Plus qu’une finale !

29
juin
2013

Auteur :

Catégorie : Coupe du Monde 2014

1034913-16659176-640-360

Ce dimanche l’Espagne et le Brésil s’affronteront en finale de l’édition 2013 de la Coupe des Confédérations. Si la compétition a rarement enthousiasmé les foules, cette édition brésilienne dérogera incontestablement à la règle.

Et cette finale, en apothéose, au Maracana, viendra clore une superbe quinzaine ou le niveau de jeu affiché a donné l’eau à la bouche, en préambule à la Coupe du Monde 2014.

Difficiles vainqueurs de l’Uruguay et de l’Italie, en demi-finales,  le Brésil et l’Espagne auront tout de même dominé cette compétition, notamment lors de la phase de poules où les deux équipes se sont montrées intraitables. Si les deux formations ont connu une grosse baisse de forme lors de leur demi-finale, elles n’en sont pas moins sorties gagnantes, et se disputeront, dimanche, un titre bien plus qu’honorifique.

Un titre de “meilleure nation du monde”

A cet instant, on ne parle plus d’un match, pas juste d’une finale, mais de hiérarchie, de domination sur le foot mondial, d’un moment presque historique… La meilleure nation du football actuelle va affronter celle qui a longtemps revendiqué cette appellation, à juste titre. Avec 5 Coupes du Monde à son actif, le Brésil est le plus gros palmarès de l’Histoire du foot, c’est la référence, parfois en terme de jeu ( moins désormais ), parfois en terme de ferveur… Le Brésil a toujours sorti des équipes redoutables et des joueurs d’exception, depuis les années 50, rares auront été les ” générations manquantes ” du côté de la Seleçao.

Les auriverdes ont écrit leur histoire par le jeu, grâce à des Garrincha, Pelé, Zico, Jairzinho, Socrates, Romario, Ronaldo, Ronaldinho et perpétue la tradition des prodiges avec son nouveau n°10, Neymar ! Encore loin de ses aînés, le jeune brésilien, de 21 ans, porte déjà l’espoir de tout un peuple, on se demandait si’l pouvait répondre présent dans une grande compétition, face à de grandes équipes, c’est chose faite, il sera l’attraction de la finale, et pourrait, déjà, accrocher ses premiers galons d’idole à son maillot auriverde.

L’Espagne, à travers l’Histoire, n’arrive pas à la cheville du Brésil, c’est un fait… mais depuis 2008, personne n’arrive à la semelle de la Roja. Les coéquipiers de Xavi ont révolutionné le football, en faisant ce que trop peu d’équipe avaient osé avant eux, en inventant un style de jeu, en proposant quelque chose de différent, en imposant leur style, contre vents et marrées, sans faire fi des commentaires, en étant sur de leurs forces, en s’appuyant sur un collectif hors norme et une génération sans précédent. 5 ans plus tard, la “Furia Roja” a remporté trois titres majeurs.

Doubles champions d’Europe en titre et champions du monde, les espagnols sont patrons du football mondial. Rares sont ceux qui peuvent se targuer d’avoir pu faire vaciller cet adage. Cette Coupe des Confédérations n’aura fait que confirmer que l’Espagne est toujours aussi solide, la demi-finale face à l’Italie a démontré que même quand la Roja passe à côté de son match, elle peut se reposer sur San Iker ! Lui qui a sauvé quelques matchs en Coupe du Monde ou aux Euros, aura été le meilleur espagnol ( avec Andrès Iniesta ) face aux transalpins, et si les ibériques disputeront la finale de la compétition, ils le doivent à leur gardien… Il n’y a pas de grande équipe sans grand gardien, et la Roja est une très grande équipe.

Une dernière répétition avant la Coupe du Monde 2014

Difficile de sortir un favori pour cette finale, et c’est tant mieux. Quoi qu’il en soit, cette finale sera historique, pour plusieurs raisons :

  • Parce si les deux équipes retrouvent leur forme de la phase de poule, le spectacle sera grandiose, le niveau de jeu impressionnant et, de fait, le match pourrait devenir une nouvelle référence, pour la Coupe des Confédérations, mais pas seulement.
  • Parce que, quel que soit le vainqueur, la performance sera historique. Si l’Espagne s’impose elle écrira pour la première fois son nom au palmarès de cette compétition, si le Brésil s’impose, il deviendra le premier pays à s’imposer trois fois de suite en Coupe des Confédérations.
  • Enfin, l’affiche est magnifique, et quel meilleur écrin pour ce match que le mythique Maracana… modernisé pour la Coupe du Monde 2014, le ” Géant de Rio ” a perdu ses 220 000 places, mais l’âme de la ferveur auriverde est intacte, et les 70 000 privilégiés qui assisteront à ce match devrait vivre quelque chose d’unique.

Il flotte déjà comme un parfum d’Histoire, comme le sentiment que d’une finale “anodine” peut naître l’un des plus grands monuments de l’Histoire du foot. Certes, il ne s’agit pas de la finale de la Coupe du Monde, mais ça y ressemble tellement, il reste à souhaiter que la Coupe des Confédérations ne soit pas un ” frein ” à l’engouement que suscite ce match. Brésil-Espagne, c’est beaucoup plus qu’une finale, c’est une possible anthologie, l’apologie du football total, la victoire de l’offensive, la beauté du jeu, du sport.

Auteur : Damien Jaud

Damien, 31 ans, passionné de foot. Ex-joueur de foot. Fan d'esthétisme plutôt que de puissance. Amoureux du foot.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Coupe du Monde 2014

Comments are closed.

Plus dans Coupe du Monde 2014
Vainqueur dans la douleur de l'Uruguay, le Brésil sera bien en finale de sa coupe des Confédérations 2013. Il affrontera le vainqueur de Espagne-Italie.
Le Brésil y sera !

Au terme d'un match moins étincelant que ce que l'on a pu voir jusqu'alors dans cette Coupe des Confédérations, le...

Face au Nigéria, la Roja à encore fait parler la poudre et va défier l'Italie en demi-finale de la coupe des confédérations.
Qui peut arrêter cette Espagne ?

Troisième match de poule pour la Roja et troisième victoire, face au Nigeria. Bilan de cette première phase de la...

neymar-bresil
Le Brésil est redevenu “Seleçao”

Trois matchs, neuf buts marqués, deux encaissés, un niveau de jeu qui ne cesse d'évoluer eu fil des matchs, un...

Fermer