Neymar, le soliste est devenu altruiste

30
octobre
2013

Auteur :

Catégorie : Europe

Décisif pour son 1er clasico face au Real, Neymar à même volé la vedette à Lionel Messi. Critiqué à son arrivée, Neymar est pourtant bien déjà chez lui

Buteur et passeur décisif pour son premier Clasico face au Real Madrid, Neymar a volé la vedette à Leo Messi, Cristiano Ronaldo et autre Gareth Bale. Malgré le pessimisme affiché par certains, le brésilien s’est rapidement habitué au style de jeu barcelonais.

Trop personnel. Impossible à associer à Messi. Simple coup marketing réalisé par le Barça. Une future carrière à la Robinho. Encore trop tendre pour évoluer face aux rugueux défenseurs du vieux Continent… Voilà ce qu’on pouvait entendre ici où là  quand le FC Barcelone a sorti le chéquier et dégainé 57 millions € pour enrôler le jeune crack auriverde de Santos. Les détracteurs s’en sont donnés à cœur joie!

En juin dernier, la Coupe des Confédérations avait déjà fait taire certains des sceptiques. A chacun de ses matchs, la Seleçao a largement dominée les débats. Et à chaque fois, ces victoires portent le sceau de Neymar da Siva Santos Junior. Buteur ou passeur, le numéro dix brésilien, élu joueur de la compétition, a éclaboussé toutes les rencontres de dribbles déroutants et d’accélérations fulgurantes. En finale, il envoie un message à toute l’Espagne du football. Buteur, passeur et à l’origine de l’exclusion de Piqué, il montre qu’il a le niveau pour évoluer en Europe.

Déjà présent dans les grands rendez-vous

Ses premiers pas sous la liquette Blaugrana vont dans ce sens. Dès le début de la saison, il répond présent. C’est lui qui inscrit le but égalisateur face à l’Atlético Madrid au match aller de la Supercoupe d’Espagne. Le seul but des barcelonais lors de cette double confrontation qui leur suffira pour remporter le titre. Deux matchs, et déjà un titre pour le Barca, avec Neymar en tête d’affiche. Enfin, non! Car en Catalogne, la tête d’affiche est et restera toujours Leo Messi. L’ancien joueur de Santos n’est pas venu pour jouer les seconds rôles, mais pour assister le chef. C’est même lui qui le dit : «Jouer avec Messi est la concrétisation d’un rêve, a-t-il expliqué à son arrivée dans la capitale catalane. C’est une source de fierté que je n’arrive pas à expliquer. Messi est un joueur spectaculaire, c’est un génie. J’espère que je pourrai l’aider du mieux possible pendant les matchs».

Décisif pour son 1er clasico face au Real, Neymar à même volé la vedette à Lionel Messi. Critiqué à son arrivée, Neymar est pourtant bien déjà chez luiOr, il s’avère que cette saison, le chef est moins impressionnant qu’à l’accoutumée. Il joue moins que les saisons précédentes, et donc, il marque moins. Il a même manqué plusieurs semaines de compétition suite à une blessure musculaire. Et quand il est là, il n’est pas toujours dans la forme exceptionnelle qui était la sienne auparavant. Ce fut encore le cas le week-end passé face au Real Madrid. Isolé sur le côté droit suite aux consignes tactiques imposées par Tata Martino, le quadruple Ballon d’Or argentin n’a pas eu le rendement escompté. Une bien belle occasion pour Neymar de lui voler la vedette. Un but plein de malice pour ouvrir le score et une passe décisive pour Alexis Sanchez. Il a aussi apporté de la percussion au jeu barcelonais, dribblé à tout va et a toujours été disponible quand ses partenaires le recherchaient. Sans doute sa plus belle partition sous le maillot Blaugrana. Le tout dans sa première rencontre face au Real Madrid, excusez du peu. Après le but en Supercoupe d’Espagne, un autre dans le Clasico. Le gamin n’a peur de rien et ne se gêne pas pour le montrer dans les rendez-vous important…

On le savait capable de prestations de cette trempe. On sait même que suite à ses exploits dans le Campeonato, il peut nous offrir des performances d’une qualité encore bien meilleures, que très peu de joueurs peuvent nous donner. Mais ce qui intrigue le plus, ce sont ses accomplissements sur la durée et surtout son intégration dans le schéma tactique des champions d’Espagne en titre. De soliste à Santos, où toute une équipe était construite autour de lui, Neymar se retrouve au service du collectif dans une équipe qui fonctionnait déjà à plein régime avant son arrivée.

