Sexisme dans le foot, quand est-ce que ça s’arrête ?

01
novembre
2017

Auteur :

Catégorie : Culture foot

banderole-sexiste

Depuis quelques semaines et la révélation de l’affaire Weinstein, c’est une lame de fond sans précédent qui parcourt la planète. La parole des femmes (et parfois des hommes) s’est progressivement libérée pour faire résonner un cri étouffé depuis bien trop longtemps : celui de la condition féminine dans nos sociétés occidentales, qui ne se privent pourtant pas de donner des leçons à la planète entière. Harcèlement sexuel, agressions sexuelles, viols, tel un triptyque macabre, c’est à l’apocalypse au sens premier du terme (la révélation) auquel nous assistons depuis des jours ainsi qu’en témoignent les différents hashtags sur les réseaux sociaux (#BalanceTonPorc, #MeToo et toutes ses déclinaisons dans toutes les langues, etc.).

Si les révélations qui se font progressivement touchent tous les pans de la société, le domaine du foot semble relativement épargné par ce torrent d’immondices. Est-ce pour autant la preuve que le sexisme n’existe pas dans le monde du football ? Je ne le crois malheureusement pas. Si vous avez l’habitude de me lire vous savez que je considère le football comme un miroir (parfois déformant) de la société. Aussi le foot est-il lui aussi touché par ce fléau que représente le sexisme. Le sport roi est souvent caricaturé en sport macho et misogyne et ses suiveurs (supporters ou téléspectateurs) en beaufs écervelés. Loin de ces outrances, il nous faut pourtant, je crois, œuvrer aussi pour que le monde du foot se départisse du sexisme qui peut y être présent.

 

Le sexisme dégoulinant

 

La première chose qui pourrait nous venir à l’esprit est évidemment le traitement du football féminin mais je ne m’attarderai pas vraiment dessus. Il est quand même nécessaire de souligner que bien des observateurs font preuve de sexisme souvent à leur corps défendant. Lorsque l’on nous explique qu’il ne faut pas être aussi sévère dans l’analyse avec le foot féminin qu’avec le foot masculin c’est, selon moi, une attitude perverse et in fine sexiste puisque le présupposé qui est celui de cette position est que le foot féminin étant plus faible, il faut le choyer. Plus que le traitement du foot féminin, c’est pourtant le traitement des femmes dans le monde du foot masculin qui me paraît hautement problématique.

Dimanche dernier j’étais au stade Pierre Mauroy de Lille pour assister à LOSC-OM. Comme pour les deux précédentes fois où je m’y suis rendu (et comme avant tous les matchs du club lillois à domicile) un show de pom-pom girls a lieu avec évidemment l’ensemble caricatural de postures lascives et autres vêtements plus courts que les shorts de joueurs. Pendant combien de temps continuerons-nous à faire semblant de ne pas voir que ce genre de prestations est dégoulinant de sexisme au plus haut point ? Il est bien beau de pousser des cris d’orfraie lorsqu’on caricature le supporter de foot en beauf, il est plus courageux de se lever contre ce genre de pratiques. De la même manière, le traitement télévisuel des matchs participe de cette dynamique sexiste abjecte. Quand les réalisateurs s’attardent longuement sur des femmes en tribunes, quand les commentateurs louent leur physique de manière plus que lourde, quand Laure Boulleau est sempiternellement ramenée à sa plastique plutôt qu’à ses performances, il est évident que le sexisme a bien plus cours que ce que l’on veut reconnaître.

 

Tous un rôle à jouer

 

Il est à la fois aisé et confortable de se complaire dans une attitude passive, de se dire qu’il n’est pas de notre ressort de faire changer les choses, d’adopter la solution de facilité en disant que le problème est systémique. Je crois pourtant que le courage nous ordonne de nous lever contre ses pratiques qui attentent à l’égalité et salissent notre sport. La modeste ambition de ces quelques mots est d’ajouter une pierre à l’édifice de cette prise de conscience. Tous autant que nous sommes, nous avons un rôle à jouer sur cette question. Si une véritable prise de conscience collective se produit et, qu’unis, nous réclamons aux clubs tout comme aux diffuseurs ou aux observateurs de faire cesser ces pratiques misogynes, j’ai la faiblesse de croire que les choses pourraient changer.

Passer pour le rabat-joie n’a jamais tué personne et il me semble que la magnifique phrase de Jaurès sur le courage de la vérité s’applique pleinement à la situation présente. « Le courage, affirmait le politique et philosophe dans son Discours à la jeunesse, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques ». Il est plus que temps de faire preuve de courage si nous souhaitons réellement faire évoluer notre sport. Des sifflets lors du « show » des pom-pom girls aux multiples interpellations des diffuseurs sur les réseaux sociaux en passant par des messages adressés via des banderoles, les actions possibles sont larges. Il n’y a donc pour moi qu’une seule réponse à la question suivante : le sexisme dans le foot, quand est-ce que ça s’arrête ? Quand nous l’aurons décidé. Boca Juniors a déjà ouvert la voie en supprimant les shows de pom-pom girls. Au travail.

Auteur : Marwen Belkaïd

Qui a dit que le foot et la culture étaient antinomiques ? Mon (humble) ambition est de réunir Camus, Jaurès et Shankly et de montrer que non le foot n'est pas un monde de débiles et de brutes

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Culture foot

Plus dans Culture foot
IMG_4041
Les prophéties d’Arrigo Sacchi

A l’heure où la planète football vit au rythme du débat entre la culture de la gagne et celle du...

herthabsc
Hauptstadt-Fußball

Bien qu'on loue souvent l'engouement du peuple allemand autour du football, grâce notamment aux affluences moyennes impressionnantes chaque saison, les...

36212581240_a9bee2bd1a_o
Suppsparterre : immersion chez les Ultras

Après Objectif Supporter qu'on avait présenté au mois de juin, on vous recommande cette fois-ci un projet porté par Christophe-Cécil...

Fermer