RC Lens : Objectif Ligue 1

08
septembre
2016

Auteur :

Catégorie : Ligue 1 / Ligue 2

supporters-lens-red-tiger

Séparé de son ancien actionnaire, l’azéri Hafiz Mammadov, le RC Lens respire à nouveau, notamment ses supporters. Le club Sang & Or est désormais épaulé par l’Atlético Madrid, plus précisément par Ignacio Aguillo, mais c’est bien Gervais Martel, président emblématique, qui garde le flambeau malgré avoir subi quelques grosses bourrasques…

Le Racing devient donc une “filiale” d’un des deux ogres madrilènes. Cependant, le club s’est aussi séparé de son entraîneur, Antoine Kombouaré qui a pris la direction du Roudourou pour rejoindre l’En Avant Guingamp. Pour le remplacer, les dirigeants ont choisi l’ancien entraîneur toulousain, Alain Casanova. Ces changements ont amené un vent de fraîcheur très agréable en Artois qui vient masquer le début de saison incroyablement mitigé du club.

Le Mercato 

Comme annoncé plus tôt, du sang neuf a été injecté dans les artères lensoises grâce au changement de board et à l’approbation du budget de la part de la DNCG, le gendarme financier du football français. Tout d’abord, A.Casanova a.k.a “Monsieur 3-5-2” en quête de renouveau après son aventure près de la Garonne est venu palier au départ d’Antoine Kombouaré à Guingamp, qui a embarqué Jordan Ikoko dans ses valises.

Côté départ, on peut citer une liste, non-exhaustive, de joueurs comme Taylor Moore par exemple, grand point d’interrogation de l’effectif lensois. En effet, passé par les jeunes catégories du RC Lens, Taylor Moore a disputé à peine 10 matches en pro sous Kombouaré et Casanova. Capitaine des U20 anglais, il est finalement transféré à Bristol City en Championship… Un sentiment de gâchis pour une grande partie des supporters lensois.

Deux autres Gaillettes ont aussi fait leurs adieux à l’Artois : Wylan Cyprien est parti se balader sur la promenade des anglais de Nice tandis que Jean-Philippe Gbamin a décidé de rejoindre la Bundesliga et le FSV Mayence 05. Les dirigeants de la maison Sang & Or peuvent être fiers de leur centre de formation, on y reviendra…

Pour ce qui est des arrivées, la liste est longue et très flatteuse pour un club de deuxième division. Quel club de Ligue 2 peut se targuer d’avoir signé Nicolas Douchez, gardien émérite arrivé du Paris SG en fin de contrat ? Ou encore Viktor Klonaridis passé par Lille (on fait tous des erreurs) et recruté au Panathinaïkos ?

.

john-bostock

.

Cela dit, le staff responsable du recrutement a aussi voulu tenté quelques coups. Par “coups”, j’entends surprises voire risques… Le premier coup – et pour l’instant on peut parler de réussite – c’est John Bostock. Ce nom ne vous dit peut-être rien mais il risque de résonner très fort (encore !) dans les tribunes de Bollaert-Delelis mais aussi des stades français. Ce trinidadien de 24 ans né en Angleterre a été formé à Crystal Palace avant de rejoindre Tottenham et d’enchaîner les prêts. Installé depuis 2013 en Belgique, Anvers puis Louvain, ce milieu “box-to-box” a décidé de donner un second souffle à sa jeune carrière en signant au RC Lens. Il est déjà la coqueluche des supporters lensois !

Passons maintenant à Kévin Fortuné. Attaquant de 27 ans, auteur de 17 buts l’an dernier avec Béziers en national. Vif, technique, opportuniste, courageux… Cet avant-centre a tout pour plaire au fervent public lensois. Il a déjà marqué 3 buts avec le RC Lens dont un but exceptionnel face au Nîmes Olympique, un régal !

Ce n’est pas tout ! Alain Casanova, satisfait par son coup prodigieux avec Wissam Ben Yedder en le sortant du futsal, a voulu retenter l’expérience avec Abdellah Zoubir, joueur de futsal d’origine, international français jusqu’à ses 20 ans, qui évoluait l’an dernier au FC Petrolul en Roumanie… Très technique, rapide et doté d’une bonne vista (2 passes décisives face à Nîmes), le jeune joueur de 24 ans a tendance à beaucoup tricoté. Un bonheur pour notre cher Alain qui pourra se couvrir des pulls façonnés par son joueur lors des froides nuits d’hiver dans les Hauts de France ! Blague à part, Abdellah Zoubir est un joueur talentueux qui apporte et apportera beaucoup de percussion, là où les lensois ont péché la saison dernière dans un sprint effréné vers la montée.

La fin du mercato fut une véritable course contre la montre pour le RC Lens avec pas moins de 3 officialisations toutes les 30 minutes aux alentours de 22 heures. Dans ces 3 hommes, on retrouve Viktor Klonaridis mais aussi Christian Lopez, attaquant polyvalent de 27 ans formé au Real Madrid en provenance de Cluj, ainsi que Adama Guira, milieu de terrain défensif de 28 ans dont le précédent club ferait un carton sur un plateau de Scrabble (non en fait y’a trop de lettres…) : Sonderjyske. On notera aussi la recrue de la veille du D-Day, Karim Hafez, arrivé en prêt avec option d’achat du SK Lierse.

Sans oublier Mohammed Fofana arrivé libre du Stade de Reims, Djiman Koukou arrivé, lui aussi, libre de tout contrat de Niort, Abdelrafik Gérard en provenance de Créteil et enfin Teddy Chevalier de Rizespor.

“3-5-2” ou “4-4-3” ?

