Serie A 2017/2018 : La Juve au 7ème ciel ?

29
août
2017

Auteur :

Catégorie : Europe

IMG_3645

Après deux journées de Serie A, la Juventus de Turin a démarré la saison 2017/2018 comme elle a terminé la précédente, victorieuse et sûre de sa force. Pour autant, face à une concurrence qui s’est nettement renforcée durant l’intersaison, le club turinois peut-il viser un septième titre d’affilée ? Si la Vieille Dame fait office d’épouvantail, la course au titre devrait en tous cas s’avérer passionnante de l’autre côté des Alpes.

Certes, le championnat italien n’est actuellement pas le plus suivi et le plus apprécié des observateurs de football. Il n’est d’ailleurs pas rare d’entendre sur les ondes certains “spécialistes” dénigrer la Serie A pour la raison abjecte qu’il s’agirait d’un championnat trop rigoureux tactiquement où la stratégie consisterait à lancer de longs ballons devant sur l’attaquant vedette. C’est bien mal connaitre le Calcio. Prolifique en buts, le championnat de la botte est spectaculaire et riche en émotions. L’ère du Catenaccio incarné par l’Inter Milan d’Helenio Herrera est désormais révolue et chaque week-end, les matchs y sont très rythmés et la compétition fait rage. Seul élément qui pourrait laisser penser que l’Italie possède un pâle championnat : la domination sans partage de la Juventus qui a remporté 12 des 18 titres nationaux en jeu lors des six dernières saisons, dont six Scudetti de rang.

IMG_3647

Mais pourquoi, alors que le récent double finaliste de la Ligue des Champions (2015 et 2017) domine son championnat national depuis six longues années, serait-on tentés de croire que cette saison va être différente et que la Vieille Dame va enfin abandonner son trône ? Parce que tout d’abord, affaiblie défensivement par les départs conjugués de Bonucci (Milan AC) et Dani Alves (Paris SG), la Vieille Dame ne semble plus intouchable. Battu en Finale de Suppercoppa face à la Lazio (2-3), les signes annonciateurs du changement sont bien réels et la conquête du 34ème titre de son histoire s’avère tortueux. Si les hommes de Massimiliano Allegri ont entamé le championnat tambour battant (Victoire 3-0 face à Cagliari puis 2-4 sur la pelouse du Genoa ce week-end) et si le prodige argentin Paulo Dybala continue de régaler les foules (4 buts lors des deux premières journées pour La Joya), leur hégémonie pourrait bien vaciller cette saison face au retour sur le devant de la scène de leurs rivaux historiques.

 

Le retour des deux milanaises

 

Si le Calcio aura une toute autre saveur cette saison, c’est pour la simple et bonne raison qu’on devrait enfin assister au retour au premier plan des deux écuries milanaises. Passé sous pavillon chinois, le prestigieux Milan AC a effectué un mercato XXL qui devrait lui permettre de retrouver les cîmes de la Serie A. En effet, comme le présente l’excellent papier de Nassim Jabeur, les lombards se sont donnés les moyens de leurs ambitions, et l’effectif rossonero est peuplé de talents. Le septuple vainqueur de la Ligue des Champions a d’ailleurs démarré la saison par deux belles victoires au dépend de Crotone (3-0) et Cagliari (2-1).

IMG_3643

Le voisin nerazzurro n’est pas en reste. Emmenés par leur capitaine et buteur Mauro Icardi, auteur de 4 buts lors des deux premières journées de championnat, l’Inter Milan semble aussi en bonne voie pour renouer avec son glorieux passé. Son nouvel entraineur Luciano Spalletti fraichement arrivé de l’AS Roma possède le bagage tactique nécessaire pour ramener les nerazzurri vers les sommets de la Serie A. Victorieux du choc face à la Roma ce week-end (1-3), les hommes de l’homme d’affaires indonésien Erick Thohir ont envoyé un signal fort : il faudra compter sur eux dans la course à la Ligue des Champions.

