OM : L’aride des jours

05
juin
2019

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Zubizarreta_OM

« Telle est la vie des hommes. Quelques joies, très vite effacées par d’inoubliables chagrins. Il n’est pas nécessaire de le dire aux enfants ». Quand Marcel Pagnol écrivait ces mots dans Le Château de ma mère paru en 1957, il ne se doutait pas qu’il résumerait là l’histoire chaotique de l’Olympique de Marseille. En effet, depuis plusieurs décennies, supporter l’OM ressemble à un sacerdoce. Au vent de l’espoir né des saisons parsemées d’émotions succèdent les innombrables saisons de disette, et l’histoire semble se répéter inlassablement. Une fois encore, l’été marseillais sera long. Comment rebondir après une telle saison ? Comment remodeler un effectif où les vestiges de l’ère Garcia pèsent de toute leur incohérence ? C’est la tâche qui incombe aux dirigeants marseillais et plus particulièrement au discret Andoni Zubizarreta. Le chantier est colossal mais le mercato estival pourrait s’avérer moins mouvementé que prévu, d’autant que la DNCG (qui vient de donner son feu vert) et le Fair-play Financier auront à l’œil les agissements du club phocéen cet été.

L’après Mandanda

On l’aura compris, l’anticipation ne semble pas être le fort des dirigeants olympiens. L’été dernier déjà, alors que Steve Mandanda montrait des signes de déclin, il aurait été judicieux de se mettre sur la piste d’un gardien en devenir travaillant dans l’ombre afin de pousser le champion du monde 2018 vers la sortie. La prolongation de Yohann Pelé apparaissait presque alors comme une hérésie. De George Carnus à Joseph Antoine Bell et de Gaëtan Huard à Fabien Barthez, l’OM a eu de très grands gardiens dans son histoire, et Il Fenomeno est un de ceux-là. Il aurait été préférable de le voir partir par la grande porte. Alors, B. Lecomte, E. Mendy, le jeune Amadou Dia ? Ou un joueur de l’écurie Jorge Mendes qui pourrait désormais avoir ses entrées à l’OM ? À Zubizarreta, ancien très grand gardien international, de trouver le nouveau gardien du temple olympien.

La parole est à la défense

Rare satisfaction de la saison qui vient de s’écouler, la charnière composée de Bouba Kamara et Duje Caleta-Car semble promise à un bel avenir et devrait devenir l’un des socles de l’OM de Villas-Boas. Si Kamara est pour l’heure très courtisé, il est inconcevable de le voir quitter le maillot blanc auquel il est très attaché. Mais la jeune charnière devra être mise en concurrence pour ne pas se sentir installée et continuer à progresser. Exit les Rolando, Hubocan et Abdennour. Quid d’Adil Rami et son salaire de sénateur ? Le néo Champion du monde semble plus enclin au One Man Show qu’aux exploits footballistiques ces derniers temps. Du caractère et une bonne dose d’expérience semble être les compétences requises pour s’imposer et encadrer la jeunesse.

Les couloirs nécessitent eux aussi d’être renforcés. La philosophie de jeu d’André Villas-Boas exigeant beaucoup de verticalité et l’utilisation des latéraux étant primordiale, il faudra donner des armes au coach portugais pour suppléer Bouna Sarr, le guerrier Hiroki Sakai et enfin concurrencer le très décevant Jordan Amavi.

La refonte du milieu marseillais

L’onéreux Kevin Strootman invité par Jacques-Henri Eyraud à partir, Luiz Gustavo trainant son spleen et clamant ses envies d’ailleurs, Maxime Lopez très suivi en Espagne, et Morgan Sanson, au profil bankable qui pourrait permettre de combler une partie du déficit, le milieu marseillais pourrait subir une sévère refonte cet été. Ce n’est évidemment pas le retour de prêt de Gregory Sertic qui rassurera les supporters. Des noms ont commencé à circuler, Olivier Ntcham du Celtic Glasgow que Villas-Boas suit avec insistance depuis un an, ou encore le jeune milieu international U20 Mickaël Cuisance qui évolue au Borussia Mönchengladbach. On sait qu’Andoni Zubizarreta s’était intéressé l’été dernier aux profils de Valentin Rongier et Diadie Samassekou, mais sans Coupe d’Europe et avec des moyens forcément très limités, il ne pourra pas faire de folies. Qui deviendra le nouveau caïd du milieu marseillais ?

