Réveille-toi Mario !

13
décembre
2012

Auteur :

Catégorie : Europe

Mario Balotelli, le bad boy italien de manchester

Mario Balotelli. C’est peut-être l’un des plus grands gâchis de ces dernières années ! On l’avait quitté cet été en larmes au terme de la finale de l’Euro 2012, on croyait alors qu’un nouveau joueur était né, qu’il avait muri. 6 mois plus tard, Super Mario est malheureusement resté ce joueur tellement ingérable que son entraineur et mentor Roberto Mancini ne semble plus savoir quoi en faire. Le divorce entre les deux parties semble être plus proche que jamais.

Plus de frasques que de buts !

Dimanche après-midi à la surprise générale, Mario Balotelli était titulaire pour les Citizens dans le derby face à Manchester United. Surprenant quand on sait que depuis le début de saison, Super Mario n’a scoré qu’une seule fois, mais moins surprenant quand on connait l’affection que lui porte son entraineur Roberto Mancini. En effet, la relation qui existe entre les deux Italiens serait presque celle qui relie un père à son fils.

C’est en effet l’ancien attaquant de la Sampdoria de Gênes qui lui à offert sa première apparition quand il entrainait l’Inter Milan (2004-2008). Auteur d’un doublé en coupe d’Italie face à la Reggina lors de sa première titularisation alors qu’il n’à que 17 ans, Mario réitère cette performance lors du tour suivant contre la Juventus. Le talent du jeune homme éclate alors aux yeux de l’Italie puis du Monde. Le numéro 45 des Nérazzurri enchaine ensuite quelques matchs et termine sa première saison avec 7 buts en 15 apparitions. Au cours de la saison suivante, le natif de Palerme s’impose comme un titulaire indiscutable et inscrit 10 buts en 31 matchs. Barré par les arrivées de Milito et d’Eto’o lors de la saison 2009-2010 et pas franchement dans les petits papiers de l’entraineur de l’époque José Mourinho, Mario est également la cible à plusieurs reprises de cris de singe et de jets de bananes sur les pelouses de Série A.

Mario Balotelli lors de son arrivée à City

Mario Balotelli lors de son arrivée à City

En 2010, il décide donc de traverser la Manche et de rejoindre son « mentor » Roberto Mancini à Manchester City. Transféré pour près de 30 millions d’Euros, Super Mario réalise une première saison correcte (10 buts / 28 matchs) et enchaine sur une seconde prometteuse puisque City remporte le titre de champion et Balotelli inscrit 13 buts en 23 apparitions. Mais voilà, hors du terrain Mario dérape à de nombreuses reprises. Quand il n’explose pas son Audi R8 contre une BMW, Super Mario lance des fléchettes sur des jeunes joueurs du centre de formation de City ou met le feu à sa maison en lançant des feux d’artifice. On parle alors plus des ses « exploits » hors du terrain que de ses performances sur rectangle vert.

Mancini croit en lui… pour l’instant

Mais outre-Manche un homme continue de croire en lui. En effet, depuis plus de 2 ans maintenant, le technicien italien est l’un des seuls à défendre contre vents et marées le diamant brut qu’est Mario Balotelli. Lors de la conférence de presse d’après Derby, Mancini est revenu sur le cas Balotelli : « Quand on a les qualités de Mario, c’est incroyable de les jeter comme ça par la fenêtre. J’ai connu d’autres garçons talentueux qui finalement n’ont rien donné. Je ne voudrais pas que cela lui arrive aussi ». Parce que oui, le talent il l’a en lui et c’est bien ça le problème. Les rares fois où Super Mario n’a pas fait preuve de nonchalance sur un terrain, il a éclaboussé le match de son talent. On se rappelle tous la demi-finale de l’Euro 2012 ou il élimine presque à lui tout seul la grande équipe d’Allemagne grâce à un doublé. On se souvient aussi d’un autre de ses doublés sur la pelouse d’Old Trafford lors de la victoire historique de City face à United 6-1.

Mario Balotelli et Patrice Evra lors du derby Mancunien

Mario Balotelli et Patrice Evra lors du derby Mancunien

Malheureusement, depuis maintenant quelques temps il nous habitue plus à des matchs moribonds ou il semble errer sur le terrain avant de frapper dans des angles impossibles ou sans grande conviction. Régulièrement il s’énerve même contre son entraineur quand celui-ci ose le remplacer. C’est justement ce qu’il s’est passé dimanche dernier face aux Red Devils. Totalement invisible en première mi-temps, Super Mario est remplacé en début de seconde période par Carlos Tevez. Même si ce remplacement aura pour conséquence de relancer totalement les Citizens dans cette partie, il n’a bien sûr pas été du gout de Balotelli qui est rentré directement aux vestiaires sans même saluer son coach.

Peut-être le geste de trop, car si Mancinia presque toujours pris la défense de Mario depuis son arrivée en Angleterre, il semble désormais changer légèrement de discours. Toujours en conférence d’après match, il a dit ceci : « J’adore Mario en tant que personne et en tant que footballeur, mais il faut qu’il commence à penser à son travail. Il a tout ce qu’il faut pour réussir et il ne peut pas continuer à jouer comme ça. Nous attendions plus de lui ». Alors qu’outre-Manche, on parle de plus en plus des arrivées de Falcao, Higuain ou encore Huntelaar, le temps semble compté pour Super Mario. Annoncé du côté du Milan AC et même du PSG, l’attaquant Italien pourrait même faire ses valises dès le mois de janvier sous la forme d’un prêt. Car même s’il ne semble plus être en odeur de sainteté à l’Etihad Stadium, les Qataris souhaitent quand même récupérer près de 35 millions d’Euros en cas de départ.

À moins que d’ici la fin décembre, on ne retrouve le grand Balotelli ! Alors, Mario, réveille-toi s’il te plait…

Auteur : Thomas

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Plus dans Europe
Radamel Falcao, star en devenir
Falcao : la griffe du Tigre !

Alors que le Portugal et l'Argentine se déchirent pour savoir quel est le nom du meilleur joueur de foot du...

Malaga, ici face à Valence, impressionne en Liga
Liga, 15ème journée : l’Espagne s’est embrasée

  Si ce week-end de Liga n'a pas donné lieu à de réelles surprises en termes de résultats, elle restera...

Robin Van Persie buteur dans le Fergie Time
Premier League, 16ème journée : Le patron, c’est United !

Ce week-end se jouait la 16ème journée de Premier League. Le week-end a surtout été marqué par le derby Mancunien...

Fermer