Newcastle, l’échec du Made in France

01
mai
2013

Auteur :

Catégorie : Europe

newcastle-liverpool

Humilié (6-0) sur son terrain, ce week-end pour le compte de la 35ème journée par Liverpool, Newcastle n’en finit plus de dégringoler au classement. Les Magpies flirtent même avec la zone rouge, alors qu’il ne reste que trois journées de championnat à disputer. Le mercato à l’accent très français n’a pas porté ses fruits.

En Octobre dernier, en Une du Parisien, Arnaud Montebourg faisait le buzz. Vêtu d’une marinière, le ministre du redressement  productif balançait son célèbre slogan: «acheter français!». Son but est de relancer l’économie en investissant dans des produits locaux. S’il a subit les railleries dans l’hexagone, il a été écouté outre-Manche. En particulier à Newcastle. Mal en point en Premier League, les dirigeants des Magpies participent activement au redressement financier du pays en achetant des joueurs français à tour de bras.  En Janvier, pas moins de cinq frenchies rejoignent le nord de l’Angleterre. Montebourg jubile. Les supporters du club aussi… Mais pas pour longtemps.

Retour en arrière. Au mois d’Août 2012. Les Toons ont joué la qualification en Ligue des Champions de bout en bout la saison précédente et terminent à une prometteuse cinquième place, juste derrière les ténors du championnat. Les joueurs majeurs, courtisés un peu partout dans le royaume sont conservés. Alan Pardew, l’entraineur est prolongé jusqu’en 2020. Tout laisse donc à penser que cette saison 2012-2013 sera au moins aussi bonne que la dernière. Mais rien ne se passe comme prévu. Les  cadres se blessent et les résultats ne suivent plus. A la fin des matchs allers, Newcastle se trouve à une dangereuse quinzième place.

French Day à Château Neuf

Les dirigeants décident donc de renouveler l’effectif pour insuffler une nouvelle dynamique. Demba Ba, artilleur en chef  de l’équipe avec déjà treize buts inscrits à la mi-saison est bradé à Chelsea pour neuf millions €. Avec déjà six français dans l’effectif (Ben Arfa, Cabaye, Obertan, Marveaux, Amalfitano et Abeid), les Magpies se tournent de nouveau vers la France pour faire son marché. Avec les achats de Sissoko, Gouffran, Debuchy, Yanga-Mbiwa et Haïdara, le contingent Frenchie est alors porté à onze. Les débuts sont prometteurs. Les trois premiers cités sont rapidement titulaires et l’ancien toulousain délivre deux passes décisives et marque autant de buts lors de ses deux premières sorties sous le maillot blanc et noir. Newcastle est alors renommé Château-Neuf et les supporters sont ravis de cette «frenchisation».

french-day-newcastle

Fin février, un French-Day (journée française) est même organisé lors de la réception des Queens Park Rangers. Bérets, baguettes et drapeaux tricolores ornent les tribunes de St James Park.

Mais cette euphorie retombe vite. Les Toons enchainent les contre-performances et les français sont naturellement montrés du doigt. Ce week-end, lors de la débâcle à domicile face à Liverpool (0-6), deux records ont été battus : celui de la plus grosse défaite à la maison depuis 1925 ainsi que le record de joueurs étrangers au sein d’une même équipe en Premier League (sept français étaient sur le terrain en seconde période). Un rapport entre ces deux faits marquants ? Bien possible que oui…

Car si beaucoup d’amoureux du football des deux côtés de la Manche se «paluchaient» sur ce recrutement, de nombreux signes annonçaient une future déconvenue. Steed Malbranque, fin connaisseur du championnat anglais pour y avoir évolué pendant plus de dix ans (Fulham, Tottenham,  Sunderland) y émettait quelques doutes dès le mois de janvier: «Ce sera un problème, je pense, parce qu’inconsciemment, au début, les Français restent avec les Français. Si, par ailleurs, dans ce groupe, certains ne parlent pas anglais, ils ne resteront qu’entre eux. Cela peut créer des clans et des problèmes dans l’effectif. Je ne l’espère pas pour eux mais il y a un risque

Newcastle-QPR, même combat

Un chamboulement d’effectif aussi important en plein milieu de la saison n’a jamais été une franche réussite. QPR qui a procédé de la sorte et n’a pas réussi à se sauver en Premier League. Même si ces joueurs parlent la même langue (on peut même ajouter Papiss Cissé qui est lui aussi francophone), ils n’avaient aucun automatisme sur le terrain. Et à cette période de l’année, pas question de faire des matchs amicaux. Encore plus que dans n’importe quel championnat, l’acclimatation à la Premier League anglaise est compliquée.

Surtout quand il s’agit de jouer le maintien. Des matchs aux duels rugueux et où le beau jeu n’est pas vraiment de rigueur. Le Fighting Spirit, comme l’on dit. Et il ne se trouve pas dans la culture footballistique de qui le souhaite. Dans l’euphorie, cela a fonctionné pendant deux matchs  puis la machine s’est enrayée. Les joueurs déjà en place dans le onze de départ avant ce chamboulement se sont également retrouvés déboussolés et ont perdus leurs repères, déjà fragiles aux vues de la situation sportive du club.

