National : la saison paradoxale des Genôts

26
mai
2013

Auteur :

Catégorie : National

VPSVF-VANNES_2

Promu il y a deux ans en National, Le Poiré sur Vie évoluait pour la seconde fois de son Histoire au troisième échelon national, cette saison. À l’heure de tirer le bilan de cette saison, les bilans se contrastent, si la 6ème place des Vendéens, à 4 points seulement du podium, peut faire figure de satisfaction, il sera néanmoins difficile de digérer le scénario d’une fin de saison qui aurait pu être tout simplement historique.

Pour leur premier match, le 4 août dernier, les Genôts annonçaient la couleur en allant s’imposer à Vannes (1 – 0), en donnant le ton d’une saison sans complexe où, on le se sait pas encore, le club du Poiré sur Vie va jouer les premiers rôles. Si les trois matchs suivant se soldent par un nul et deux défaites (dont une à domicile face à Colmar), semant un léger doute au sein de l’effectif, la dynamique inculquée par Oswald Tanchot allait vite faire ses preuves et porter des fruits bien alléchants. C’est ainsi que les Genôts vont réaliser LA série de leur saison. Du 1er septembre au 9 novembre, le Poiré sur Vie ne concèdera qu’une seule défaite en dix matchs (chez le leader Créteil), dont 7 victoires en 8 matchs ! Cette série impressionnante surprendra tous les analystes et surtout, toutes les équipes adverses, qui ne s’attendaient pas à une ” telle opposition “, comme le concèdera O. Tanchot. Une succession de bonnes prestations qui va tout simplement porter le club vendéen sur le podium du championnat de National, sans qu’il n’y ait rien à redire.

Dès lors, les Genôts sont plus attendus, plus craints… Mais il en faudra bien plus pour remettre en cause la volonté et l’envie des joueurs vendéens. Lors des 13 matchs qui ont suivi, les hommes du président Cougnaud ne connaîtront la défaite qu’à trois reprises (Fréjus, Amiens et Colmar). Pas question alors de s’enflammer, mais difficile pour les supporteurs de ne pas se prendre à rêver de Ligue 2. Kevin Lefaix, le chouchou de l’Idonnière est alors en tête du classement des buteurs et rien ne semble pouvoir atteindre les Genôts, sur de leurs forces et conscients de leurs lacunes, qu’ils pallient avec brio. La réception du leader incontesté, Créteil, le 9 mars 2013 est un véritable match de gala, l’Idonnière est en ébullition. En cas de victoire, les Genôts prendraient la deuxième place du classement au FC Metz, l’autre cador du championnat. Mais voilà… Les deux buts cristalliens viennent contrecarrer les ambitions vendéennes. Cette défaite (1 – 2) n’a rien de déshonorant, c’est un fait, mais au regard de la saison des bleus, difficile de ne pas y voir un tournant. Les résidents de l’Idonnière ne le savent pas encore, mais l’heure des succès est passée, la période qui arrive sera marquée du sceau du doute.

