Mais pourquoi le RB Leipzig est-il détesté ?

28
octobre
2016

Auteur :

Catégorie : Editos / Europe

leipzig1

La Bundesliga est un championnat fantastique avec du spectacle et des buts à la pelle. Cette année, il y a un nouveau venu : le RB Leipzig. Et que ce soit sur le terrain ou en dehors, c’est un club qui dérange. On est loin du « toi je ne t’aime pas trop » dans la cour de récréation au collège. Il est tout simplement considéré comme le club le plus détesté d’Allemagne. Mais pourquoi ?

La « petite » histoire du RB Leipzig

Tu connais certainement Red Bull. Cette petite boisson qui donne des ailes, celle que tu ajoutes à ton alcool lors de tes soirées, celle que tu utilises pour tenir ces nuits à réviser, cette canette qui te coûte un bras. Du coup maintenant tu prends la sous-marque. Mais t’as eu du mal à t’en passer. Faut dire que niveau marketing, on n’est pas loin de la perfection. Et toi tu tombes en plein dedans. Attention à ne pas en abuser au passage, c’est dangereux. Revenons-en au marketing car Reb Bull est un joli modèle. La marque a décidé de se montrer à travers le sport. Tu la vois notamment dans les sports extrêmes. Le fondateur autrichien, Dietrich Mateschitz, a ensuite décidé d’investir dans la Formule 1 avec son champion Sebastian Vettel qui sera sacré quatre fois d’affilée avec Red Bull Racing.

Va-t-ton parler du ballon rond dans cet article ? Oui car le monsieur au gros porte-monnaie voulait aussi s’implanter dans le foot. Ce fut chose faite avec Red Bull Salzbourg et les New-York Red Bulls. Ces deux clubs connaitront des résultats mitigés, ce qui ne satisfait pas le propriétaire. Direction donc une nation plus connue dans le football, une nation référence, l’Allemagne. Il choisit la ville de Leipzig, à l’Est. Après avoir tenté deux clubs – le FC Sachsen et le Lokomotive – pour autant de refus notamment à cause des supporters qui s’y sont opposés, ce sera le SSV Markranstädt qui deviendra donc le RB Leipzig. RB pour Red Bull ? Que nenni. RB pour RasenBallsport, officiellement. Je te vois sourire. Nouveau nom, nouveau logo, nouvelles couleurs, correspondants plus à Red Bull et le RB Leipzig est donc crée en 2009. Par chance, ou par une nouvelle tactique de l’autrichien, un stade de 44000 places refait à neuf pour la Coupe du Monde 2006 les attend. En Allemagne, un club « construit » de cette manière, sans histoire, sans culture, contrôlé et financé par une entreprise de la sorte, ça ne passe pas. Dans la ville, tout le monde est partagé. Dans le pays, on l’est moins. De nombreuses actions sont mises en place, des boycottes sont organisés contre ce club et ses « supporters » composés de beaucoup de touristes et peu connaisseurs du football.
Dietrich Mateschitz, à l’aide de jolies pirouettes et beaucoup d’idées derrière la tête, semble contourner toutes les règles et les interdictions qui existent dans le football en Allemagne. Jusqu’à quand ?

.

logo-leipzig

.

Et si Red Bull donnait vraiment des ailes ?

On peut réellement se poser la question. Le RB Leipzig voit donc le jour en 2009 et Dietrich Mateschitz voit gros, Dietrich Mateschitz voit loin. L’objectif à court terme était d’accéder à la Bundesliga et par la suite d’obtenir une qualification en Ligue des Champions et un titre de champion.
Parti de l’Oberliga (5ème division allemande) en 2009, le club accède directement à la Regionaliga (4ème div) un an plus tard. Après avoir échoué de peu deux années de suite à la montée, le voilà en 3. Liga en 2013 grâce à une saison où il est resté invaincu. Un an plus tard, la 2. Bundesliga. On est en 2014. Deux ans plus tard, en 2016 donc, le RB Leipzig découvre la Bundesliga. Un parcours incroyable.
Si la gestion du RasenBallsport Leipzig dérange en dehors du terrain, on voit bien que sur celui-ci, les joueurs posent de sérieux problèmes à leurs concurrents. C’est équilibré, ça joue au football, c’est costaud… Alors oui, le club est loin d’être aimé. Mais il faut tout de même reconnaître le travail des joueurs et des coachs qui se sont succédés sur le banc. Un club de l’Allemagne de l’Est rivalise enfin avec ceux de l’Allemagne de l’Ouest.

Après 8 journées de Bundesliga, le club le plus détesté d’Allemagne pointe à la seconde place du classement. À deux points du Bayern. Surprenant ? Pas surprenant ? Pas tant que ça si l’on voit ce qu’ils ont fait dans le passé, passé pas très lointain quand même pour un club qui a 7 ans. Quoi qu’il en soit, avec 5 victoires, 3 nuls et 0 défaite, le RB Leipzig est invaincu cette saison, tout comme le Bayern et Hoffenheim. Le club pourrait bien inquiéter d’autres équipes et aller titiller les poids-lourds de la Bundesliga.

.

leipzig2

.

Jusqu’où ira le RB Leipzig ? Même si tu détestes ce club, ça te fait mal de l’admettre mais tu sais qu’au fond, sportivement, c’est costaud. Cela ne t’empêchera pas de les traiter de tous les noms d’oiseaux quand même.
Si on se penche sur les objectifs de Dietrich Mateschitz, pour l’accession à la Bundesliga, c’est fait. Pour la qualification en Ligue des Champions et le titre, seul l’avenir nous le dira. Mais ce rêve n’est peut-être pas inaccessible avec cette boisson qui donne des ailes.

 

Crédits photos : nytimes.com / footmanager.net / papinade.com 

Auteur : Yoann Gautier

Je vous ai déjà parlé de Lucho ?

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Editos

  • Mes_gazouillis

    Cela n’a rien à voir avec l’ex-Allemagne de l’Est. C’est un produit parachuté et artificiel utilisant les attentes d’une région. Quel qu’en soit le prix. Dégoût!

Plus dans Editos, Europe
ranieri
Leicester : Ranieri a tout compris

Critiqué par certains observateurs anglais pour privilégier la Ligue des Champions au détriment du début de saison en Premier League,...

hollande-lettre-ouverte
Lettre ouverte d’un petit fan de foot au Président de la République

Cher François Hollande, j’ai un peu hésité avant de vous adresser ce texte. Au moment où j’ai pris connaissance de...

Futsal1
La petite vie du fan de futsal

Le futsal est une invention géniale pour les personnes qui n’ont pas assez d’amis pour faire des 11 contre 11....

Fermer