Arrivé avec ses convictions et son 3-5-2, Alain Casanova apportait un souffle nouveau sur l’animation lensoise très stéréotypée sous les derniers mois d’Antoine Kombouaré. Les matches de préparation ont été une réussite, 6 matches, 3 victoires et 3 matches nuls dont un 1-1 face aux Gunners d’Arsenal lors d’un match de gala. Pas mal, non ? Les lensois ont produit un jeu léché avec beaucoup de solutions et une redoutable facilité en contre.

Mais la Ligue 2 attend le RC Lens, elle l’attend beaucoup trop. La preuve, à Niort en ouverture du championnat, les lensois ont buté sur un mur bleu et blanc avec un manque cruel de liant entre le milieu et l’attaque. Les lensois sont rentrés avec le point du match nul…

.

alain-casanova

.

Le week-end d’après, les Sang & Or recevaient le FC Tours de Bryan Bergougnoux – qui apparemment avait passé des vacances très nourrissantes – au stade Bollaert-Delelis. Après un début de match très convainquant et un but de Benjamin Bourigeaud sur une passe laser de John Bostock, les lensois se sont, peu à peu, liquéfiés et ont laissé le jeu aux tourangeaux qui ont égalisé rapidement derrière. Les Artésiens se sont même retrouvés à 10 après une faute grossière de Mohammed Fofana. Le retour des vestiaires a été cruel car les joueurs de Casanova ont encaissé un but dès le premier corner tourangeau.

Le technicien lensois a pris les choses en main et est repassé en 4-4-1 en faisant rentrer notamment Kévin Fortuné en pointe et Jean-Kévin Duverne, jeune pépite lensoise, en défense. Résultat des courses, les lensois reprennent le jeu à leur compte et poussent jusqu’à une égalisation inespérée à la dernière seconde par le fameux Fortuné, son premier but sous les couleurs rouge et jaune.

Au-delà de son 3-5-2, A.Casanova n’hésite pas à lancer de nombreux jeunes et à compter sur eux. On peut citer Benjamin Bourigeaud et son envie de devenir un des patrons du milieu de terrain, Abdoul Ba, Jean-Kévin Duverne mais aussi Jean-Ricner Bellegarde, à peine 18 ans, dont le jeu se rapproche à celui de Ngolo Kanté, rien que ça ! Un centre de formation compétent qu’il faut absolument entretenir.

Pour le déplacement à Nîmes, A.Casanova décide d’aligner un 4-3-3. Coup de chapeau total, le RC Lens réalise un match stupéfiant et assomme le Nîmes Olympique 2 buts à 0 avec 2 réalisations de très grande classe de la part de K.Fortuné et J.Bostock. A noter l’excellent match de A.Zoubir, qui, ce soir là, délivre 2 passes décisives.

Retour à Bollaert le week-end d’après pour affronter Amiens, fraîchement promu. Désillusion totale, les lensois font face à un nouveau mur, blanc cette fois-ci, et encaissent un but sur coup-franc. Ce sera le seul de l’après-midi, les compagnons de Nicolas Douchez subissent leur première défaite de la saison. On regrettera le manque de dynamisme et d’imagination sur le plan offensif incarné par Matthias Autret, homme fort du club la saison passée, méconnaissable en ce début de saison.

Enfin, la dernière journée en date de Ligue 2 pour les lensois s’est encore soldée par un match nul, au Stade de l’Aube de l’ESTAC. C’est simple, ce match est à l’image du début de saison lensois. Une première période digne de celle à Nîmes, et une seconde à l’opposée totale où les troyens ont pu revenir au score et arracher le nul.

Que penser de ce début de saison et faut-il s’inquiéter ?

Certes, les lensois n’entament pas leur saison de la meilleure des manières (13ème de L2 avec 6 points) par rapport à l’objectif fixé par le club : la montée en Ligue 1. Cependant, malgré les matches décevants et le manque d’animation offensive par moment, on sent vraiment que quelque chose se passe dans ce groupe. C’est un groupe qui vit bien, qui a accueilli des nouveaux joueurs, qui plus est, talentueux et le match à Nîmes et la première mi-temps à Troyes laissent présager du bon, voire même du très bon.

.

supporters-lens-red-tiger-2

.

Il ne faut donc pas s’inquiéter. A.Casanova est un technicien qui met de l’ambition dans le jeu de son équipe et qui va réussir à intégrer tout ce nouveau monde. Le maître mot : patience. En effet, la saison dernière, le RC Lens avait commencé terriblement mal avant de se positionner, contre toute attente, dans le sprint pour la Ligue 1, même si le résultat à la fin n’était pas celui escompté.

Rendez-vous demain soir au stade Bollaert-Delelis face à Bourg-en-Bresse, bon dernier du championnat, dans une ambiance de feu pour lancer officiellement le championnat des lensois.

Auteur : Florian Brassart

Passionné de football et de sport. Fervent supporter du RC Lens et très grand fan d'Arsenal.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1, Ligue 2
rivalite-bastia-ajaccio-football
La rivalité SC Bastia / AC Ajaccio et l’histoire du cercueil du 20 avril 2014

Par Thibault Casanova Auteur du livre La Grande Histoire du Stade Armand­ Cesari de Furiani Editions Sammarcelli ­ Août 2013...

tribune-loire-fc-nantes
Le point ville de Jules Verne : Prologue

Bienvenue au FC Nantes, équipe moyenne du championnat de France qui dispute sa quatrième saison consécutive dans l’élite. Toujours bien...

arbitre
Arbitroscope de la Ligue 1 2016-2017

« Il est souvent meilleur quand on ne le voit pas. » Cette célèbre phrase semblerait résumer à merveille l'idée de ce...

Fermer