IMG_3648

 

Naples, le San Paolo prêt à rentrer en éruption

Mais le réel adversaire de la Juve devrait cette saison encore être le Napoli. Forts d’une excellente préparation à Dimaro, dans les montagnes du nord de l’Italie, les hommes du président De Laurentiis ont aisément validé leur billet de participation à la prochaine Ligue des Champions aux dépens des aiglons niçois. Le mercato a été relativement peu agité sur les bords du Vésuve, et l’excellente autopsie de l’effectif azzurro de Clément Finot ne me contredira pas : Guidés par Maurizio Sarri, Hamsik, Insigne et consorts n’ont qu’un objectif en tête : la conquête du Scudetto. C’est le pari de la stabilité pour cette équipe arrivée à maturité et cela pourrait s’avérer décisif dans la conquête d’un titre qui fuit les partenopei depuis trente ans.

IMG_3644

Roma, l’an I après Totti

Avec le retrait des terrains de l’empereur Francesco Totti, et l’arrivée du nouvel entraineur Eusebio Di Francesco en provenance de Sassuolo, l’AS Roma ouvre un nouveau chapitre de sa riche histoire. Certes, avec les départs de Rudiger (Chelsea), M. Salah (Liverpool) et la récente claque infligée au Stadio Olimpico par l’Inter de Mauro Icardi pour le compte de la 2ème journée (1-3), le club de la Louve n’entame pas sa saison de la meilleure des manières. Cependant, dauphins de la Juve la saison dernière, les romains emmenés par le redoutable Edin Dzeko restent de sérieux prétendants à la qualification en Ligue des Champions.

IMG_3646

Touché par la crise économique, le peuple italien est un peuple chaleureux où le football est vécu comme une véritable religion. Contrairement à la France, je serais tenté de dire que c’est un pays avec une vraie culture foot. Championnat phare des années 90’, période durant laquelle ses clubs régnaient sans partage sur l’Europe, il n’est pas erroné de dire que le Calcio était en très nette perte de vitesse ces dernières années. L’hégémonie de la Juventus n’avait dès lors rien d’anodin. Le championnat italien ressemblait de plus en plus à un championnat de seconde zone, où une seule équipe écrase toute concurrence. Mais, à l’image de la Nazionale, le football transalpin excelle toujours quand on ne l’attend pas. Si, en matière d’infrastructures, l’Italie possède toujours des années de retard sur ses voisins européens, l’arrivée de nouveaux investisseurs et l’émergence d’une génération d’entraineurs (Montella, Spalletti, Di Francesco, Sarri) adeptes d’un jeu ouvert porté vers l’offensive semble amorcer le retour au premier plan de la Serie A et du pays au quatre coupes du monde. Cette année, les coéquipiers de Gianluigi Buffon, Paulo Dybala et Gonzalo Higuain devront cravacher pour conserver leur couronne. Les nostalgiques du Calcio des années fastes ne vont pas s’en plaindre.

 

Crédits Photos : Compte Twitter Serie A TIM, legaseriea.it

Auteur : Yannis Eleftheria

Méditerranéen rebelle et romantique baptisé à la religion footballistique. Le foot pour sa dimension sociale, la plume comme arme.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Plus dans Europe
almudena-santana-bein-sports
Almudena Santana (beIN SPORTS ESPAÑA) : “Le transfert de Neymar au PSG ne me choque pas”

Almudena Santana est journaliste et présentatrice pour beIN SPORTS ESPAÑA depuis un an, la nouvelle chaine de sport créee par...

isco
Isco peut enfin confirmer

Arrivé au Réal en 2013, Isco a souvent joué un rôle de second couteau chez les merengues. Il peine à dépasser...

SCC-Napoli
Naples-Nice : le Napoli, quel épouvantail

Préparé comme jamais, le SSC Napoli se dresse comme une montagne devant un OGC Nice plus qu'amoindri (Balotelli, Sneijder et...

Fermer