En fait, plus que des doutes, c’est une véritable incompréhension qui va s’emparer des supporteurs vendéens, qui vont assister au déclin, inexplicable à leurs yeux, de leurs protégés. Après la défaite à domicile face à Créteil, il reste 11 journées de championnat, les Genôts comptent encore 6 points d’avance sur des clubs comme Amiens, Orléans, Vannes, Fréjus, Carquefou… Le CA Bastia, futur promu, est encore loin, et ne représente pas une menace directe pour les Vendéens qui, à l’aube du sprint final, ont, plus que jamais leur destin entre leurs mains. Un destin mal écrit, qui laissera un goût amer, une déception immense dans le coeur des supporteurs comme dans celui des joueurs. Lors des ces 11 dernières journées, Le Poiré sur Vie ne remportera qu’une seule rencontre, à domicile face à Épinal, pour le reste, ce sont 6 nuls et 4 défaites qui vont émailler la fin de saison cataclysmique et incompréhensible des Genôts. Malgré ses revers, les Vendéens profiteront longtemps, trop longtemps, des contreperformances des rivaux directs que sont devenus Fréjus, Orléans ou Bastia pour conserver, sur un fil (l’égalisation carquefolienne à Fréjus à la 95ème minute), leur 3ème place, synonyme d’accessit pour la Ligue 2. Mais voilà, après s’être déplacé à Orléans (0 – 0) et reçu Fréjus (0 – 0), le Poiré enchaîne deux défaites, à Cherbourg et face à Amiens. Il reste alors 3 journées, plus que jamais les Genôts sont fébriles, et l’improbable réaction n’aura jamais lieu. Si une victoire aurait pu suffire, elle n’arrivera jamais… Lors de la 36ème journée, le Poiré sur Vie va faire un nouveau match nul, à Boulogne (0 – 0), dans le même temps Fréjus va s’imposer à Bour-Peronnas (0 – 1)… Ce qui devait arriver arriva. Sur le podium depuis la 8ème journée, le Poiré sur Vie voit Fréjus le doubler et se promettre un avenir en Ligue 2. À deux journées de la fin, l’avenir des Genôts s’écrit en National, plus guère en Ligue 2, ce qui semblait leur être promis depuis si longtemps. Un espoir subsiste toutefois, en cas de faux-pas varois, les hommes d’Oswald Tanchot  pourraient reprendre leur bien en cas de victoire à Carquefou. Oui, mais voilà, le Poiré n’y arrive plus, la victoire fuit le club Genôt depuis trop longtemps et Carquefou ne cédera pas à domicile, match nul (1 – 1). Dans le même temps, Fréjus s’impose à domicile face à Colmar (3 – 1)… À l’heure où, du côté de la Beaujoire, le FC Nantes officialise son accession en Ligue 1, le Poiré sur Vie dit adieu à son dernier espoir de montée, la troisième place se jouera entre Fréjus et Bastia. Si le Poiré n’y est plus et s’incline, à domicile, lors de la dernière journée face à Vannes (1 – 2), Fréjus cède dans le 93 face au Red Star, qui se sauve grâce à cette victoire (2 – 1)… C’est donc Bastia, à la faveur d’une ultime victoire face à Créteil (2 – 1) qui décroche le sésame, sur le fil, un peu à la surprise générale.

Le Poiré sur Vie termine donc sa seconde saison en National à la 6ème place, 4 points derrière Bastia, à égalité de points avec Carquefou et Orléans… Certes, la performance est grande, et ce classement est excellent pour le club du Poiré sur Vie. Mais, rétrospectivement, il serait bien téméraire de ne pas concéder une énorme déception tant le club Genôt semblait promis à un avenir en Ligue 2. Beaucoup chercheront longtemps des explications, fatigue, “peur de gagner”, mauvaise gestion du stress… Le fait est que du  13 avril au 11 mai, lors des 5 matchs capitaux de la fin de saison, les Vendéens n’auront pas inscrit le moindre but. C’était peut-être trop tôt… C’est ce que certains diront… Les Genôts ont raté leur fin de saison, c’est un fait, mais que retiendra-ton finalement ? Que pour sa seconde saison en National, le Poiré sur Vie a tenu la dragée haute aux cadors professionnels et a passé près de 8 mois sur le podium. De tout cela il faut sans doute garder les meilleurs moments, l”Idonnière longtemps imprenable, les succès importants à l’extérieur, la cohésion inébranlable du groupe, le travail du staff et des joueurs à l’unisson avec les supporteurs, la ferveur d’une ville, d’un département, d’une région. Une saison en National, avec ses hauts, avec ses bas, ponctuée de larmes fières, des promesses d’un avenir brillant duquel personne ne peut plus douter !

Félicitations donc au club du Poiré sur Vie pour sa saison exceptionnelle et prometteuse, rendez-vous pris pour la saison prochaine !

Auteur : Damien Jaud

Damien, 31 ans, passionné de foot. Ex-joueur de foot. Fan d'esthétisme plutôt que de puissance. Amoureux du foot.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie National

Comments are closed.

Plus dans National
poiré sur vie cherbourg national
National : les Genôts entre espoirs et regrets

" Il ne faut jamais avoir de regrets "... Si la formule peut paraître prendre tout sont sens en cette...

Poiré sur Vie
National : Les Genôts ont enfin leur destin en mains !

Le suspens durait depuis des mois, certaines équipes du championnat de National comptaient un (ou plusieurs) match en retard.

J35 VPSVF0-AMIENS1 04.05.2013©CB (14) [640x480]
National : Le Poiré en sursis

Après sa défaite face à Amiens, à l'Idonnière, samedi soir, le Poiré sur Vie est passé tout proche de la...

Fermer