River/Boca : aux origines du Superclásico

05
octobre
2013

Auteur :

Catégorie : Am. Sud / Dossier

River Plate - Boca Juniors, les bases de la grande rivalité entre les frères ennemis du football argentin qui se rencontrent dimanche pour le superclasico

Il y a d’abord les chocs qui ont besoin d’utiliser d’autres langues pour s’affirmer. Les clásicos qu’on francise. Puis il y a les vrais clásicos, ceux qui opposent deux identités fortes en constante lutte. Ceux d’Espagne. Enfin, il y a le Superclásico ! Qui rejoint un peu l’espagnol mais en plus concentré au niveau de la folie et de la passion. APP vous emmènera, petit à petit, dans ce choc du foot mondial qui aura lieu dimanche.

Le fútbol en Argentine rythme la vie du pays. Il en est son pouls. Il est pratiquement impossible d’allumer la télé sans tomber sur un match en live ou en rediffusion. Encore moins depuis que le championnat local est devenu gratuit suite à un bel acte populiste de la présidente Kirchner. Comment peut-on ne pas aimer quelqu’un qui vous offre votre oxygène ? Chaque bambin reçoit, ici, à la naissance une équipe qui va lui être confiée comme une flamme qu’il se doit d’entretenir. 70% des chiards se verront attribuer les couleurs azul y oro ou celles de la banda roja. Boca et River vampirisent l’amour des argentins pour le ballon rond. Alors lorsque ces deux là s’affrontent, logiquement, le pays passe en respiration assistée. Ce sera encore le cas dimanche.

Pratiquement le même certificat de naissance…

Les deux clubs de la capital federal se singularisent grandement par les valeurs qu’ils charrient aujourd’hui pourtant ils sont nés de la même mère ou plutôt du même père : le port de La Boca.  Les couleurs bleues et jaunes font ainsi référence à un navire suédois qui accostait lors de la création du club bostero alors que le nom River Plate est celui qui apparaissait sur les caisses d’un chantier de construction sur le port. Tout naturellement, ils élirent domicile dans le quartier portuaire.

La rivalité, à la base, était simplement territoriale et donc bien moins passionnée. Le premier Superclásico officiel n’eut droit qu’à une toute petite brève annonçant juste les noms des buteurs et le score. On sait donc qu’en ce 24 Août 1913, les, pas encore, millionarios battirent les, déjà, Xeneizes, 2 buts à 1 sur des buts de Cándido García y Antonio Ameal Pereyra. Ce rapport au territoire va prendre une autre importance et une autre tournure au fil des années.

… mais pas le même destin !

River Plate - Boca Juniors, les bases de la grande rivalité entre les frères ennemis du football argentin qui se rencontrent dimanche pour le superclasicoEn 1923, River déménage et abandonne le barrio de La Boca. Celui des déshérités, des immigrés, des sans voix et part pour Palermo, son exact opposé au Nord de la ville. En 1938, ils éliront définitivement domicile dans le quartier de Núñez, encore plus aristocratique.
Les Boquenses, eux, restent sur leur sol et protestent même en nombre lorsqu’on leur propose de les reloger ailleurs. Boca es barrio !

Les blancs et rouges acquirent dès lors le statut de «millionarios» renforcés par leurs dépenses somptuaires effectués dans les années 30 et 70 alors que les bleus et jaunes gardèrent leur identité territoriale et devinrent les représentants de l’énorme frange de la population, extra muros compris, qui se reconnait dans celle-ci. Le match prend alors des allures de combat marxiste entre le peuple de La Boca et l’aristocratie(qui a reniés ces origines qui plus est) de Núñez.

Les bases de cette rivalité étaient jetées et plus rien ne serait jamais plus comme avant. La tension va monter sur fond de lutte des classes. Entre les insultes et menaces contre River en 1931, la “tragedia de la puerta 12″, le boycott du stade et des joueurs de Boca pour el mundial 78,  les couronnements de Diego et Román durant un Superclásico….  L’histoire était en marche et elle n’est pas prête de s’arrêter !

Retrouvez dans quelques jours : les plus grands Superclásicos de l’histoire.

Auteur : Mourad Aerts

Joue en troubadour sur tout le front de l'attaque. Amoureux du foot et de ce qu'il représente partout dans le monde

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Am. Sud

Comments are closed.

Plus dans Am. Sud, Dossier
dynamo-kiev
Football, politique, économie : Bordel à l’ukrainienne (3/3)

Si le système Akhmetov est implacable, tout le monde n’a pas abdiqué sur la terre de la défunte Révolution orange....

mircealucescu_RinatAkhmetov
Football, politique, économie : Bordel à l’ukrainienne (2/3)

Où en est t-on aujourd’hui dans le pays des deux Shevchenko ? Donetsk a clairement pris le pouvoir. Sur tout les...

Shakhtar-Donetsk-Stadium-Football
Football, politique, économie : Bordel à l’ukrainienne (1/3)

Dimanche 4 Août 2013 aux alentours de 21h00, le choc de la Premier Liga (tant qu’à faire…) vient de se...

Fermer