Sadran, Dupraz et le TFC : des noces pragmatiques

04
mars
2016

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Hier la L1 a retrouvé un de ses meilleurs punchlineurs avec Pascal Dupraz. Et déjà, l'entraineur et son nouveau président nous ont offert de belles envolées

Hier la Ligue 1 a retrouvé un de ses meilleurs punchlineurs en la personne de Pascal Dupraz. Lors de la conférence de presse de présentation du nouveau coach au Stadium, l’homme des montagnes savoyardes et son nouveau président nous ont offert quelques belles envolées. On vous en propose le meilleur.

Olivier Sadran en mode président qui assume : « Tout n’est pas parfait, nous sommes dix-neuvièmes, et ce n’est pas normal. L’obligation d’analyse et d’humilité est présente. S’il nous manque les mêmes détails depuis plusieurs mois, ce n’est plus le fruit du hasard. Nous allons modifier des choses, et construire, mais surtout pas nous fourvoyer. Ne regardons pas derrière mais plutôt vers l’avant ! » Puis en mode révélation : « Pascal Dupraz n’est pas un choix par défaut. Il y a eu beaucoup de candidatures. On nous a même proposé Rudi Voller! Nous avons longuement échangé avec Pascal et je pense qu’il peut nous faire rebondir, et pas seulement sur 10 matchs.” Un futur à deux… même en Ligue 2.

De son côté Pascal Dupraz a tenu à s’inscrire, et cela est assez rare pour être souligné, dans la lignée de ses prédécesseurs au TFC : « Vous ne me verrez pas tirer sur mes prédécesseurs ou le staff. Il y a eu du bon travail d’effectué ici. Treize ans de suite en Ligue 1, ce n’est pas un hasard. Cette saison, le TFC n’est jamais loin. Il faut lutter contre le fatalisme… »

.

Hier la L1 a retrouvé un de ses meilleurs punchlineurs avec Pascal Dupraz. Et déjà, l'entraineur et son nouveau président nous ont offert de belles envolées

.

Par rapport au futur proche tous les rêves sont donc permis : «Vous (les journalistes) avez déjà anticipé la relégation du TFC. J’entends que le TFC a une chance sur un milliard de se maintenir. De mon côté, je suis réaliste, mais également optimiste. Mais je suis quand-même allé à l’école. Pour moi le TFC a une chance sur deux de se maintenir. Soit il se maintient, soit il ne se maintient pas. Toutes les équipes ont encore 10 matchs à disputer en Ligue 1, et ont donc la possibilité d’engranger trente points. Laissez nous tenter et croire en ce pari fou du maintien en Ligue 1. Le 17ème peut perdre, par exemple, ses 10 prochains matchs.»

Pascal n’a peur de rien, surtout pas de la Ligue 2 : «Je n’ai pas peur de descendre. Vous savez à quarante ans j’étais beau comme un dieu, un corps d’athlète, pas une goutte d’alcool, pas de tabac… ma femme me rêvait et j’ai failli mourir deux fois en peu de temps… Alors vous savez j’ai juste peur de la mort. Le football n’est pas une question de vie ou de mort. »

Puis bref retour sur son passé à Evian : « Aujourd’hui, il y a une caution sur mon niveau. Suis-je capable d’entraîner ailleurs que dans mes montagnes ? J’espère donner raison aux optimistes et faire mentir les plus pessimistes. J’aime relever les défis. L’effectif du TFC est meilleur que ceux que j’ai eu auparavant.” Donc la mission sauvetage est encore possible !

À la question sur le rôle des supporters lors des deux derniers matchs au Stadium le nouveau coach lance: « On dit “jouer au football”. Le football, c’est la joie. Venez au Stadium chanter! J’ai du mal à comprendre certaines choses. Pourquoi ne pas soutenir son équipe ? Pourquoi se couper un bras ? En plus avec un seul bras on ne peut pas applaudir… C’est se faire hara-kiri… Quand il y a désamour, c’est qu’il y a eu amour. A nous de reconquérir le cœur de nos supporters et des amoureux du Téfécé!

Auteur : Benjamin Laguerre

Toulousain en exil. Chroniqueur littéraire des livres sur le football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
supporters marseillais
Pour un investisseur marseillais à l’OM!

Un petit groupe de supporter marseillais de bonne fréquentation s'est formé afin de sensibiliser les acteurs industriels locaux au sort...

Et si le choix de Courbis en tant que super intérimaire pour le stade rennais était il déjà un échec?
Courbis: Un intérim en question

Arrivé il y a un peu plus d'un mois en lieu et place de Philippe Montanier, Rolland Courbis connaît des...

Il ne reste plus que onze journées et Bordeaux reste dixième, à quatre points de la Ligue des Champions. Peuvent-ils y croire ? AuPremierPoteau analyse.
Bordeaux : peut-on s’attendre à mieux ?

En cette fin du moins de Février, les Girondins se portent à une peu reluisante dixième place. Nous n'allons pas...

Fermer