Révolution de palais chez les Gunners?

24
juin
2013

Auteur :

Catégorie : Mercato

Sevré de titre depuis 10 ans, Arsenal parait plus que jamais décidé à être actif sur le marché des transferts pour jouer les premiers rôles en championnat.

Sevré de trophée depuis une “petite” décennie (8 ans exactement), Arsenal parait plus que jamais décidé à être hyperactif sur le marché des transferts pour former une équipe capable de jouer à nouveau le titre en Première League.

Bientôt 10 ans sans le moindre trophée pour les Gunners d'ArsenalC’était il y a huit ans. Le 21 Mai 2005 exactement. Arsenal s’imposait aux tirs au but au détriment de Manchester United en finale de la FA Cup (0-0, 5-4 TAB). A l’époque, Dennis Bergkamp et Thierry Henry martyrisaient les défenses anglaises et européennes, Robin Van Persie n’était qu’un simple jeune espoir en devenir et les Gunners évoluaient encore dans le vétuste Highbury. A ce jour, cette date est la dernière à avoir vu Arsène Wenger et sa bande soulever un trophée. Un monde. Depuis, pas grand-chose : une finale de Ligue des Champions perdue en 2006 face à Barcelone (2-1) et une autre contre Birmingham en Coupe de la League anglaise en 2011 (1-0). Si la première n’a rien d’illogique, la seconde a provoqué la colère des supporters. Comprenez : une défaite catastrophique dans le match le plus important de la saison face à un relégable, ça n’a rien de très glorieux. Qui plus est pour Arsenal, un des clubs les plus puissant du Royaume, et au palmarès vierge depuis une demi-décennie.

Et en plus de ne plus rien gagner, Arsenal n’a pas su garder ses meilleurs éléments. Les premiers de la longue liste à quitter le navire qui commençait à tanguer ont été Patrick Viera et Thierry Henry. Les deux frenchies, star de l’équipe, sont partis respectivement en Italie (Juventus) et en Espagne (Barcelone), à la recherche d’un autre projet. Motivés par la même envie, Robin Van Persie (Manchester United), Samir Nasri et Gaël Clichy (Manchester City), Cesc Fabregas et Alexandre Song (Barcelone) sont également aller voir ailleurs si l’herbe était plus verte. Changement payant : ils ont tous rapidement gagné des titres sous leurs nouvelles couleurs. Pendant ce temps-là, Arsenal peaufinait son image de loser…

Serrer la ceinture pour rembourser les prêts

Car au lieu de réinvestir l’argent récolté grâce aux transferts dans des joueurs déjà confirmés, les dirigeants des Gunners ont préféré s’appuyer sur des joueurs d’avenir (Ramsey, Wilshere, Walcott) ou des seconds couteaux (Giroud, Arteta, Mertesacker). Un «pari» plutôt contraint que choisi. Ces recettes de ventes ont servi à renflouer le portefeuille du mythique club londonien. Il fallait bien rembourser les prêts effectués pour la construction de l’Emirates Stadium, un des plus beaux stades d’Europe.

Mais, après ces années de vaches maigres, tout n’est pas à balancer! Avec une équipe qui s’affaiblissait d’année en année, Arsenal a réussi à limiter la casse. A chaque fin de saison de saison, les canonniers accrochaient la qualification en Ligue des Champions. Elément très important pour les finances. La longévité de Wenger sur le banc est aussi un point positif. Au plus fort des critiques, l’Alsacien, au club depuis 1996, s’est accroché contre vent et marée, ne s’éloignant pas de sa ligne de conduite : la formation, le jeu et les économies.

Une ligne de conduite qui pourrait justement commencer à porter ses fruits. A l’heure où les clubs du Royaume commence à compter leurs sous à l’aube du Fair-Play financier, Arsenal possède des finances saines et va enfin pouvoir en tirer les bénéfices. Et ce, dès le mercato estival en cours, en dégainant le chéquier. Ce changement de stratégie a déjà fait ses preuves quand le président a sorti les griffes contre le PSG qui voulait débaucher Arsène Wenger pour remplacer Carlo Ancelotti. L’entraineur français ira donc au bout de son contrat qui se termine en Juin prochain. On parle même dans les médias anglais d’une prolongation de son bail.

Enfin un vrai Top Player pour remplacer RVP ?

Parmi les futurs recrues d'Arsenal, le nom de Gonzalo Higuain revient avec insistanceLes dirigeants ont annoncé la couleur : ils veulent revenir sur le devant de la scène. Arsenal devrait donc être un des grands agitateurs du marché jusqu’à sa clôture, début septembre. Un joueur par ligne au minimum est attendu sur les bords de la Tamise. Et pas des moindres. Le transfert de Gonzalo Higuain est déjà quasiment bouclé, pour la somme rondelette de 30 M€. Sir Chips Keswick, le nouveau président qui a pris la place de l’emblématique Peter Hill-Wood, souffrant, est prêt à payer la clause libératoire de Marouane Fellaini. Le milieu belge auteur d’une grosse saison avec Everton est estimé à 27 M€. On parle également de Clément Grenier (Lyon), Assier Illarramendi (Real Sociédad) et Kyriakos Papadopulos (Schalke 04). Un parfait alliage entre joueurs chevronnés et jeunes espoirs qui pourrait faire plaisir aux amoureux du beau jeu produit par les Gunners.

Mais le gros coup tant attendu depuis des lustres pourrait bien se produire rapidement. Depuis le début de l’année 2013, Wayne Rooney clame ses envies de quitter Manchester United. Flairant le bon coup, les pensionnaires de l’Emirates Stadium ont placé leurs pions sur le dossier et sont en pôle, avec Chelsea, pour enrôler l’attaquant des Red Devils.

Ce n’est encore que des rumeurs et elles ne seront pas toutes signées. Mais il est clair qu’une nouvelle ère s’ouvre chez les Gunners qui auront probablement un rôle à jouer beaucoup plus important qu’à l’accoutumé en Première League, la saison prochaine. Avec pourquoi pas un titre à la clé ? 8 ans après le dernier, celui de «l’invicible Arsenal», qui avait clôturé la saison avec zéro défaite. On en demande leur en demande pas tant. Il leur suffit juste de placer dix-neuf équipes derrière eux.

Auteur : Antoine Raguin

Antoine, aspirant journaliste, amoureux de football et de sports en général et nostalgique de Zizou.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Mercato

Comments are closed.

Plus dans Mercato
mourinho-chelsea
Mercato 2013 : La saga des entraineurs

Alors que la saison vient tout juste de se terminer dans tous les championnats européens, plusieurs clubs ont déjà procédé...

blanc-au-psg
PSG : Laurent Blanc fait-il le bon choix ?

Si la nouvelle n’est pas encore officielle pour tout le monde, ce n’est plus qu’une question d’heure : Laurent Blanc sera...

laurent blanc psg
Laurent Blanc rappelé par le PSG !

Le feuilleton invraisemblable de l’identité du successeur d’Ancelotti au poste d’entraîneur du PSG est-il sur le point de parvenir à...

Fermer