Supporter l’équipe de France est-il obligatoire ?

20
juin
2017

Auteur :

Catégorie : Équipe de France

supporters-equipe-de-france

La relation entre l’Equipe de France et son public n’est pas un long fleuve tranquille. Entre les défaites encourageantes des années 80, France 98, l’Euro 2000, la CdM 2002, la CdM 2006, Knysna, l’Euro 2012 puis l’Euro 2016, les français se perdent entre amour et délaissement. Si l’on ajoute à ces performances inégales les affaires Zahia, Benzema, Nasri, Anelka etc le français lambda a de quoi si perdre. Mais maintenant que tout va bien dans le meilleur des mondes, les français supportent-ils forcément les Bleus ?

Supporter l’Equipe de France lorsque l’on est français est une chose naturelle. Mais supporter les Bleus ou tout autre nations implique également de se retrouver dans la mentalité, les valeurs et les coutumes du pays. C’est sur ce point que la question de “l’obligation” se pose, la nationalité ne reflétant aujourd’hui que le lieu de naissance. Une personne née en France peut ne pas se reconnaître dans les valeurs et coutumes de son pays et donc de sa sélection nationale. Peut-on alors lui reprocher de ne pas être supporter de sa sélection ? La France abrite des millions de personnes avec des origines algériennes, marocaines, tunisiennes, turques, portugaises et, même nées en France, ces millions de personnes peuvent se reconnaître davantage dans les valeurs de leur pays d’origine que dans celui de leur naissance, sans pour autant y voir une quelconque forme de rejet. D’autres, même sans origines étrangères, peuvent trouver un pays d’adoption dont la mentalité se rapproche plus de sa personnalité comme Griezmann, l’Uruguayen de Mâcon forme en Espagne. Le cas Grizou est d’ailleurs très intéressant, refuser par tous les centres de formation français, il aurait pu rejeter complètement la France, critiquer son système et vouloir jouer avec l’Espagne, mais il est resté fidèle à son pays de naissance.

Football de sélection vs Football de club

Ces dernières années, l’équipe de France a traversé des moments difficiles, coulé par des joueurs qui ne semblaient pas concerner par les Bleus bien que ne refusant pas leur convocation. La génération Benzema, Nasri, Ben Arfa n’a jamais été à la hauteur de l’Equipe de France et reflète une autre problématique, celle des binationaux. La fédération se bat pour les voir en EdF et s’offusque dès qu’ils choisissent de défendre les couleurs d’une autre nation. Les joueurs ne refuseront que très rarement l’Equipe de France, mais il ne faut pas se mentir, ils choisissent la France comme ils choisissent un club, parce qu’elle offre plus d’exposition et plus de possibilités de jouer et gagner une Coupe du monde que n’importe quelle autre nation. L’amour du maillot passe après et personne ne peut leur en vouloir. Sur le cas Benzema par exemple, puisque c’est le dernier que l’on discute, au vu de ses déclarations et son comportement à l’égard de la France, pourquoi continuer à débattre d’un éventuel retour en sélection ? Deschamps ne veut plus de lui et lui ne veut plus des Bleus, à quoi bon alors relancer sans cesse le débat, si ce n’est pour buzzer et vendre du papier ? Pour tous les binationaux, le choix de la sélection est géré comme un choix de club où le joueur ira au plus offrant. Nabil Fekir désir jouer avec l’Algérie ? Bernes, Aulas et Deschamps se mobilisent pour le faire changer d’avis pour faire monter sa cote sur le marché. Tant pis pour l’amour du maillot. Paul Pogba a le niveau pour les bleus, pas Florentin qui joue donc pour la Guinée. Damien Perquis veut jouer une grande compétition internationale ? Il se trouve des origines polonaises.

Et les supporters ? Peut-on leur en vouloir de ne rien ressentir en regardant leur sélection nationale au milieu de tout ça ? Un français, un anglais, un japonais peut aussi se sentir plus proche de la culture footballistique de l’Italie, de l’Allemagne, du Brésil ou de l’Espagne que de celle de son pays et donc ressentir plus de choses pour une autre sélection que la sienne, ou simplement regarder le foot de sélection avec neutralité et impartialité, cause malheureusement perdue, journalistes et consultants utilisant le “on” pour parler des Bleus comme au Café de la Poste, chose insupportable pour bon nombre de téléspectateurs qui plus est. Le football de sélection se rapproche donc de plus en plus du football de club, avec des maillots tous identiques où seule la couleur et l’écusson changent (la France, le Portugal, l’Angleterre, la Pologne, le Brésil, la Croatie, la Turquie ont tous le même maillot !), des supporters suivant leur identité personnelle et des joueurs allant au plus offrant.

Auteur : Dylan Houeix

Rédacteur Au Premier Poteau pour servir Edinson Cavani.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Équipe de France

Plus dans Équipe de France
Deschamps
Deschamps : stop ou encore ?

Au lendemain d'une série de 3 matchs internationaux, le bilan apparaît contrasté par un revers de dernière minute dans le...

france-espagne-zidane
France-Espagne : Au bon souvenir des Bleus

Le Stade de France est une nouvelle fois le théâtre d'un classique du football européen. En ce mardi 28 mars,...

Modeste1
Bonjour Didier, je vous présente Anthony Modeste

Bonjour Didier Deschamps, Cinq jours après, je ne me suis toujours pas réveillé de ce mauvais rêve. Enfin, j’ai surtout...

Fermer