OL-ASSE vs PSG-OM: le guide pour bien choisir son match

23
février
2018

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

derby-lyon-asse

Les hasards du calendrier font parfois mal les choses, comme ce Dimanche 25 février qui nous réserve deux belles affiches de Ligue 1 pour la fin de la 27ème journée : un derby bouillonnant entre l’OL et l’ASSE à 17h, puis un PSG-OM électrique à 21h. Problème : la vie de couple repose sur des compromis, et après avoir utilisé votre joker le 14 février pour Réal-PSG, vous ne pourrez regarder qu’une de ces deux affiches. APP est là pour vous aider à faire le bon choix.

L’enjeu sportif : PSG-OM

Le propre de ce genre de rencontre est de présenter un intérêt certain pour le téléspectateur, quel que soit le classement des deux équipes. La rivalité (plus ou moins) historique suffit à en faire des matchs à part dans une saison, dont on entoure la date dès que la sortie du calendrier. Néanmoins côté sportif, il y’a clairement un déséquilibre entre les deux affiches. Bien qu’en net regain de forme depuis leur mercato hivernal réussi, les Verts ne pointent qu’à la 11ème place, et ne sont pas sportivement en concurrence avec leur adversaire du soir, comme cela a pu être le cas ces dernières années. Au Parc des Princes en revanche, il s’agira véritablement d’une vraie belle affiche entre le leader et le troisième de Ligue 1, qui affiche une forme olympique ( !) depuis plusieurs semaines. Sur ce point, l’affiche de 21h semble donc plus intéressante que le derby qui se tiendra plus tôt dans l’après-midi.

L’ambiance : match nul

Ces matchs appartiennent avant tout aux supporters, qui les vivent tout au long de l’année, et qui n’attendent pas les confrontations directes en championnat pour se montrer belliqueux avec leurs adversaires. Mais d’adversaires il n’y en aura pas vraiment ce Dimanche, tant au Parc des Princes qu’au Groupama Stadium : stéphanois et marseillais ont été interdits de déplacements, et regarderont la rencontre depuis chez eux installés dans leur canapé Conforama. Mais soyons honnêtes, même en leur présence, l’ambiance aurait été décevante par rapport aux niveaux qu’elle peut atteindre pour ces rencontres au Vélodrome et à Geoffroy-Guichard. Malgré des améliorations récentes, le public parisien peine à retrouver sa gloire d’antan, tandis que les lyonnais ont encore du mal à animer les 60 000 places de leur nouveau formidable outil.

Le suspense : OL-ASSE

Si sportivement le mal-nommé « classico » remporte la palme du point de vue qualité de jeu et des joueurs, l’issue en demeure cependant moins incertaine que celle du derby de Rhône-Alpes. Les parisiens sont en effet intraitables en championnat, notamment à domicile, et si nul doute que les marseillais sauront se montrer sous un beau jour, cela risque de ne pas être suffisant pour ramener les 3 points du côté du Vieux-Port. À Lyon en revanche, ce ne sera certainement pas la même limonade. Depuis leur victoire contre le PSG à domicile, les lyonnais subissent la « malédiction du mug » et n’ont glané qu’un point sur les quatre derniers matchs (plus mauvais total du championnat sur la période), encaissant même 10 buts. Dimanche dernier encore une fois, après avoir mené 0-2 à la mi-temps face à de pâles lillois, les gones ont concédé le match nul, par manque de professionnalisme et pêchés d’individualismes. Les stéphanois eux revivent, et affichent le deuxième meilleur total de points (10, avec Monaco) sur les 4 dernières rencontres. La victoire à Angers à certes été poussive, mais elle souligne la sérénité retrouvée des hommes de Jean-Louis Gasset, symbolisée par un Stéphane Ruffier retrouvé. Sachant que les lyonnais se déplaceront à Villarreal 3 jours avant, l’ASSE semble avoir un réel coup à jouer pour faire oublier l’humiliation subie au match aller, et même se replacer dans la course à l’Europe.

La rivalité : OL-ASSE

Il est de notoriété publique que la rivalité entre les frères ennemis de Rhône-Alpes n’est en rien comparable à celle opposant habitants de la capitale et résidents de la cité phocéenne. La célébration de Fékir au match aller n’en est qu’un énième épisode qui va nourrir cette opposition durant de nombreuses années. PSG-OM, ne s’agirait-il pas en vérité que d’une affiche de gala où cherchent à se faire voir en tribune officielle des starlettes de feuilletons TV estivaux de chaines de la TNT ? Alors qu’entre Forez et Rhône, la moindre opposition entre U9 des deux clubs est scrutée tout au long de l’année, et qu’à tout moment Bernard Lavilliers peut débarquer en tribune VIP pour aller se castagner avec Jean-Michel Aulas. Pour sentir la tension à chaque mouvement de sourcil de quiconque présente au Groupama Stadium, c’est devant beIN sports à 17h qu’il faut se brancher dimanche après-midi.

(Bonus, la programmation du match : OL-ASSE)

Dernier critère, et non des moindres pour les non-initiés : la concurrence des autres chaines au même moment. Et là, il faut dire que la confrontation est déséquilibrée. Alors qu’au pire, en regardant le derby, vous risquez de rater la 137ème diffusion des épisodes 8 à 14 de la saison 3 de Kaamelott sur W9, opter pour PSG-OM vous fera passer à côté de l’incroyable enquête de Capital « spéciale immobilier : comment faire de bonnes affaires ? ». Chacun est libre de ses choix, mais il ne faudra pas bégayer quand votre beau frère vous narguera avec la superbe plus-value qu’il aura faite en investissant dans un studio à Alençon.

Verdict : OL-ASSE

Pas de suspense dans cette confrontation, avec une victoire 3-1 pour le derby qui est donc LE match à regarder ce dimanche après-midi. Cela vous évitera certainement de vous infliger le Canal Football Club vers 19h, et votre « je ne sais pas je n’ai pas vu le match » vous sauvera la vie le lendemain à la machine à café, quand Bruno commencera à vouloir partager avec vous son expertise sur le seul match de l’année qu’il regarde.

Auteur : Raphaël G.

Enfant du Chaudron, c'est avant tout la ferveur du peuple vert qui m'a rendu fou de foot. Pour un football populaire et le respect des libertés des Ultras. (A gagné le 100ème derby).

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
FC Nantes
Le FC Nantes peut-il être européen ?

Si le HBC Nantes a perdu contre Zagreb dans le cadre de l'avant-dernière journée de Ligue des Champions la semaine...

Fumis OM-Bordeaux
Première victoire pour les « commandos ultras » ?

Reprenant avec opiniâtreté les doléances de nombreux supporters, a fortiori les supporters dits « ultras », les groupes de supporters marseillais ont...

eyraud-mc court
L’OM Champions Project ou le pari permanent

Jeudi soir à minuit précise ont retenti les douze coups marquant la fin du mercato en France. Alors que beaucoup,...

Fermer