Surprises d’Europe à mi-saison

30
janvier
2013

Auteur :

Catégorie : Europe

Lille doit absolument s'imposer ce soir contre le Bayern Munich en LDC

La mi-saison vient d’être passée, le mois de janvier touche à sa fin et les premiers bilans de 2013 sont tirés. Force est de constater que chaque année apporte son lot de surprises sportives. Certains clubs impressionnent et étonnent les observateurs alors que d’autres ne tiennent pas leur rang et déçoivent. Spirales éphémères ou vrais changements dans les hiérarchies, aucun grand championnat européen n’échappe à ces surprises. Bonnes ou mauvaises, elles rappellent que l’imprévu est l’essence même du sport.

Allemagne 

– La bonne surprise : Incontestablement, l’Eintracht Francfort apparait comme le club que l’on n’attendait pas dans le haut de tableau de Bundesliga. Le promu dirigé par Armin Veh a réalisé un début de saison canon (cinq victoires ainsi qu’un nul lors des 6 premiers matchs) et pointe après 19 journées à la 4ème place, loin devant la lutte pour le maintien qui lui semblait promis. Pour preuve de leur forme exceptionnelle, la 2ème place au classement des buteurs de l’artificier maison Alexender Meier (12 buts en 19 matchs).

– Les mauvaises surprises : Tout va très vite dans le football. Habitué à proposer un football offensif et efficace porté par des joueurs offensifs de talent (Demba Ba, Ibisevic, etc.), Hoffenheim est à la peine cette saison. 17ème a déjà 8 points du 15ème, la plus petite agglomération n’ayant jamais eu un club en Bundesliga paye notamment ses résultats catastrophiques à l’extérieur (7 défaites en 9 matchs).

Au rayon des mauvaises pioches outre-Rhin, on peut également citer le Vfb Stuttgart et le Werder Brême qui végètent en milieu de tableau.

Angleterre

– Les bonnes surprises : Comment ne pas parler d’Everton. Même si le rival historique des Reds de Liverpool a terminé les deux dernières saisons à la 7ème place, la performance actuelle des Toffees est à souligner. 5ème à 3 points derrière Tottenham, les fans de Goodison Park se régalent cette année et espèrent voir leur club accrocher une qualification européenne.

L’autre inattendu de Premier League, c’est West Bromwich Albion. Porté par un trident offensif Lukaku – Long – Odemwingie auteur de 19 buts, les Baggies déjouent les pronostics en ne perdant que 3 de leurs 12 matchs à domicile. Avec 34 points au compteur après 23 journées soit autant que Liverpool, WBA peut aborder sereinement la 2ème partie de saison.

Seulement un point derrière, les Gallois de Swansea étonnent également outre-Atlantique. Mickael Laudrup a su inculquer une vraie philosophie de jeu aux « Cygnes » et cela se ressent sur le terrain. Michu, le buteur maison recruté au Rayo Vallecano l’été dernier explose littéralement cette année et compte déjà 13 buts inscrits à mi-saison.

– Les mauvaises surprises : Voir les Queen Park Rangers lutter pour le maintien n’est pas en soi une surprise. En revanche, constater que les hommes de Redknapp pointent à la dernière place et possèdent la plus mauvaise attaque peut surprendre. Surtout lorsque l’on observe attentivement certains noms sur les feuilles de matchs (Julio Cesar, Bosingwa, Fabio, Park-Ji-Sung, Wright-Phillips, Taraabt, etc.). Même si des noms n’ont jamais fait une équipe, le décalage entre le potentiel des Hoops et leurs prestations concrètes est énorme. Le mercato d’hiver marqué par le départ de Cissé et l’arrivée de Remy peut être un déclic pour QPR.

À un degré moindre, le bilan est également inquiétant pour Newcastle. Le club au fort accent français pointe en effet à la 16ème place avec seulement deux points d’avance sur le premier relégable. Les hommes d’Alan Pardew n’ont pas gagné en championnat depuis le 22 décembre et les rêves de qualification en Coupes d’Europe paraissent bien loin.

Espagne

– Les bonnes surprises : Les Colchoneros de l’Atlético Madrid sont habitués à briguer les places européennes en Liga et à garnir l’armoire à trophées (Ligue Europa 2010 et 2012). Cependant, à mi-championnat, les hommes de Simeone se trouvent devant le grand rival du Real, tenant du titre, et les Rojiblancos ne s’attendaient quand même pas à vivre une première moitié de saison aussi réussie. Notamment à domicile, où l’Atlético a remporté ses 11 matchs et fait de Vicente Calderon une forteresse imprenable, pour le plus grand plaisir des Indios qui vibrent au rythme des exploits de Falcao and co.