Et quid de Dimitri Payet ? Le nouvel entraîneur olympien a d’ores et déjà admis vouloir en faire son homme de base et dépositaire du jeu. Avec la perspective de l’Euro 2020, le meneur de jeu réunionnais saura-t-il retrouver le niveau d’exigence que lui avait inculqué Marcelo Bielsa et enfin sublimer sa carrière olympienne ?

Incarner la devise Droit au but

Selon de nombreux observateurs, ça aurait dû être le chantier prioritaire de cet OM version Mc Court. Recruter à prix d’or Dimitri Payet pour sa capacité à créer des occasions était judicieux mais encore faut il placer les hommes idoines devant lui pour la mettre au fond. Clinton Njie, qui ne s’est jamais imposé sous le maillot blanc, devra rapidement trouver un point de chute pour relancer une carrière insignifiante. Le guerrier Lucas Ocampos et sa fameuse garra a le profil d’un excellent joueur de complément, c’est un modèle d’effort et d’abnégation mais l’OM mérite un joueur plus décisif dans ce couloir gauche à la traîne depuis plusieurs saisons. Nemanja Radonjic confirmera t-il les espoirs placés en lui ?

Mais c’est la situation de Florian Thauvin qui sera sans doute l’élément décisif de ce mercato estival. Parti pour rester, clamant son envie de travailler avec André Villas-Boas, la valeur marchande de l’international français est pourtant un atout de poids afin d’équilibrer les comptes et trouver un peu de liquidités pour recruter. Reste le rôle si important de l’avant-centre. Ni Valere Germain, ni le nonchalant et irrégulier Mario Balotelli ne semble pouvoir incarner avec prestance la célèbre devise du club phocéen. L’OM a besoin d’un neuf, d’un grand neuf qui fasse soulever le Vélodrome. Si les noms de Yacine Brahimi et Allan Saint-Maximin sont évoqués pour renforcer le secteur offensif, là encore, le chantier s’annonce colossal et le choix des hommes sera prépondérant.

André Villas-Boas a annoncé un mercato court et réduit. Le jeune technicien portugais de 41 ans semble vouloir disposer de la majorité de son effectif pour la reprise fixée au 1er Juillet. La réussite de l’OM la saison prochaine est conditionnée à l’impact qu’il aura sur ce groupe vieillissant. Il le sait, à Marseille, seuls les résultats rapides et significatifs lui permettront de travailler sereinement. On peut même imaginer qu’il ne survivrait pas à un début de saison raté. Ainsi va l’histoire du club qui fêtera cette saison ses cent-vingt ans d’existence. La situation apparaît aussi inquiétante qu’incertaine mais tôt ou tard comme chacun sait, et qu’importe les hommes, l’OM renaîtra de ses cendres. Et comme l’écrivait si bien Jean-Claude Izzo : « La chute d’une hirondelle n’empêchera pas le retour du printemps. »

Auteur : Yannis Eleftheria

Méditerranéen rebelle et romantique baptisé à la religion footballistique. Le foot pour sa dimension sociale, la plume comme arme.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
André_Villas_Boas_Zenith
OM / Villas-Boas : Dédé tronche pleine

A Marseille, le vent du changement ne se sera pas fait attendre après l’épilogue du douloureux exercice 2018/2019. Face à...

Henry_pour_Stand_up_Speak_up
Stand up Speak up

Nous avons vu en Europe et dans notre championnat de France ces dernières semaines, qu’il y avait encore beaucoup à...

loic-remy-losc
Loic Remy, coeur vaillant !

Revenu sur la pointe des pieds en Ligue 1 l’été dernier, Loïc Remy se rappelle en cette fin de saison...

Fermer