Content des prestations des français déjà présent dans l’équipe, surtout celle de Cabaye et Ben Arfa, titulaires indiscutables, les dirigeants n’ont pas changé leur fusil d’épaule. Le joueur français,  pas très cher, a un salaire de base moins élevé que le joueur anglais. En plus d’être un atout sportif, il représente également un avantage financier. Mais lors du dernier mercato, il parait clair que les recruteurs du club se sont trompés. Les joueurs recrutés n’avaient pas prouvés grand-chose en France. Mis à part Debuchy, élément important de l’équipe de France et de Lille depuis longtemps, les autres n’avaient que trop peu de références. Prometteur à ses débuts à Toulouse Moussa Sissoko a longtemps stagné, ralenti par les blessures. Gouffran avait plutôt déçu à Bordeaux avant de réussir, il est vrai, six derniers mois consistants.  Yanga Mbiwa, champion avec Montpelier la saison dernière n’était pas à la hauteur depuis le début de saison. Marqué par son départ avorté à Milan l’été dernier, le jeune international français n’était plus vraiment motivé par le challenge Montpelliérain. Il a été difficile pour lui de retrouver le rythme une fois en Angleterre. Et Haïdara, 20 ans et  à peine une saison complète en Ligue 1 avec Nancy, était plus un pari sur l’avenir qu’autre chose. Aucun d’entre eux n’a donc apporté une vraie plus-value à l’effectif de «Château-Neuf».

Les mauvais choix d’Alan Pardew

Le comportement  des Frenchies n’a pas non plus aidé à valoriser leur image. Quoi qu’il face, Newcastle sera toujours considéré comme un club de seconde zone outre-Manche. Il ne pourra jamais rivaliser sur le long terme avec les deux Manchester, Chelsea ou Arsenal. Quand un français débarque là-bas, il voit plus le club comme un tremplin et un gage de visibilité plutôt qu’une finalité en soit. En faisant de bonnes performances avec les Toons, ils espèrent tous se faire remarquer par un club plus huppé et ne pas s’éterniser dans le nord du Royaume. Avant de défendre les valeurs du club, ils pensent aux leurs. Et quand le bateau tangue, ils n’ont pas toujours le comportement exemplaire. Debuchy en est le premier exemple avec son carton rouge contre Liverpool. Son tacle, bête et méchant à laisser ses coéquipiers à dix et en grandes difficultés. Il s’est attiré les foudres des plus fervents supporters.

Alan Pardew, l’entraîneur, jouit d’une grande popularité auprès des fans après avoir failli emmener le club en Ligue des Champions la saison dernière. Mais il n’est pas exempt de tout reproche dans la saison compliquée de son équipe.  Comme s’il était impuissant, il change souvent son onze de départ pour essayer de trouver la bonne méthode. En vain.

yanga-mbiwa-newcastleEncore pire, il n’utilise pas toujours les joueurs à leur positionnement de prédilection. Les premières apparitions de Yanga Mbiwa se sont faites au poste de milieu récupérateur alors qu’il a toujours joué défenseur central à Montpellier. Sissoko est régulièrement utilisé au poste d’ailier droit alors qu’il n’a pas les caractéristiques d’un joueur de couloir. Quant à Cabaye, il le positionne en numéro 10, juste derrière Papiss Cissé, l’attaquant de pointe. Même s’il a le bagage technique pour évoluer à ce poste, l’ancien lillois n’y étale pas toutes ses qualités. Il est bien plus performant au poste de relayeur, quand il a du champ et peut construire le jeu de son équipe dans une position reculée.

Tout laisse à penser que les Magpies courent à la catastrophe. Dix-septième avec cinq points d’avance mais un mach de plus que le premier reléguable, Wigan, ils sont loin d’être assurés d’évoluer en Premier League la saison prochaine. Surtout avec deux déplacements (West Ham et QPR), leur calendrier n’est pas des plus simples…

Imaginons, le pire. Si le club descend, que vont faire tous les joueurs français ? Même s’ils ont inclus des clauses de cessions dans leur contrat, tous ne trouveront certainement pas preneur. Certains pourraient donc évoluer en seconde division anglaise la saison prochaine. Imaginez-vous une équipe de France arriver au Brésil en juin 2014 avec des joueurs provenant de divisions inférieures anglaises ? Sans doute que non. Et pourtant, cela pourrait se produire!

En revanche, la jurisprudence Newcastle pourrait dissuader les autres clubs de piller notre championnat… Et oui, il faut bien trouver des points positifs où on peut !

Auteur : Antoine Raguin

Antoine, aspirant journaliste, amoureux de football et de sports en général et nostalgique de Zizou.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Comments are closed.

Plus dans Europe
herta berlin bundesliga
Qui pour accéder à la Bundesliga ?

Dans le lot pour la montée dans le nouveau meilleur championnat du monde, pas mal d'habitués, un inconnu qui a...

championnat belge foot
Et pendant ce temps là, dans le reste de l’Europe

En Allemagne et en Angleterre, Le Bayern et Manchester United sont déjà champions. Ça devrait bientôt être le cas en...

football-italien
La Renaissance du football italien

Souvenez-vous sympathisants éternels du Calcio lorsqu'après la Coupe du Monde 2010 votre ami supporter de la Roja vous disait qu'en...

Fermer