Que deviens-tu, Théo Chendri?

01
août
2017

Auteur :

Catégorie : Interviews / Ligue 1

theo-chednri

A 15 ans, Théo Chendri devient le premier joueur français à intégrer la prestigieuse Masia, le centre de formation du FC Barcelone. Une prouesse qui ne passe donc pas inaperçue et qui propulse le natif de Toulouse au rang des grands espoirs du football français. Le foot n’a pourtant rien d’une science exacte et le rêve blaugrana s’arrête à l’été 2016. Il rejoint ensuite le FC Nantes où il paraphe un contrat professionnel de trois ans. Après une première saison mitigée sur les bords de l’ Erdre, il revient avec lucidité et modestie sur son parcours.

Comment es-tu arrivé au FC Barcelone ?

Il y avait un recruteur du Barça qui travaillait en France. Il m’a repéré quand j’avais 13 ans environ. Il venait voir mes matchs quand je jouais à Colomiers en U14. Je suis allé passer des essais avec lui en Espagne, ils ont été plutôt bons et j’ai ensuite pris la décision d’intégrer la Masia.

Quel regard portes-tu sur ton passage à Barcelone ?

C’était une superbe expérience, j’ai appris énormément là-bas. J’y suis arrivé à 15 ans et j’y suis resté jusqu’à mes 19 ans, j’ai fais mes gammes au centre de formation. Lors de ma dernière année de U19 je m’entraînais quasiment toujours avec l’équipe réserve et je me suis aussi entraîné quelques fois avec les pros.

S’entraîner avec Iniesta, Messi, Neymar… c’est impressionnant non ?

C’est impressionnant mais ils m’ont bien intégré. Ils sont habitués à accueillir des jeunes joueurs, ça fait partie de leur quotidien. Ils m’ont traité comme un joueur de l’équipe première donc ça s’est plutôt bien passé.

Tu t’entraînes donc avec la réserve, côtoies un peu les pros, tu brilles avec les U19 en Youth League, mais en fin de saison, tu n’es pas conservé. Comment as-tu réagis ?

La vie continue, le foot ne s’arrête pas au Barça même si j’ai été surpris par cette décision. Un nouveau directeur sportif est arrivé lors de ma dernière année de contrat. Tout le monde n’était pas unanime concernant mon départ puisque d’autres membres du club préféraient me voir continuer à Barcelone. Le nouveau directeur sportif du club ne misait pas sur moi mais sur d’autres éléments, il a tranché, c’est comme ça.

.

“Je quitte le groupe France quatre mois avant que cette équipe ne remporte l’Euro, c’est dommage…”

.

Cette même année tu quittes aussi l’ Équipe de France U19…

Oui, j’étais appelé en sélection depuis U17. En U19 j’allais de moins en moins en Équipe de France, sans trop d’explications d’ailleurs, mis à part un léger désaccord avec le coach Ludovic Batelli. J’étais habitué au style de jeu du Barça, j’avais des principes de jeu que je ne retrouvais pas en EdF. Et à l’euro 2016 ils ont pourtant produit un jeu exceptionnel et c’est toujours la conception du foot que je défendais en bleu, en allant chercher haut l’adversaire et en essayant de jouer au ballon depuis notre défense. Mais au départ on ne voyait pas forcément les choses de la même manière. Je quitte le groupe France quatre mois avant que cette équipe ne remporte l’Euro, c’est dommage…

Tu rebondis cependant en signant pro au FC Nantes, pourquoi ce choix ?

C’est le club qui m’a montré le plus d’intérêt, qui m’a vendu un peu de rêve. En signant un contrat pro de trois ans j’avais le sentiment que le club allait miser sur moi. Et j’avais aussi envie de revenir en France. En Équipe de France mes potes touchaient au groupe pro, faisaient des apparitions ou étaient titulaires dans des clubs de ligue 1, alors je me suis dis pourquoi pas moi ? J’étais au niveau de mes coéquipiers en bleu donc il me semblait logique de pouvoir me jauger moi aussi par rapport aux clubs pros français.

Quand on sort du FC Barcelone, ça place le curseur de tes ambitions assez haut.

En signant pour trois ans ça sous-entend qu’on place beaucoup d’espoir en moi. Je devais intégrer le groupe pro assez vite, mais je n’ai même pas fais un seul entraînement avec l’équipe première, alors que je suis pro ! Donc oui je suis déçu. Mais ça viendra cette année je pense. Le retour en France a été dur, la saison dernière était très compliquée. Mais la page est tournée et une nouvelle année commence.

