Pologne – Russie : Un score nul pour un match fantastique

12
juin
2012

Auteur :

Catégorie : Euro 2016

robert_lewandoski_pologne

L’affiche de cette journée du groupe A est belle et bien celle-ci : Russie – Pologne, deux pays ennemis depuis la nuit des temps.  En démontre malheureusement la mort d’un supporter russe causé par des affrontements violents entre « pseudos-supporters », dirons-nous Hooligans, avant le match.

Outre le contexte diplomatique de cette rencontre, Russe comme Polonais avait un coup à jouer dans ce groupe amplement à leur portée, suite à la victoire, tant surprenante qu’imprévisible, de la République Tchèque sur la Grèce. En cas de victoire, la Russie se qualifierait automatiquement et arborera son dernier match avec décontraction. D’autant plus que cette victoire mettrait la Pologne en grand danger, cette équipe qui n’a jamais gagné un seul match dans cette compétition (2 défaites et 1 nul en 2008 et un nul face à la Grèce cette année), et pourrait  l’empêcher d’accéder au quart de finale chez elle.

Le premier quart d’heure est à mettre à l’honneur des Polonais qui entament leur match des meilleures manières en se créant les occasions les plus dangereuses. Un premier arrêt réflexe sur sa ligne du gardien Malafeev sur un coup-franc du bordelais Obraniak légèrement dévié par Boenisch empêchaient la Pologne d’ouvrir le score. Moins de 5 minutes après cette première frayeur, Robert Lewandowski, après un enchaînement contrôle-frappe digne des plus grands, vit sa frappe frôlée la lucarne d’un Malafeev battu.

Malgré quelques phases de jeu russe, c’est bien les Polonais qui dominent et une nouvelle fois, au terme d’une superbe combinaison mêlant vitesse et précision, le milieu Polanski concluait l’action d’une belle frappe qui filait se loger dans le petit filet malheureusement en position de hors-jeu lors de l’ultime passe.

Le match s’équilibrait peu à peu jusqu’à devenir totalement Russe, en plus d’être plaisant, avec des équipes soucieuses de produire un jeu et de se porter vers l’avant. C’est à la demi-heure de jeu que la rencontre bascula, sur un coup-franc d’Archavine. Pour sa 3ème passe décisive en deux matchs, le stratège Russe délivra un centre dévié dans les 5 mètres 50 par l’épaule de Dzagoev qui devient le meilleur buteur de la compétition lui aussi. La fin de la première mi-temps est une attaque-défense pour les Russes ou les Polonais se contentent de défendre. Seule en pointe, Lewandowski n’a que trop peu de ballon à négocier. La mi-temps est sifflée sur le score de 1-0 en faveur des Russes. Un avantage logique tellement les « diables rouges » jouent un football de qualité.

La seconde période redémarre sur des chapeaux de roues, et de nouveau, les Polonais s’offrent la première occasion. Effectivement, sur une intelligente passe en profondeur d’Obraniak pour Lewandowski, parti à la limite du hors-jeu, le buteur se présente face à Malafeev mais la balle roule trop et le portier concède le corner.

S’en suit une multitude d’actions, notamment Russes, mais l’ex-pays communiste gâchent bon nombre d’occasions de tuer le match. Et c’est  à l’heure de jeu, sur une nième balle de break manquée pour l’équipe de Dick Adcocaat, que la contre-attaque Polonaise se met en place. Sur son flanc droit, Blaszczykowski repique dans l’axe en une touche de balle et envoie une frappe surpuissante dans la lucarne opposée de la cage de Malafeev, impuissant.

Les russes payent complètement leur suffisance et ne peuvent que s’incliner sur ce joli but. Une égalisation plutôt logique tant la motivation et la hargne des Polonais est visible. Les vingt dernières minutes sont incroyables, l’engagement rude et les deux formations bataillent sur chaque ballon. Les frappes et les  situations chaudes se multiplient. La toute fin de match est poussive et les Russes ont repris le dessus, les Polonais se contentent de défendre mais l’on constate bien les limites d’un match engagé du début jusqu’à la fin : la fatigue se fait ressentir et la fin de match est très difficile !

Score final : 1 – 1. Tout reste à faire dans ce groupe, ces deux équipes restent en lisse pour les quarts de finale. On pourra tirer les enseignements à la fin de ce premier tour. Dans tous les cas, Messieurs, Bravo et Merci pour ce fabuleux spectacle !

Auteur : Alexis Sourisseau

Alexis, dépendant de foot indépendamment de sa volonté.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Euro 2016

Plus dans Euro 2016
baros_republique_tcheque
La Grèce chute, la République Tchèque se relance !

Pour lancer cette deuxième journée de l’EURO, Grecques et Tchèques s’affrontaient à Wroclaw (Pologne) sous l’arbitrage de Stéphane Lannoy, unique...

shevchenko_ukraine
Les stats de la 1ère journée

La 1ère journée des phases de poule de l'Euro 2012 est déjà finie. Avant de commencer la deuxième journée ce...

prono_euro_2012
La France pouvait faire mieux …

Au terme d'un match sans grande intensité et longtemps ralenti par la tactique des Anglais, les deux équipes se sont...

Fermer