excuse pour M6 de se désengager des Girondins. Il faut dire qu’investir dans le football équivaut à investir à perte, sans espoir de faire de bénéfices. Nicolas de Tavernost le souligne souvent

lorsque l’on critique le financement de M6 dans le football. En mai 2013, il avait déclaré dans une interview pour Sud Ouest : «Je rappelle que M6 a encore fait son devoir d’actionnaire en finançant un déficit supérieur à 10 millions d’euros pour permettre au club de maintenir son standing. Nous fournissons des efforts importants pour l’avenir en donnant des garanties, qui n’ont pas été faciles à prendre, pour le financement du nouveau stade ». Un stade qui devrait coûter pas moins de 165 millions d’euros…

Une situation de plus en plus intenable en raison des mauvaises performances des Girondins de Bordeaux cette saison, largués en championnat et ridicules en coupe d’Europe. D’autant que la situation de M6 n’est elle-même pas glorieuse. Le groupe a pâti du marché publicitaire «difficile», et a affiché un repli de sa rentabilité avec un chiffre d’affaire en baisse de 4,3% sur le premier trimestre 2013. La taxe à 75% et la perspective de devoir payer 6 millions d’euros supplémentaires rendent la situation de moins en moins supportable pour la chaîne française.

La vente des Girondins, une arlésienne

A l’époque de son achat en 1999, Bordeaux avait permis à M6 de s’installer dans le paysage footballistique hexagonal. Mais Nicolas de Tavernost a reconnu lors d’un entretien aux Echos en 2012 qu’elle n’en a plus besoin : «Au début, cela nous a beaucoup servi dans le milieu du foot. Aujourd’hui, c’est un peu moins important pour nous». Le président a également déclaré, avec l’enthousiasme qu’on lui connaît, que le sport était «un événement fédérateur dont on peut tout à fait se passer».

Un appel à la vente déjà tenté en 2006, quand le club était en grande difficulté sportive, pour 9 millions d’euros et qui n’avait rien donné. Une situation qui risque de se reproduire si M6 tente réellement de se désengager, tant les investisseurs sérieux manquent cruellement. Et ce n’est pas la taxe à 75% qui va attirer les acheteurs…

Auteur : Christophe.C GARNIER

Passionné de foot et spécialement fan de tout ce qui se fait outre-Manche depuis 10 ans.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Comments are closed.

Plus dans Ligue 1
Actuellement à un point du podium avant sa confrontation face au LOSC, le FCN cartonne en ce début de saison. Une bonne dynamique qui en surprend plus d'un.
FC Nantes, et si tout le monde s’était trompé ?

Vendredi soir, le FCN affronte Lille à La Beaujoire pour son onzième match de Ligue 1 cette saison. A la...

Tous juste promu, le FC Nantes réalise une excellente entame de championnat. De quoi rêver de Ligue des Champions ? Voilà 20 raisons d'y croire en tout cas.
Les 20 raisons pour lesquelles Nantes va jouer la LDC

A l’aube du grand retour des nantais dans l’élite du football français, les spécialistes étaient unanimes pour prédire à la...

Révélation du début de saison du FC Nantes en Ligue 1, Filip Djordjevic affole les compteurs. Portrait d'un joueur qui n'en finit plus d'épater.
Filip Djordjevic, l’aigle Serbe a (enfin) pris son envol

C'est l'une des révélations de ce début de saison. A 26 ans et pour sa seconde saison en L1 après...

Fermer