OM : L’amour du risque

16
septembre
2018

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

OM-Equipe

Marseille, son soleil, sa mixité, son effervescence, sa démesure, sa ferveur. L’OM est un club à l’image de sa ville, volcanique, où la vérité du jour n’est jamais celle du lendemain. Si la saison passée, riche en émotions, a donné énormément de crédit à la direction sportive, les amoureux du club phocéen ne toléreront aucune régression. Or, la victoire à Monaco début septembre s’inscrit dans la continuité de ce qui a été réalisé jusque-là. L’OM doit faire mieux que la saison écoulée et en a les moyens. Portés par l’amour irrationnel de tout un peuple, l’escouade de Rudi Garcia semble prête aux joutes les plus âpres.

Aimer l’OM c’est apprendre à souffrir. Dans sa riche histoire, le club provençal a alterné les périodes de réussite sportive et les saisons de disette, éprouvantes, chaotiques, mais où le peuple olympien a toujours répondu présent. ” Combattre pour l’OM à la vie à la mort ” scandent pour preuve les membres des MTP massés au cœur du Virage Nord. Le groupe fondé par l’illustre et désinvolte Patrice De Peretti témoigne chaque week-end, quoiqu’il arrive, de son indéfectible amour du maillot blanc.

De tout temps, l’OM a été capable du meilleur comme du pire. La défaite en terres gardoises face à Nîmes au mois d’août en est la parfaite illustration. Attendu sur tous les terrains de France comme l’équipe à battre, et ce quelque soit son rayonnement sportif, le club phocéen est condamné à performer où qu’il soit. Cette gifle reçue face aux crocos nîmois a le mérite de mettre en garde les hommes de Rudi Garcia sur les défis qui les attendent cette saison. Prise de risque maximale pour le coach marseillais que d’aligner ses mondialistes au niveau de préparation bien inégal face à ce promu joueur et ambitieux. Juste avant la trêve internationale, l’OM est également allé arracher au bout de l’effort une victoire au Stade Louis II alors qu’il semblait maîtriser le match. Une façon de rappeler qu’il faut s’attendre à souffrir cette saison encore pour atteindre la qualification en Ligue des Champions, objectif qui lui a échappé de peu la saison passée. Après un mois d’août mitigé,  l’équipe de Rudi Garcia a montré des ressources mentales auxquelles elle nous avait peu habitué par le passé, et qui s’apparente à une forme de maturité et de progression.

L’aspect mental est la clé pour réussir dans un club comme l’OM où la pression populaire est omniprésente. Comme chacun sait, c’est un des points forts du management de Rudi Garcia. C’est d’ailleurs en maintenant tout son groupe sous pression la saison passée qu’il est parvenu à faire jongler son onze sur les deux tableaux, Ligue 1 et Ligue Europa. L’arrivée d’un joueur du calibre de Kevin Strootman, ardemment désiré par Garcia, s’inscrit dans cette logique. Au delà de ses qualités techniques et son abbatage sur le terrain, propice à rendre les autres meilleurs, c’est au niveau de l’aspect mental que le joueur néerlandais doit apporter à l’équipe. C’est un gagneur, maître de l’entrejeu à la rage de vaincre inaltérable, qui rappelle les Didier Deschamps, Franck Sauzée, Marcel Dib, Lucas Bernardi, Lorik Cana, et Lucho González, autres monstres sacrés qui rayonnèrent au milieu du terrain avec le maillot blanc sur les épaules.

Marseille est une ville qui laisse peu de place aux sentiments. Pour endurer l’âpre effervescence de son quotidien, il est nécessaire d’avoir un mental à toute épreuve. Marseille est une vaste cité bitumée, inhumaine, qui forge le caractère des hommes. Une ville portuaire revendiquant fièrement son identité à travers sa culture populaire. ” On est juste des têtes brûlées à la conquête du monde ” martelait à ce propos la Fonky Family dans son titre phare « L’amour du risque ». Ici, rien n’est jamais acquis, et s’imposer sur l’asphalte brûlant du Vieux-Port comme sur le pré du Vélodrome exige une remise en question permanente. ” Marseille est une ville magnifique qui froisse et qui déplaît au premier abord par la rudesse de son climat et de ses habitants. On s’y fait pourtant, car le fond de ce climat est sain et le fond de ses habitants est bon. ” écrivait, admirative, l’illustre romancière George Sand. Marseille est un défi. Un destin. La prise de risque y est souvent payante. Atypique, elle a la particularité de rendre humainement au centuple ce qu’on lui donne.

Dans « l’Athènes des Gaules » comme on surnommait la cité phocéenne du temps de Cicéron, les saisons se suivent et se ressemblent. L’OM fut, est et sera toujours ce club rebelle à l’atmosphère irrespirable qui n’offre que peu de répit. Mercato haletant, querelles intestines, omniprésence de ses Ultras, le club marseillais est le reflet de sa ville. Sulfureux. Tant au niveau sportif qu’extrasportif, la saison qui s’annonce pourrait être celle de tous les dangers. Décrié pour son timing étonnant, le mercato olympien devra chasser les doutes et apporter une véritable plus-value sportive. Les prolongations de contrat de Rudi Garcia d’une part, et d’Andoni Zubizarreta d’autre part, dessineront l’ambition à moyen terme de l’OM Champions Project. Le mouvement Ultras marseillais trouvera-t-il sa place dans la « Fan expérience » en passe d’être instaurée au Vélodrome ? Comme souvent, seuls les résultats parleront. Et comme toujours, sur le terrain et en coulisses, il faudra prendre des risques et combattre sans relâche pour atteindre ses objectifs. Être fidèle à son étoile, celle qui trône fièrement au dessus de la célèbre devise « Droit au But », et rappelle inlassablement que l’OM est encore à ce jour le seul club français à s’être posé, fier et rayonnant, sur le toit de l’Europe.

@Credits photos : om.net

Auteur : Yannis Eleftheria

Méditerranéen rebelle et romantique baptisé à la religion footballistique. Le foot pour sa dimension sociale, la plume comme arme.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
philips-light-tower
Des boites et des clubs : le PSV Eindhoven

Aujourd’hui l’expression « foot-business » est bien souvent corrélée à une idée négative : celle d’un sport dont les intérêts économiques supplantent les...

PSG
Quels objectifs pour ce PSG ?

Le mercato estival terminé et la saison débutée, avec les premiers enseignements qu'elle a livré, il est désormais temps de...

asse-supporters
Forez Jump

A quelques heures de recevoir Amiens à Geoffroy-Guichard et plus d’un jour après la fin du mercato, les Verts suscitent...

Fermer