OM : La fin de leur monde

01
septembre
2017

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

garcia-zubizareta-eyraud

Les masques sont donc tombés du côté de la Canebière en l’espace d’un été seulement. Au niveau de jeu désolant de l’OM au mois d’août est venue s’ajouter une gifle historique (6-1) sur la pelouse du rival monégasque, à peine atténuée par une fin de mercato honorable mais bien loin des ambitions affichées et des attentes suscitées.

Comme le dit Shurik’n d’IAM dans la chanson “La fin de leur monde” : “Regarde ma Terre en pleurs / Mais les choses ici prennent une telle ampleur” la défaite à Monaco a laissé des traces et a été fatale à l’état de grâce du président marseillais Jacques-Henri Eyraud. Lui même s’est dit surpris par tant d’impatience et de nervosité. Et si le diplômé d’Harvard avait simplement mal appréhendé le contexte marseillais ? L’histoire retiendra qu’à peine arrivé, on le voit se dandiner au moment de Noël sur l’air d’Happy Day. C’était certes rafraîchissant mais ce n’est pas ce qu’on attend d’un président de l’OM. Ce club sulfureux qui souffre depuis trop longtemps de l’absence d’un boss tel que l’incarnait Bernard Tapie. Fin communicant, tantôt arrogant tantôt méprisant, qu’on se le dise, Eyraud n’est pas l’ennemi des médias, il s’en sert. Pour diffuser ses messages enjôleurs, caresser les supporters dans le sens du poil, et acheter la paix sociale. Après ce mercato mitigé, – une première phase intéressante (Germain, Luiz Gustavo, Mandanda, Rami, Amavi) puis quelques transfert de dernière minute (Abdennour, Mitroglou) qui font presque figure d’ajustements – c’est aujourd’hui la fin de son monde enchanté qu’il a voulu vendre à tout un peuple. Un monde parfait où tout était soi disant maîtrisé, le mercato préparé et les relations entre l’entraîneur et le directeur sportif saines et en parfait alignement. Seulement voilà, Marseille est une planète à part et l’OM n’est pas un club comme les autres, les pressions, médiatique et populaire y sont plus fortes qu’ailleurs. Tout bon communicant qu’il est, le président marseillais n’a pas réussir à l’assainir et à l’apaiser en un coup de baguette magique.

Eyraud, fan de Garcia

Dimanche dernier, après la débâcle de Monaco, la cote de popularité de JHE a donc chuté en moins de temps qu’il ne faut pour descendre une mauresque au comptoir du Bar de la Marine. La faute à une prestation affligeante de ses ouailles et les choix tactiques frileux de son entraîneur. Et si la première faute d’Eyraud en tant que président de l’OM était le choix du coach ? Après une honorable cinquième place la saison passée, Rudi Garcia a montré ses limites et démontré qu’il était loin d’être l’homme de la situation. Coach rigide souvent entêté dans son 4-3-3, il peine à surprendre les adversaires. N’ayons pas peur de le dire : On s’ennuie avec Rudi Garcia. Devant les matchs de son équipe et encore plus lors de ses conférences de presse. Marseille a besoin de folie, quitte à perdre, on aime ceux qui “mouillent le maillot” et le défendent avec la grinta. Tout l’inverse de ce que propose l’ancien coach de la Roma, sur le terrain et en dehors.
Mais là où le bât blesse, c’est dans sa relation avec Andoni Zubizarreta. Ce n’est pas l’entente cordiale entre les hommes, tout cela fleure même bon l’emgambi comme on dit à Marseille, et il semblerait que ce soit la cause de ce mercato estival en deçà des attentes, teinté d’un manque de clarté flagrant.
Dirigeant, joueurs, supporters, après cet été au goût amer, le doute s’est donc installé dans les rangs marseillais. Le projet Mc Court doit servir au club Champion d’Europe 1993 à se moderniser et retrouver la place qui est la sienne en France et en Europe. On en est pourtant plus à se demander aujourd’hui si le choix des hommes est le bon et si la capacité d’investissement du milliardaire américain est réelle. La majorité des supporters marseillais se réveille ce matin avec le profond sentiment d’avoir été mené en bateau par les promesses de JHE et ses petits numéros de comm’ destinés à les amadouer. Pourtant le public de l’OM est connaisseur, il n’est pas de ceux qu’on trompe facilement.

Mais aujourd’hui, le désinvolte enfant chéri du Vélodrome Patrice De Peretti n’est plus là pour appeler à la révolte et les capos des clubs de supporters prennent petit à petit du recul. Heureusement, la passion, virale, se perpétue à travers les générations. J’aime à répéter que JHE a très mal appréhendé le contexte marseillais. Si offrir des maillots à quelques Twittos influents a pu faire prospérer sa popularité au sein de la communauté de supporters, il aurait dû savoir qu’en cas d’échec, la colère du peuple marseillais s’exprimera dans les travées du Vélodrome, là où les Twittos choyés du président de l’OM ne mettent que rarement les pieds. Blessé, trahi, par tant de promesses non tenues, le peuple marseillais s’est réveillé comme un seul homme cette semaine et sa colère s’est répandu telle une traînée de poudre. La fronde couve et les retrouvailles pour OM/Rennes du 10 Septembre s’annoncent hautes en couleur. Car désormais, place au terrain, l’effectif est ce qu’il est, avec ses manques et ses atouts. Les fidèles seront toujours derrière l’équipe du moment que les résultats suivent. Après cet été pour le moins chaotique, voilà l’OM condamné à la 3ème place synonyme de qualification pour le tour préliminaire de la Ligue des Champions.

Sur le bitume des quartiers de Marseille, le ballon roule inlassablement dans les pieds des minots. Ici, le football est une échappatoire, et l’OM une raison de vivre. Toucher à l’OM, c’est toucher à la vie des marseillais. C’est déjà la fin de la récré pour la direction du club phocéen. Fini de se dandiner, de chanter du IAM, et de conseiller à tout le monde de boire une tisane pour se détendre, il va maintenant falloir bosser sérieusement pour ramener ce club au sommet, sous peine de voir les enfants du Vieux Port leur indiquer le chemin de la sortie à coups de banderoles.

Auteur : Yannis Eleftheria

Méditerranéen rebelle et romantique baptisé à la religion footballistique. Le foot pour sa dimension sociale, la plume comme arme.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

  • Julien Costa

    Yannis, la premiere erreur des nouvelracheteur a ete de laisser mld vendre tout l actif joueur…

    • Grand Stratéguerre

      Ça faisait plusieurs saisons que la saignée avait démarré, je vois pas en quoi il serait responsable.

Plus dans Ligue 1
rudi-garcia
Garcia, le coup de la panne

Pour impulser l’OM Champions Project, les dirigeants marseillais ont choisi de confier l’équipe à Rudi Garcia. Un choix audacieux au...

supporters-nice
Nice : la saison de tous les dangers

Auteur d’un mois d’Août pour le moins compliqué (trois défaites en championnat dont un cinglant 3-0 à Amiens, une élimination...

Une saison de l'Olympique de Marseille résumée en une semaine et quatre articles c'est Au Premier Poteau. Quatrième partie, jusqu'à mai
L’OM, jamais rené de ses cendres

Il y a un peu plus de vingt ans, l’Olympique de Marseille faisait son retour en Division 1, l’ancêtre de...

Fermer