Présentation des quarts de finale de l’Euro 2012

21
juin
2012

Auteur :

Catégorie : Euro 2016

La phase de poules s’est achevée ce mardi sur la défaite des bleus et la victoire des Anglais sur l’Ukraine. Verdict : deux grandes nations du football Européen manquent à l’appel des quarts de finale : les Pays-Bas et la Russie. Notons également qu’aucun des pays hôtes n’a réussi son pari de sortir de son groupe.

Le programme des quarts de finale est connu, avec Espagne – France en vedette, le choc des cultures Italie – Angleterre, sans oublier le «derby de la dette» Allemagne – Grèce et un République Tchèque – Portugal assez ouvert.

Jeudi 21 Juin – 20h45 : République Tchèque – Portugal

Après un premier match catastrophique dans cet Euro (défaite contre la Russie 4 – 1), les Tchèques ont créé la surprise en sortant en tête du groupe A. Ils possèdent bien des atouts, dont son gardien Petr Cech, héros de la finale de Ligue des champions avec Chelsea. La République Tchèque sera tout de même pénalisée par l’absence de son meneur de jeu Tomas Rosicky, tout juste remis d’une blessure au tendon d’Achille et qui devrait débuter sur le banc.

Sorti du groupe de la mort, le Portugal est devenu l’outsider numéro 1 de la compétition, surtout depuis la renaissance de sa star Cristiano Ronaldo dans le match décisif contre les Pays-Bas (2-1).

Présent en phase à élimination directe d’une grande compétition pour la cinquième fois consécutive, les Lusitaniens devront tout de même se méfier de la formation Tchèque qui entend bien créer la surprise et rééditer son parcours de 1996 (finaliste).

Vendredi 22 Juin – 20h45 : Allemagne – Grèce

Seule équipe à terminer ce 1er tour avec trois victoires, les Allemands ont impressionné et justifié leur statut de grands favoris lors des phases de groupe. Séduisante, la Mannschaft n’a jamais tremblé dans le groupe de la mort, profitant notamment de la grande forme d’un Mat Hummels et d’un Mario Gomez toujours aussi efficace devant le but. La seule incertitude des hommes de Löw concerne le duo Schweinsteiger – Ozil pas encore à 100%.

La présence des champions d’Europe 2004 constitue la grosse surprise de ces quarts de finale. Peu de monde les voyait éliminer la Russie, au premier tour. Auteurs d’une grosse performance collective dans leur match décisif, les Grecs jouent avec leur cœur pour offrir du plaisir à tout un peuple en souffrance.

Privée de son stratège et capitaine Giorgios Karagounis, auteur du but de la qualification, la Grèce semble quand même manquer d’argument face à la force de frappe allemande.

Samedi 23 Juin – 20h45 : Espagne – France

Après une entame encourageante contre l’Angleterre et une très bonne prestation contre l’Ukraine, les bleus sont complètement passés à côté de leur sujet contre la Suède. Difficile donc de situer le niveau réel de l’équipe de France avant son premier quart de finale d’une grande compétition internationale depuis le Mondial 2006.

Côté Espagnol, la Roja a alterné le bon et le moins bon dans cet Euro, les stars blaugrana paraissant parfois un peu émoussées. Ce qui n’a pas empêché les tenants du titre et grands favoris de terminer premier de leur groupe en marquant 6 buts en trois matchs contre 1 seul encaissé et d’avoir toujours la possession du ballon avec un jeu collectif bien rodé.

En course pour un triplé inédit, les ibériques semblent avoir surmonté les absences de Villa et Puyol et partent logiquement favoris contre l’équipe de France. Mais face à des bleus que l’on attend revanchards, il n’est pas à exclure que les hommes de Laurent Blanc puissent créer la surprise.

Dimanche 24 Juin – 20h45 : Angleterre – Italie

Plombée par le départ de Fabio Capello en pleine préparation, décimée par les forfaits et handicapée par la suspension de Rooney, l’Angleterre semblait au bord de la crise de nerfs avant le coup d’envoi de cet Euro.

Pourtant, les Anglais sont bien là et n’ont jamais tremblé dans la phase de poules, s’octroyant même le luxe de terminer premier du groupe D. De retour au tout premier plan, l’équipe de Roy Hodgson profite d’un Steven Gérard en très grande forme, et pourront compter sur le chouchou des tabloïds anglais “Wonder Wayne”, auteur du but décisif dès son entrée dans la compétition.

Côté Italien, les choses ne se présentaient guère mieux au coup d’envoi de cette compétition. Mais comme en 2006, les Transalpins semblent ignorer le scandale des matches truqués qui l’éclabousse, retrouvant les qualités de discipline tactique à la base de tous leur succès. Seul ombre au tableau, la Squadra Azzura sera privée sur blessure de son défenseur Giorgio Chiellini, auteur d’un très bon Euro jusque là. Dans cette confrontation, difficile de dégager un favori tant l’issue semble indécise.

Si des surprises et des déceptions ont déjà marqué le début de la compétition, d’autres pourraient se produire dans les jours qui viennent : les Grecs, Tchèques et Français n’attendent que ça !

Auteur : Loïc Denibaud

Intervenant d'action sociale le jour, amoureux du football et du beau jeu le jour et la nuit.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Euro 2016

Plus dans Euro 2016
grèce-karagounis
Euro 2012 : Les stats de la troisième journée

La 3ème et dernière journée de l’Euro vient de se terminer et nous connaissons désormais les 8 qualifiés pour la...

Lloris
Un match à oublier pour aller chercher l’exploit

Quatre jours après sa solide prestation contre l’Ukraine, une vague d’optimisme envahissait le camp tricolore avant ce dernier match de poule...

euro-2012-france-suede-pronostics-redaction
L’Angleterre OK, la France dans le néant

Angleterre-Ukraine et Suède-France ! Ces deux matchs sonnent la fin de la phase de groupe de cet Euro 2012 !...

Fermer