L’autre club-surprise en Liga est aussi un club du Grand Madrid. Le Rayo Vallecano de Paco Jemez a surpris tous les observateurs ibériques par ses résultats, mais aussi par le jeu proposé. En effet, non seulement le bilan comptable est plus qu’honorable (34 points en 21 matchs), mais on en s’ennuie pas au stade de Vallecas. Michu parti à Swansea, le Rayo a su renouveler son effectif pour jouer les trouble-fêtes en championnat et s’appuie maintenant sur Piti ou le tout jeune Leo Baptistao qui crèvent tous les deux l’écran.

– Les mauvaises surprises : Elles se comptent au nombre de trois à mi-saison. Tout d’abord le Deportivo La Corogne déçoit fortement ses supporters. Relégué à l’issue de la saison 2010/2011, le Depor remonte la saison suivante, mais éprouve depuis les pires difficultés depuis, en Liga. Lanterne rouge après 21 journées, les pensionnaires du Riazor devront se reprendre s’ils veulent sauver leur peau en première division. Notamment sur le plan défensif où le bilan est catastrophique (moyenne de plus de 2 buts encaissés par match).

Deux autres clubs garnissent les rangs des déceptions Espagnoles à mi-saison. Deux formations qui ont l’habitude de faire partie du haut de tableau et qui souffrent des mêmes maux : le FC Séville et l’Athletic Bilbao. Les Andalous et les Basques respectivement 11èmes et 13èmes de Liga, payent leur irrégularité chronique. Les Sévillans d’Unai Emery n’ont pas aligné deux victoires consécutives depuis septembre et sont actuellement relégués à 9 points du voisin honni, le Betis Seville, humiliation suprême. Quant aux Leones de Bilbao, ils ont bien du mal à se remettre des deux finales perdues en fin de saison dernière (Europa League et Coupe du Roi) et l’instabilité créée par les rapports houleux Bielsa-Llorente a plombé leur début de saison.

Italie

– La bonne surprise : Passée par les heures sombres du scandale dit du Caso Catani (rétrogradation administrative en Série B en 2003/2004)  la Fiorentina a bien débuté cette saison. 6ème à 7 points de  la troisième place, les hommes de Montella ont redonné de la fierté à leurs supporters grâce en partie à ses victoires sur la Lazio (2-0) ou encore le Milan AC (3-1). Même s’ils marquent quelque peu le pas en ce mois de janvier, le bilan de la Viola reste positif après 22 journées.

– La mauvaise surprise : Indiscutablement le club du fantasque préside Zamparini, Palerme. Sans la pénalité de 6 points infligée à Sienne avant le début de la saison, le club Palermitain pointerait à la dernière place de Série A. Dotée de la 2ème plus mauvaise attaque, Palerme ne retrouve plus le niveau de jeu qui lui a permis de bien figurer dans ce Calcio les saisons précédentes. Les Rose et Noir ont engrangé seulement 17 points en 22 matchs. Leur dernière victoire en championnat remonte au mois de novembre et les changements d’entraineur réguliers ne semblent pas pouvoir enrayer cette spirale négative.

France

– La bonne surprise : L’OGC Nice de Claude Puel. Pour leur dernière saison au stade du Ray (selon les prévisions) avant d’investir l’Allianz Rivieira, les Aiglons n’ont pas fait les choses à moitié. Plutôt habitué ces dernières saisons aux joutes du maintien, Nice surprend et se retrouve après 22 matchs à la 6ème place devant des clubs comme Lille ou encore Montpellier, le champion en titre. Dès son arrivée au club, Claude Puel a parlé d’un projet à long terme qui verrait les Niçois jouer le haut de tableau. Apparemment, le développement s’effectue plus vite que prévu et ce ne sont pas les supporters qui s’en plaindront.