Tiki Taka espagnol et Joga Bonito do Brasil

Annoncé longue, cette adaptation n’aura pris que très peu de temps. Sans vraiment changer son jeu, il s’est vite imposé sur le flanc gauche de l’attaque barcelonaise. Tout de suite, il a su apprivoiser la façon de jouer  à la barcelonaise : des redoublements de passes pour faire craquer l’équipe d’en face. Après, son intelligence tactique fait le reste. Quand il le faut, il renoue avec son style de jeu «brésilien» pour déséquilibrer l’adversaire de manière fulgurante. Il crée des brèches dans les défenses, prend la profondeur, accélère et dribble comme il le faisait en Amérique du Sud. Mais, dans un championnat devenu trop petit pour son talent, il filait directement au but. A Barcelone, il fait marquer ses coéquipiers. En plus de ses quatre buts, il a déjà offert sept passes décisives toutes compétitions confondues depuis le début de saison. Autrefois douteux, les spécialistes sont à présent unanimes : il est le joueur qu’il fallait au FC Barcelone pour se relancer. Ils voient tous le brésilien comme le chaînon manquant d’une mécanique en perte de régime la saison dernière. Carlo Ancelotti, l’entraineur du Real Madrid, est de cet avis: « Est-ce que le FC Barcelone est meilleur que l’an passé ? Je dirais oui, a-t-il répondu à la radio espagnole après le clasico. Quand nous les avons joués l’année dernière (avec le Paris Saint Germain, ndlr), ils n’étaient pas à leur meilleur niveau. Lionel Messi avait des problèmes physiques, il n’a pas joué le match retour et ils ont ensuite perdu de manière difficile face au Bayern Munich. Mais en ce moment, ils sont meilleurs avec Neymar. »

Irréprochable, impliqué et décisif, le jeune sud-américain prouve qu’il a bel et bien le niveau pour s’imposer à Barcelone. Mais, on peut facilement annoncer qu’on n’a pas encore tout vu. Le retour de Jordi Alba au poste de latéral gauche devrait permettre au néo-Blaugrana de franchir un nouveau palier. On aura dès lors un couloir gauche impressionnant, orchestré par Iniesta, en très grande forme ces derniers temps. Ajoutez cela au regain de forme annoncé de Messi, le Barça pourrait  très vite redevenir le rouleau compresseur qu’il était lors des années Guardiola. De là à dire que Neymar en est le principal artisan, il n’y a qu’un pas… qu’on ose franchir sans crainte!

Auteur : Antoine Raguin

Antoine, aspirant journaliste, amoureux de football et de sports en général et nostalgique de Zizou.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Comments are closed.

Plus dans Europe
Résumé de la 9 journée de Premier League, le but de Sturridge, la performance de Liverpool, la remontée de Manchester United et beaucoup d'autres infos.
Liverpool en mode “Champion”, Man Utd respire

Nouveau format pour la Premier League ! Découvrez comment Manchester United s'est donné de l'air, la tendresse de Sturridge et...

Auteur d'un triplé, Luis Suarez à été le grand bonhomme de la 9ème journée de Premier League
Suarez, le roi de Liverpool

On jouait la 9ème journée de Premier League ce week-end. Clôturé par le  « pétrolico » entre Chelsea et Manchester City, cette...

Pour beaucoup, Vérone est la ville de Roméo et Juliette. Pour les autres, c'est surtout la ville qui abrite le Hellas Vérone actuel 4ème de Série A.
Le Hellas Verone, vers la fin d’une tragédie grecque ?

Pour beaucoup, Vérone est la ville du romantisme et de Roméo et Juliette. Pour les autres, c'est surtout la ville...

Fermer