Tu devais sûrement t’attendre à mieux donc…

Oui bien sur, mais malgré mon expérience en Espagne, je dois avant tout faire mes preuves ici. Même si le club me fait de belles promesses c’est à moi de prouver que j’ai le niveau. Je ne veux pas que tout me tombe dessus facilement, même si je suis sorti du Barça, je suis exigeant envers moi-même. Les styles de jeu du Barça et de Nantes sont différents, l’Espagne forme les joueurs différemment qu’en France, ça ne sert à rien de comparer et de juger, c’est à moi de m’adapter maintenant. Surtout qu’au final on a d’excellents jeunes joueurs formés en France, il y a vraiment une excellente génération de jeunes talents.

Le fait d’avoir été formé au FC Barcelone, ce n’est pas justement un poids difficile à assumer ?

Si, un peu. J’ai l’impression que les gens ont parfois des idées reçues me concernant. Compte tenu que je viens de Barcelone ils s’imaginent que j’ai la grosse tête. Alors que c’est tout le contraire. Je suis quelqu’un de simple. Je suis travailleur avant tout, sans travail on n’a rien, formé au Barça ou non. Je n’en fais pas trop par rapport à ça. Très petit la lumière m’est tombée dessus, j’étais appelé par des clubs anglais, le Réal Madrid et le Barça, il faut pouvoir assumer.

Tu es le premier français à intégrer la Masia donc on a beaucoup parlé de toi…

Oui mais je n’ai pas souffert de cette médiatisation. En Espagne j’étais finalement un joueur de la Masia parmi d’autres. On parlait beaucoup de moi en France mais en France seulement. Donc cette médiatisation je ne la ressentais pas trop depuis l’Espagne, j’essayais de ne pas trop y faire attention et de ne pas me focaliser sur ce qui se disait sur moi.

.

“Je suis déterminé à faire une saison pleine”

.

Ta première saison au FC Nantes est mitigée. Cependant, il y a eu du changement à l’intersaison puisque Claudio Ranieri et Pierre Aristouy ont respectivement pris les commandes de la première et de la réserve. Dans quel état d’esprit es-tu ?

Je suis déterminé à faire une saison pleine, jouer tous les week-ends, me défoncer à chaque entraînement pour montrer ce que je vaux et qui je suis. Je veux repartir sur de bonnes bases et tirer un trait sur la saison passée. Avec de nouveaux coachs les compteurs sont remis à zéro, je bosse dur pour atteindre mes objectifs. Le but étant de montrer ce que je sais faire avec la réserve pour prétendre à avoir ma chance avec les pros. Et pour l’instant j’ai l’impression de faire une bonne préparation, je travaille dur. J’ai aussi la sensation d’être tombé sur un coach qui me permettra de franchir des paliers et de corriger mes défauts. Je dois avoir plus d’assurance dans le jeu, être encore plus propre techniquement. Il faut que je sois plus décisif aussi. Le coach est derrière moi, il me corrige à la moindre erreur et il sait m’encourager, il est très exigeant, c’est ce dont j’ai besoin.

Et si cette année n’est pas à la hauteur de tes attentes, qu’envisages-tu ?

Je vis au jour le jour, je n’envisage pas que ça se passe mal car je vais tout faire pour que cela fonctionne. Il me reste deux ans de contrat, donc je verrai à l’issue de ces deux ans. Le but est de réussir ici mais si ma réussite doit passer par un prêt dans un club d’un niveau inférieur pourquoi pas. Mais je n’y pense pas pour le moment, je ferai le point dans deux ans, je veux réussir ici.

Auteur : Victor Fuseau

Aime tout autant les tacles appuyés d'Iniesta que la finesse technique de Gattuso.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Interviews

Plus dans Interviews, Ligue 1
bielsa
Lille : Projet Loco

Cette saison 2017/2018 devrait être l’une des plus captivantes de l’histoire du championnat de France. A deux semaines de l’ouverture...

Stade_de_la_Beaujoire
Un nouvel écrin pour les canaris ?

Quel est le projet ? Construit en 1984 et rénové en 1998 pour la coupe du monde organisée en France,...

mc-court-om
Un “Champions project” pragmatique

Après des années de disette, le « Champions project » initié par le nouveau propriétaire olympien, Franck McCourt, entend redonner à l'Olympique...

Fermer