– Les mauvaises surprises : La mauvaise pioche de Ligue 1 à mi-saison, c’est clairement l’AS Nancy Lorraine. En 2007/2008, le club au chardon terminait la saison à une très belle 4ème place de L1. 5 ans plus tard, les supporters se pincent tant la chute a été vertigineuse. Le club a bien du mal à vivre l’après-Correa. Lanterne rouge avec 2 victoires en 22 matchs, les hommes de Patrick Gabriel (successeur de Jean Fernandez) éprouvent beaucoup de difficultés notamment à l’extérieur où ils ont pris 4 points sur 30 possibles. La récente victoire aux dépens du FC Lorient a redonné un peu de baume au cœur des supporters Lorrains mais le club reste convalescent et devra batailler ferme pour sauver sa tête dans l’élite.

À un degré moindre, deux clubs surprennent par leurs résultats en deçà de leurs objectifs initiaux. Le champion en titre, Montpellier tout d’abord qui semble avoir du mal à digérer le titre de 2012. Les hommes de René Girard alternent le bon à domicile (seulement 2 défaites en 11 matchs) et le moins bon à l’extérieur. Inconstant, le MHSC de Loulou Nicollin devra retrouver sa rigueur passée pour s’extirper du ventre mou (9ème avec 32 points). Après avoir quitté la Ligue des Champions par la petite porte, la Paillade attend un réveil de ses hommes.

Le ventre mou de Ligue 1, un autre club ne s’attendait pas à s’y éterniser, il s’agit de Lille. Eux aussi usés par une phase de poules catastrophique en Ligue des Champions (1 victoire, 5 défaites), les Nordistes semblent payer les efforts consentis. 11èmes avec 30 points au compteur, les joueurs de Rudi Garcia, peut-être perturbés par le départ d’Éden Hazard peinent à mettre leur jeu en place. Au vu de son effectif, le LOSC a pourtant les cartes en main pour prétendre à une place plus en accord avec ses objectifs.

Portugal 

– La bonne surprise : Paços Ferreira. Ce club représente idéalement ce qu’on peut imaginer lorsque l’on parle de surprise sportive.  Créé en 1950, ce club du nord du Portugal se distingue par son fonctionnement unique: chaque direction nommée s’engage personnellement à rembourser les dettes si elles existent à la fin de leur mandat pour permettre aux successeurs de prendre la suite sur des bases saines. Une particularité dans le monde du football qui n’empêche pas le club d’être compétitif sportivement. En témoigne son classement après 16 journées : 4ème, 28 points et la 2ème meilleure défense du pays. Los Castores (leur surnom), plutôt coutumiers d’aller-retour entre 1ère et 2ème divisons Portugaises ont même battu le Sporting Braga (2-0). Les hommes de Paulo Fonseca espèrent jouer les trouble-fêtes le plus longtemps possible.

– La mauvaise surprise : Un club Portugais en pleine forme, un autre qui ne tient pas son rang. Scotché à la 9ème place, le Sporting Portugal est la grosse déception Lusitanienne. Centre de formation mondialement réputé (formation de Figo, Cristiano Ronaldo, Nani, Miguel Veloso, etc.), le club a bien mal démarré cette saison. Les verts et blancs sont notamment en difficulté à l’extérieur où ils n’ont remporté qu’un match sur sept disputés. Le constat est cruel d’autant plus que les deux autres « grands » du pays, le Benfica Lisbonne et le FC Porto carburent à plein régime et ne se privent pas d’enfoncer los Leões. Depuis la création du championnat Portugais en 1934/1935, le Sporting Portugal n’a jamais au cours de son histoire terminé une saison au-delà de la 5ème place. Il reste 14 matchs au rival du Benfica pour remettre les pendules à l’heure.

Auteur : Franck Chantereau

Accro au football depuis toujours. Le beau jeu, c'est bien ; la victoire c’est mieux. Les deux, c’est le Graal.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Plus dans Europe
Cristiano Ronaldo a signé un triplé contre Getafe
Le Barça de retour au top, le Real à deux vitesses

Ce week-end avait lieu la 21ème journée de Liga, le Barça et le Real ont confirmé être les deux géants...

Arsenal a écrasé Reading 5 buts à 2
Premier League : Présentation de la 24ème journée

Après avoir disputé le 4ème tour de la FA Cup le week-end dernier, les 20 équipes de Premier League se...

Ribéry et ses coéquipiers après un but
Bundesliga : Le Bayern creuse l’écart

Ce week-end, les joueurs allemands rechaussaient les crampons pour la 19ème journée de Bundesliga. Le Bayern s’impose à Stuttgart et...

Fermer