Stand up Speak up

23
mai
2019

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Henry_pour_Stand_up_Speak_up

Nous avons vu en Europe et dans notre championnat de France ces dernières semaines, qu’il y avait encore beaucoup à faire dans le domaine de la lutte contre le racisme dans le football. Le 2 Avril 2019 lors du match opposant Cagliari à la Juventus de Turin, Moise Kean (Italien né de parents Ivoiriens) et l’international Français Blaise Matuidi ont été pris à partie par quelques spectateurs Sardes. Des cris de singes et des insultent à caractère raciste sont descendus des tribunes. A Dijon un spectateur ayant insulté le joueur d’Amiens Prince Gouano, provoquant une interruption temporaire du match, a été placé sous le statut de témoin assisté, sans être déféré au parquet.

Le football ne s’en sort pas avec ses vieux démons et pourtant certaines choses ont eu le mérite d’être tentées. Souvenons nous de 2005 et cette campagne européenne diligentée par le célèbre équipementier à la virgule avec l’appui de Roberto Carlos, Ruud Van Nistelrooy, Fabio Cannavaro et Carles Puyol pour ne citer qu’eux. C’est Thierry Henry, l’un des fers de lance de la communication de Nike qui à impulsé le mouvement. En effet, il découvrit les propos du sélectionneur Espagnol Luis Aragones s’adressant à José Antonio Reyes son coéquipier d’alors à Arsenal. Pour motiver celui-ci et lui faire prendre conscience qu’il n’a rien à envier à l’attaquant Français, le technicien de la Roja proféra des insultes en s’en prenant à sa couleur de peau. Il n’en fallait pas plus à Thierry Henry pour demander à Nike, avec l’appui de son club, une campagne anti racisme afin de créer une prise de conscience de tous les acteurs du football.

Ce sera Stand up Speak up, une façon élégante d’inviter quiconque entendra des propos racistes ou déplacés à se lever et raisonner l’auteur. Un clip publicitaire mettra en scène outre Thierry Henry, Ronaldinho, Claude Makélélé et Philippe Méxes, s’exprimant par panneaux interposés. Le slogan dira à peu près ceci : « Nous avons besoin de voix pour faire taire le racisme. Partout où vous l’entendez, dites non ! Stand up, Speak up » (Levez vous, exprimez vous). Des bracelets noirs et blancs seront édités pour symboliser la cause. Ils rapporteront quelques millions d’euros qui seront reversés pour soutenir les initiatives servant la cause par le biais de programmes visant à sensibiliser le public.

 

Ferdianand_pour_Stand_up_Speak_up

 

Le monde Ultra n’accueille pas ce mouvement de la meilleure des manières. Il soupçonne l’équipementier américain de faire du « business » en vendant ces bracelets. De profiter des problèmes émanant des tribunes, pour s’acheter une conscience, alors qu’il est soupçonné de faire travailler des enfants mineurs dans des usines sous traitantes en Asie. La grogne fit écho au joueur de Manchester United, Gary Neville, le premier à avoir émit des doutes sur les réelles intentions de la marque dans cette lutte.

En France, les commanditaires de Nike choisirent un match du championnat pour lancer le mouvement. Ils firent une première erreur en choisissant un Paris Saint Germain-RC Lens, (deux clubs liés par contrat à Nike) en occultant le fait que celui-ci aura lieu au Parc des Princes, devant la tribune la plus « blanche » de France, à savoir la tribune Boulogne. Et la seconde erreur sera de ne pas faire jouer les deux clubs dans leurs couleurs respectives.

Car pour amplifier le symbole, Lens jouera en noir et Paris en blanc. Mais pendant tout le match, résonneront des chants explicites : « Allez les Blancs, Allez les Blancs » éructés par le Kop de Boulogne, qui oublie assez vite qu’il y avait quelques joueurs de couleur dans son équipe. Pour accompagner le tout, une banderole détournant le slogan de la campagne apparaitra: « Sit down, Shut up ». Assieds- toi et tais-toi ! Les locataires de la tribune Boulogne ne manquent pas l’occasion qui leur est donnée pour se faire remarquer mais il faut tout de même bien avouer que les erreurs de communications les y ont bien aidés. Ce slogan fera des gorges chaudes, le lendemain dans les bars de France et de Navarre.

En tribune Auteuil, réputée anti raciste, on insiste davantage sur la prétendue exploitation des enfants via une banderole incisive : « Avec Nike pas de racisme, tous les enfants à l’usine ! ». Le score de 0-2 en faveur du RC Lens est purement anecdotique. On retiendra l’échec populaire d’une idée qui a eu le mérite d’exister. Mais il faudra de la volonté et du courage pour faire triompher la cause, car quatorze ans plus tard le racisme n’a toujours pas quitté nos stades.

Stand up speak up.

Auteur : Remuald Gaudès

Je me tiens « Au Premier Poteau » pour écrire mon amour des stades, des joueurs, des supporters et tous ceux qui servent le foot populaire.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
loic-remy-losc
Loic Remy, coeur vaillant !

Revenu sur la pointe des pieds en Ligue 1 l’été dernier, Loïc Remy se rappelle en cette fin de saison...

Stade_Rennais_Coupe_de_France_2019
Rennes : Épopée d’une saison légendaire

Après avoir renversé le Paris Saint-Germain en finale de la Coupe de France, le Stade Rennais marque définitivement sa saison...

Laurent Paganelli
“Paga”, le rire pour survivre

Pris à partie par Thomas Tuchel dimanche soir après une plaisanterie que le coach teuton du PSG n’a pas appréciée,...

Fermer