Paris décevant, Marseille mal payé

07
novembre
2013

Auteur :

Catégorie : Europe

Auteur d'une 4ème défaite en 4 matchs, les Marseillais sont d'hors et déjà éliminés de la LDC. Paris, malgré son match nul, poursuit sa marche en avant.

Sur un nuage il y a deux semaines face à Anderlecht, les parisiens n’ont pas fait mieux qu’un match nul (1-1) contre ces mêmes belges. Marseille, trop tendre défensivement subit sa quatrième défaite en autant de matchs et est éliminé de la course aux huitièmes de finale. Retour sur les matchs des clubs français.

Paris pris au piège

Depuis la prise de fonctions de Laurent Blanc, les joueurs du Paris Saint Germain avaient considérablement progressés dans leurs principaux défauts de la saison dernière : la concentration et la motivation contre les adversaires présumés plus faibles. Lorient (4-0), Benfica (3-0) et surtout Anderlecht (5-0) pouvaient en témoigner. Mais lors du match retour face aux représentants du plat pays, on a eu l’impression de retrouver le PSG d’Ancelotti version Ligue 1 à Reims (0-1), à Nice (1-2) ou contre Rennes (1-2) la saison dernière : suffisant!

Dès le début de la rencontre, les hommes du «président», pas coordonnés dans leurs mouvements, ont montré qu’ils ont abordé cette rencontre à la légère. Après la balade du match aller, ils ont sans doute pensé que la décision allait se faire d’elle même, tôt ou tard. Mais face à eux, les hommes de la capitale, privés de Cavani, ont trouvé une équipe avec des intentions nouvelles : un pressing très haut, des intentions de jeu et surtout une agressivité digne d’une vraie équipe de foot. Naturellement, ils n’ont donc pas eu la même facilité pour percer les lignes adverses.

Auteur d'une 4ème défaite en 4 matchs, les Marseillais sont d'hors et déjà éliminés de la LDC. Paris, malgré son match nul, poursuit sa marche en avant.Et à force de ne pas jouer au niveau qui est le leur depuis le début de cette campagne européenne, les leaders de Ligue 1 se sont fait surprendre. Menés 1-0, c’est à ce moment-là qu’on a vu leur vrai visage. A peine deux minutes après le but d’Anderlecht, Zlatan égalise presque trop facilement. Puis plus rien. Les parisiens sont retombés dans leurs travers.

Un joueur symbolise cette contre-performance parisienne : Zlatan. Le suédois est un baromètre. Quand il va, tout va. Par contre, quand il est hors du coup, comme mardi soir, le collectif s’en ressent. Malgré son but, Ibra n’a pas eu le rendement qui est le sien depuis quelques semaines. Fait rarissime, il a perdu ses dix duels qu’il a tentés face à la défense bruxelloise. A ses côtés, Lucas et Lavezzi ont beaucoup provoqué mais en ont trop fait, vendangeant de nombreuses occasions de buts. Seul Thiago Motta, et à un degré moindre Matuidi ont été au niveau. La qualité de passe du premier et le sens du dévouement du second ont permis au PSG d’exister… par intermittence. A noter aussi, le retour à la compétition de Thiago Silva après six semaines d’absence.

Prochain rendez-vous : la réception de l’Olympiakos le 27 Novembre pour, ce coup là, officialiser la qualification en huitième de finale.

Marseille et sa défense gruyère

Tenir le ballon, produire du jeu, se procurer des occasions et voir tout anéanti par une défense trop laxiste. Tel fut encore le cas, ce mercredi soir, pour l’Olympique de Marseille, défait à Naples (3-2).

Pleins de bonnes volontés, les marseillais avaient pourtant bien débuté en ouvrant le score grâce à une tête d’André Ayew. Mais, petit à petit, les vieux démons marseillais ont resurgit. Point faible olympiens depuis le début de la saison, la défense à de nouveau fait des siennes et offert des occasions à la pelle aux attaquants Napolitains. Inler, pas pressé a eu le temps de contrôler et d’armer une belle demi-volée pour revenir à un but partout. Deux minutes plus tard, libre de tout marquage, Higuain a donné l’avantage au siens. Rebelote en seconde période, alors que les phocéens avaient fait le plus dur en égalisant. L’argentin, encore étrangement seul au second poteau ne s’est pas fait prier pour reprendre un centre de Mertens, pas attaqué non plus. Une apathie défensive trop criante pour pouvoir espérer l’emporter, surtout contre une équipe aussi bien armée offensivement.

L’avant-centre est également un problème conséquent pour Elie Baup. Que ce soit Gignac, Khalifa ou Jordan Ayew, aucun n’a vraiment le niveau européen. Titularisé à la pointe de l’attaque olympienne, le jeune ghanéen n’a pas pesé du tout sur le jeu. La comparaison avec son homologue napolitain, Higuain est criante. Nul doute qu’avec un buteur de la trempe de l’argentin, Marseille ne serait pas bloqué à zéro point dans ce groupe tant ils ont proposé des choses intéressantes dans le jeu.

Qu’il se rassure, Jordan Ayew n’a pas été le seul joueur pas au niveau. Titularisé en l’absence de Fanni, Abdallah a laissé trop d’espace aux attaquants adverses. Même constat pour Morel, de plus en plus décevant à chaque sortie. Diawara, titularisé en lieu et place de Mendès a manqué son dégagement de la tête et a offert le deuxième but aux Italiens. Rayon satisfaction, Ayew, auteur de son troisième but de la saison dans cette compétition, a montré qu’il mérite mieux que l’OM pour s’exprimer dans la cour des grands. De retour à son niveau bastiais, Thauvin prouve qu’il en a plus dans les jambes que dans la tête… Associé à Cheyrou, Romao a ratissé bon nombre de ballons.

Sans surprise, Marseille est donc éliminé de la Ligue des Champions dans cette poule de la mort, alors qu’il reste encore deux journées à disputer dans cette phase de groupe. Le reversement en Europa League paraît également très utopique. Prochain match, déjà pour du beurre, à l’Emirates Stadium contre Arsenal, le 26 Novembre prochain.

Auteur : Antoine Raguin

Antoine, aspirant journaliste, amoureux de football et de sports en général et nostalgique de Zizou.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Comments are closed.

Plus dans Europe
Excellent dans son club de Southampton, Morgan Schneiderlin n'est pourtant pas reconnu à sa juste valeur en France. Explications.
Morgan Schneiderlin, “l’oublié”

Il y a quelques mois, nous vous dressions son portrait, aujourd'hui Morgan Schneiderlin est devenu un des meilleurs milieux  d'Angleterre....

Si l'Atlético Madrid réalise un si bon début de championnat, c'est en partie grâce à son attaquant vedette, Diego Costa. APP dresse son portrait.
Diego Costa “El fornido” de Madrid

Diego est un voyageur, sa carte de visite ne nous démentira pas. Entre le Portugal et l'Espagne, l'attaquant de l'Atlético...

10eme journée de Premier League: Arsenal confirme, Chelsea déprime tandis que Manchester United et Manchester City déroulent.
City en impose, Chelsea explose

Ce week-end en Premier League : un choc qui a tourné à l'avantage d'Arsenal, Manchester United qui confirme son embellie...

Fermer