PSG / OM : Capitale de la rupture

17
mars
2019

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

PSG_vs_OM_par_Olympien25Alex

Pour la première fois depuis 2011, il n’y aura donc aucun représentant français en quarts de finale de Coupe d’Europe. Une statistique qui donne encore plus de relief à l’épopée olympienne de la saison passée et cette finale d’Europa League, la cinquième du club marseillais. Contrairement au club parisien, qui subit humiliation sur humiliation sur l’échiquier européen, l’OM voit son histoire jalonnée de coups d’éclats en Europe. À l’heure de se retrouver pour le grand « Classique » de Ligue 1, le PSG et l’OM sont plus que jamais deux clubs que tout oppose. Pourtant, vu l’écart sportif entre les deux équipes, beaucoup s’accordent à dire que cette rivalité ne véhicule désormais plus aucune saveur. Et si au contraire l’opposition entre le club phocéen et celui de la capitale avait pris une autre dimension depuis l’arrivée du Qatar ? Autopsie d’une rupture.

Dans leur médiatisation outrancière et leur faculté récurrente à générer des crises, l’OM et le PSG ont longtemps été deux clubs qui se ressemblent. On parle également là de deux des plus grosses tifoseria du championnat hexagonal, des deux clubs les plus supportés de France. OM/PSG, PSG/OM, que de souvenirs.. Le lob de Waddle sur Joël Bats, les duels Di Meco-Ginola, Waddle acclamé par le Parc, la tête plongeante de Boli trois jours après celle de Munich, le penalty litigieux de Ravanelli, le festival de Ronaldinho et la samba de Luis Fernandez, l’insolente efficacité de Pauleta, les symboles Cana et Gaby Heinze, le tampon de Lucho Gonzalez, les doublés de Zlatan et Gignac, le fantastique tifo du Vélodrome sous Bielsa, le coup-franç de Cavani .. Surfaite dans sa genèse, cette rivalité entre Marseille et Paris a depuis trente ans forgé l’histoire des deux clubs à travers des matchs âpres et disputés.

Cet antagonisme, né d’une rivalité fabriquée par Bernard Tapie et Canal+ au début des années 90, et marqué par l’opposition entre la capitale et la province, a certes perdu un certain charme depuis l’apparition de l’écrasante puissance financière des Qataris à la tête du club parisien. Aujourd’hui, on peut néanmoins avancer que l’OM et Paris sont deux clubs que tout oppose. En matière de résultats, de modèle économique, mais aussi de repères identitaires. Menacé par un « plan Leproux » à la sauce Mc Court, le mouvement Ultras marseillais saura-t-il garder ses repères et son identité, à l’inverse des Ultras parisiens mis à mal par Colony Capital et le Qatar ? Dans la cité phocéenne, la question est sur toutes les lèvres, et la solidarité marseillaise devra s’exprimer pour éviter à l’OM de subir pareil sort.

Malgré les investissements colossaux réalisés sur le marché des transferts, le club parisien ne parvient toujours pas à assouvir ses ambitions en C1. Cette Ligue des Champions où l’OM de Tapie, à contrario, avait vécu ses plus grandes heures de gloire. Car l’aura du club phocéen est ainsi faite, sa légende et son fiévreux public lui permettent de se transcender et de renverser des montagnes. Il plane au dessus de l’OM quelque chose de mystique, que tous les milliards du Qatar ne pourront jamais acheter. Le poids de l’histoire, ou l’ADN de tout grand club européen.

OM_Tifo

Ainsi, c’est peut-être la destinée de l’OM de contrarier l’hégémonie parisienne sur la scène hexagonale. Quoiqu’il advienne, le club phocéen restera ce club à part dans le championnat français, le club le plus populaire, et dont la légende, nourrie d’exploits européens, suscitera encore longtemps la fascination des observateurs et amoureux du football. Les fidèles du club au maillot blanc aiment se souvenir que l’OM avait amorcé son retour au premier plan au milieu des années 2000 en contestant l’hégémonie de l’Olympique Lyonnais. Notamment lors de ce huitième de finale de Coupe de France épique au Vélodrome où Mamadou Niang et Michael Pagis avaient fait mordre la poussière au grand Lyon de Jean-Michel Aulas. La saison passée déjà, pris à la gorge et bousculés 90 minutes dans le Vélodrome bouillant des grands soirs, les parisiens n’avaient dû leur salut qu’à la vista et l’adresse d’Edinson Cavani, auteur du coup-franc de l’égalisation dans les ultimes instants. Preuve que Marseille restera toujours Marseille, cette ville rebelle et insoumise, dont le club est toujours apte à perpétuer sa légende lors des grands rendez-vous.

Le 29 Mai 1993, trois jours après son sacre européen de Munich, l’OM bat le PSG 3-1 dans un Vélodrome en fusion. Trois buts marseillais signés Voller, Boli et Boksic répondent à l’ouverture du score de Vincent Guerin à l’affût pour reprendre une frappe croisée de Weah repoussée par Barthez. Agacés par la tournure des événements, les supporters parisiens jettent alors divers projectiles et fumigènes enflammés en direction des tribunes marseillaises où siègent des familles. Ces images, choquantes, marqueront à jamais les mémoires olympiennes et marque le véritable début de ma détestation du club de la capitale.

« L’important pour moi, c’était qu’on fasse des choses pour Marseille. Pas pour séduire Paris. » écrivait le célèbre romancier marseillais Jean-Claude Izzo. Et c’est la raison pour laquelle je goûte peu aux cortèges, festivités et à tout ce tapage médiatique qui précèdent désormais ce choc entre les deux équipes. À l’arrogante domination sportive et financière des parisiens, je souhaite par dessus tout voir l’OM y opposer sur le terrain son identité, sa fierté, sa légende. Ne pas être envieux de ce qu’est devenu le PSG, mais au contraire y opposer d’autres valeurs. Et faire de ce match, médiatiquement survendu au regard des forces sportives en présence, un symbole, la capitale de la rupture.

OM_joueurs

Credits Photos :

  • Image principale : sincères remerciements à Alex pour l’illustration

  • “L’argent ne fait pas le bonheur, l’OM si!”, F. Faugère/L’Équipe

  • Photographie finale : Paco Photographie pour Footpack

Auteur : Yannis Eleftheria

Méditerranéen rebelle et romantique baptisé à la religion footballistique. Le foot pour sa dimension sociale, la plume comme arme.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
Forza_Olympique_de_Marseille
Olympique de la Mémoire

C’est une nouvelle saison vierge de titres que bouclera en Mai prochain l’Olympique de Marseille. Plus de deux ans après...

Vélodrome_OM
OM : Sombres héros de l’amer

Depuis de trop longs mois, l’OM navigue en eaux troubles. L’avenir sportif du club phocéen paraît aujourd’hui sombre comme le...

Balotelli promo par Puma
OM / Balotelli : Total Kheops

Le peuple marseillais rumine sa colère et retient son souffle. Cette saison 2018-2019, qui devait être celle de la confirmation...

Fermer