Monaco, une remontée laborieuse et de grandes ambitions

12
mai
2013

Auteur :

Catégorie : Ligue 2

as monaco ligue 1

Deux ans après être descendu en Ligue 2, l’AS Monaco sera l’an prochain de retour dans l’élite. Vainqueur ce samedi de Nîmes (1-0), les Monégasques ne pourront plus être rejoint au classement par le quatrième. Place maintenant à un vaste chantier de recrutement pour former une équipe compétitive dès la saison prochaine.

En Mai 2011, après 34 années consécutives au sein de l’élite, Monaco tombait, contre toute attente en Ligue 2. Tout le monde s’attendait à une remontée express. Mais il n’en fut rien. Après une saignée de l’effectif consécutive à la relégation, le club de la principauté repart à l’étage inférieur avec une grande majorité du groupe composée de jeune issue du centre de formation. Le constat est sans appel: l’apprentissage est rude et les Monégasques se retrouvent au bord du National à la fin de l’année 2011.

le-president-de-monacoMais l’arrivée d’un homme va changer la donne. Dmitry Rybolovlev, milliardaire russe, rachète le club avec comme pari fou de concurrencer le Paris Saint Germain et ses investisseurs qatari à très court terme. Dès le mercato hivernal, le magnat soviétique procède à un gros recrutement pour renforcer son effectif. De nombreux joueurs rejoignent la Principauté. C’est le cas d’Ibrahima Touré, attaquant sénégalais inconnu qui débarque des Emirats Arabe Unis. Très rapidement, il devient le fer de lance de l’attaque monégasque et est le principal acteur de la folle remontée de l’ASM lors de la deuxième partie de saison. Néanmoins, l’équipe part de trop loin et ne réussira pas à combler tout son retard. Les Monégasques terminent huitièmes et reste une année supplémentaire dans l’antichambre de la Ligue 1.

Touré, cinq mois plus tard

Qu’importe. À nouveau, Rybolovlev se donne les moyens de ses ambitions et réalise une fois encore un mercato à faire pâlir bon nombre d’équipes de l’élite lors de l’intersaison 2012. Mais malgré cela, la saison n’est pas une partie de plaisir. Plus qu’une équipe, c’est une somme d’individualités qui a permis à Monaco de retrouver la L1 et cette saison s’est résolue en un véritable parcours du combattant. Même si les Monégasques ont toujours fait la course en tête, ils n’ont jamais su faire le break quand l’occasion se présentait. En attestent ces deux possibilités de montée gâchées face à Sedan (1-1) et Caen (0-1) lors des 34ème et 35ème journées. Même cette victoire face Nîmes relève d’un scénario Hitchcockien. En supériorité numérique dès la 25ème minute de jeu, ils n’ont pas réussi à emballer le match. Il aura fallu attendre les arrêts de jeu et le but de la délivrance inscrit par Touré. Tout un symbole. L’attaquant vedette, muet depuis le mois de décembre suite à une première partie de saison fantastique, libère les siens après être sorti du banc des remplaçants quelques instants plus tôt.

ibrahima touré

La montée actée et le titre quasiment en poche, les dirigeants peuvent se concentrer sur la préparation de la saison prochaine, en Ligue 1. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ne comptent pas y faire de la figuration. Le groupe qui a permis le retour parmi l’élite devrait beaucoup évoluer. Et de nombreux noms circulent déjà à Monaco. De Ruffier à Menez en passant par Valdès, Mandanda ou Sakho, ils ont tous été annoncés sur le Rocher. Et la tête de gondole de ce recrutement astronomique pourrait venir d’Espagne. En effet, depuis quelques jours, une rumeur annonce que Radamel Falcao serait tombé d’accord avec les dirigeants monégasques. Le club de la principauté serait le seul enclin à payer la clause libératoire du joueur, estimée à 60 millions €. Avec un attaquant de cette trempe-là, les rouges et blancs seraient les principaux adversaires du PSG pour le titre la saison prochaine.

Un avenir malgré tout en pointillés…

Mais Rybolovlev va également devoir régler le différend qui l’oppose aux instances du football français. Depuis le mois de mars dernier, le conseil d’administration de la Ligue de Football Professionnel (LFP)  a voté une loi obligeant toute équipe évoluant dans un championnat professionnel français à avoir son siège en France à partir de juin 2014. Cette directive vise essentiellement le  club de la principauté, qui bénéficie d’avantages fiscaux beaucoup trop rentables par rapport aux autres clubs. En effet, le système d’impôts n’est pas le même à Monaco qu’en France et la loi sur la taxe à 75% sur les hauts revenus ne concernerait pas le club. Pour disposer des mêmes règles financières que les autres clubs, l’ASM doit déménager son siège social dans l’hexagone ou payer une amende de 200 millions €.

Le milliardaire russe, pour qui ces avantages fiscaux étaient une garantie lors de l’acquisition du club ne l’entend pas de cette oreille et est entré en guerre contre les dirigeants du football français. Tout n’est donc pas rose sur le Rocher…

Auteur : Antoine Raguin

Antoine, aspirant journaliste, amoureux de football et de sports en général et nostalgique de Zizou.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 2

Comments are closed.

Plus dans Ligue 2
guingamp_lens
Ligue 2 : Le “non” match des Lensois

Le RC Lens était-il présent au Roudourou vendredi soir ? Les Sangs et Ors qui n'ont plus rien à jouer...

puel
Trophées UNFP : Les entraineurs nommés en L1 et L2

Après avoir découvert la liste des joueuses nommées pour le titre de meilleure joueuse de d1 féminine, voici les deux...

nantes clermont ligue 2
Nantes et Monaco tombent de haut

Cette 35ème journée du championnat de France de Ligue 2 a réservé quelques surprises, la lutte pour la montée est...

Fermer