Pourquoi le Barça est de retour ?

01
octobre
2017

Auteur :

Catégorie : Europe

fc-barcelone

Après une saison 2016/2017 compliqué pour la maison blaugrana, ponctuée par une perte du titre de champion et une gifle en quart de Ligue des Champions face à la Juve, le FC Barcelone se devait de réagir. Le départ de Luis Enrique entériné avant même la remontada, les dirigeants culés ont trouvé en Ernesto Valverde le coach idéal pour rétablir l’ADN barcelonais, remettre Messi au sommet et combler les manques des saisons précédentes. Et même la motion de censure contre le président Bartomeu suite au départ de Neymar ne parvient pas à déstabiliser ce Barça retrouvé.

Parce qu’Ernesto Valverde a cerné les erreurs du passé

Quand on pense au Barça, on pense à du beau jeu tout en possession, à Cruyff, à Guardiola, à Messi. Mais ces dernières années, c’était plutôt Tata Martino, puis verticalité, MSN et remontada. Fini le Barça ultra-dominant, fini le grand Iniesta, Xavi, Busquets, Messi, une armée de joueurs sur le déclin, soi-disant. Alors après tant de déboires, auxquels s’ajoute le départ de Neymar, les barcelonais ont décidé de remettre la Segrada Familia au milieu du village en intronisant Ernesto Valverde comme entraîneur. Depuis son arrivée, il s’est attelé à remettre les cadres du vestiaire sur pied et en confiance après les secousses provoquées par Luis Enrique. Il replace Jordi Alba comme titulaire inamovible, redonne à Iniesta toute son influence au milieu. Une influence qui rejaillit sur Sergio Busquets, de nouveau impérial à la récupération. Le Barça semble avoir retrouvé sa mainmise sur le ballon, sa maîtrise au milieu et son jeu d’antan. Certes, le Barça a perdu la Supercoupe d’Espagne face au Real Madrid en plein cœur du mois d’août et du feuilleton Neymar, mais s’en est suivi jusqu’à aujourd’hui une série de victoires en championnat et en Champion’s League avec notamment un large succès (3-0) face à la Juventus pour laver l’affront de l’année passée. Valverde gère ses stars et fait en sorte de les mettre dans les meilleures dispositions, là où ses prédécesseurs utilisaient les Iniesta ou Messi un peu contre nature. C’est avec cet état d’esprit culé retrouvé que les blaugranas ont déjà pris 7 points d’avance en Liga sur son principal rival madrilène, marquant 20 buts en 7 matchs (pour 2 encaissés).

Parce que l’on revoit Messi

Bien sûr que l’on a jamais vraiment perdu Messi. Même soi-disant moins bon, le génie argentin marquait sa cinquantaine de buts par saison. Mais ses statistiques n’ont pas toujours reflété le contenu de ses matchs, où son influence dans le jeu semblait s’appauvrir à mesure que celle de Neymar s’enrichissait. Le départ du brésilien acté, Valverde savait que le jeu offensif de son équipe devait à nouveau tourner autour de Messi. Même après l’arrivée de Dembele. Et pour redonner au Messi ses lettres de noblesse, Valverde va créer un schéma tactique sur mesure pour son n°10, où l’argentin possède une liberté totale, se plaçant entre Suarez (au centre) et Dembele (à droite) dans le 4-3-3 maison. Ce schéma inédit en 4-3-2+Messi permet à la Pulga de se placer là où les différences se font, dans les intervalles entre le milieu et la défense adverse. Tant pis si le côté gauche se retrouve déserté, Iniesta, Jordi Alba ou les décrochages de Suarez se chargent de combler le vide. Dans cette nouvelle animation, Leo Messi retrouve son jeu, se remet à courir, refait des différences et marque toujours autant de buts, 9 en 7 matchs de Liga. Pour son bonheur et celui des socios.

Parce que le recrutement a comblé certains manques

Alors oui, il y a eu le départ de Neymar. Un départ impossible à combler avec un joueur de valeur égale. Mais malgré cet énorme couac, le mercato blaugrana a été intelligent, comblant des manques au poste de latéral droit et au milieu notamment. Déserté depuis le départ de Dani Alves, le côté droit de la défense a trouvé en Nelson Semedo un homme à sa hauteur, là où Sergi Roberto n’a fait trembler personne mis à part le PSG un soir de mars. Le milieu barcelonais manquait aussi de corps les saisons précédentes, Paulinho a donc débarqué en provenance de Chine pour aider Busquets à la récupération. Son arrivée n’a peut-être fait rêver personne, mais son profil convenait parfaitement aux besoins de l’équipe et il ne lui a pas fallu très longtemps pour faire taire les critiques, faire oublier le prix de son transfert et ses jongles ratées durant sa présentation. Même le départ de Neymar a été comblé de façon efficace et cohérente par l’arrivée de Dembele qui n’a pas été placée à gauche mais à droite du 4-3-3. Ce positionnement et le transfert avorté de Coutinho mettent en avant le projet de jeu souhaité par Valverde, un 4-3-3 où Messi se place entre l’ailier et Suarez, pouvant ainsi créer le surnombre, rentrer sur son pied gauche ou renverser le jeu sur le côté gauche où le vide aurait été comblé par les montés de Coutinho. Le brésilien n’ayant pas été libéré par Liverpool, ce vide a été compensé par Iniesta. Quoiqu’on en pense, le recrutement aura été cohérent, et le Barça retrouvé.

Auteur : Dylan Houeix

Rédacteur Au Premier Poteau pour servir Edinson Cavani.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Plus dans Europe
IMG_3866
Dries Mertens, ce géant

Comme on pouvait s'y attendre, le Napoli a démarré la saison tambour battant en Serie A capitalisant 6 victoires en...

Retour de la Champion's League ce mardi et ce mercredi et grande soirée #LDCLiveCamp sur Twitter en suivant Au Premier Poteau.
Plaidoyer pour des campagnes européennes plus courtes

Aussi régulièrement réformées que remises en cause, les formules actuelles des compétitions européennes ne cessent de concentrer les critiques. Si...

julien-aliane-origine-
Julien Aliane (L’ÉQUIPE) : “Emery ne rend pas service à Cavani & Neymar”

Julien Aliane est un journaliste et commentateur de LA CHAÎNE L'ÉQUIPE. Spécialiste de football, il travaille notamment sur L'ÉQUIPE d'Estelle...

Fermer