Memphis : un simple feu Depay ?

03
mars
2016

Auteur :

Catégorie : Europe

Arrivé à Manchester United cet été, Memphis tarde démontrer toutes ses qualités sur la pelouse d'Old Trafford. APP fait un retour sur ce joueur fantasque.

Transfuge du PSV Eindhoven, acheté par Manchester United pour la somme de 33 millions d’euros, Memphis Depay tarde à confirmer tous les espoirs placés en lui. Aujourd’hui relégué sur le banc pour occuper le rôle de super-sub, Memphis, puisqu’il faut le nommer ainsi, se cache entre ombre et lumière. Retour sur ses huit premiers mois passés sous les couleurs du club le plus titré d’Angleterre.

D’abord l’admiration…

Sur la route de Memphis, se dresse une montagne à laquelle beaucoup se sont heurtés. Et pourtant, certains ont eu le talent pour. Cette montagne, c’est celle qui à son point culminant rend légendaire tout joueur qui réalise des prouesses avec le maillot de Manchester United, frappé du numéro 7. Tout le monde en a parlé lors de l’arrivée du joueur. George Best, Bryan Robson, Eric Cantona, David Beckham, Cristiano Ronaldo, autant de légendes marquées au fer dans le cœur des Red Devils.

D’autres, néanmoins tout aussi talentueux, ont cassés quelques unes de leurs dents. Les derniers en date, Michael Owen  (Ballon d’Or 2001 mais gêné par des blessures à répétition), Antonio Valencia ou plus récemment encore Angel Di Maria, n’ont pas supporté le poids double Old Trafford-numéro sept. Après le départ d’El Fideo pour le Paris Saint-Germain, Memphis l’a supplée à cette responsabilité si particulière, exacerbée par les médias.

.

 

Pour ses débuts, il n’a pas déçu. Surtout que le début de saison de United a démarré sur les chapeaux de roues. Une double confrontation mi-Août contre Bruges pour l’accession en Ligue des Champions. Résultat : deux buts magnifiques à Old Trafford et une célébration qui a fait jaser sur internet. Tout ce mélange a donné une notoriété immense à Memphis et un crédit sur le court terme. Van Gaal a même déclaré après la rencontre à domicile : « Je veux l’embrasser ce soir. Quand vous marquez deux buts et une passe décisive, alors normalement, vous êtes le héros. » Un héros, est-il prêt sur ses épaules vieilles de vingt-deux ans à l’assumer ? La suite des événements ne donne pas une réponse positive.

Une confirmation qui tarde

Par la suite, il a eu toutes les peines du monde pour se faire un nom sur la durée. Arrivé à Manchester pour être dirigé par l’homme qui l’a révélé aux yeux de la planète au Mondial brésilien, Louis van Gaal, Memphis a réalisé son rêve de joueur professionnel. Mais depuis le match contre Bruges où il a inscrit un doublé, ce dernier n’a inscrit que trois buts sur les trente-trois rencontres suivantes. Un bilan plus que poussif, justifié par un temps de jeu moins conséquent qu’en début de saison. Mais bilan tout de même famélique. C’est simple, en vingt-deux matchs (quatorze fois titulaire) et 1228 minutes passées en BPL, Memphis a inscrit deux buts. Une réalisation toutes… les 614 minutes.

Pour pousser l’analyse, cette statistique est d’autant plus étonnante que l’ailier gauche mancunien est un joueur qui, naturellement, prend l’initiative sur les tirs. Il n’a jamais hésité à tenter sa chance, dans le jeu où sur les coups de pied arrêtés. Coup-franc qui est devenu une de ces spécialités au PSV. Pour sa défense, il faut calmer le jeu. S’il a réalisé une saison pleine l’an dernier (trente matchs de championnat, vingt-deux réalisations) dans l’Eredivisie, recevoir Willem II ou aller au NEC Nimègue n’est pas aussi compliqué que d’aller à Goodison Park défier Everton ou d’accueillir Southampton. La Premier League demande une constance extrême pour pouvoir porter l’étiquette de la superstar en puissance. Étiquette qu’il ne porte pas encore dans son dos. Il a même porté préjudice à son équipe.

.

Arrivé à Manchester United cet été, Memphis tarde démontrer toutes ses qualités sur la pelouse d'Old Trafford. APP fait un retour sur ce joueur fantasque.

.

Quand à Stoke City lors du Boxing Day, il veut faire une tête plongeante pour servir De Gea et qu’il rate complètement son geste. Lançant Johnson dans la surface qui, lucide, sert sur un plateau Bojan pour le but du 1-0. Lançant aussi son équipe vers le précipice, période où LVG a été non pas critiqué, mais fusillé sur la place publique par les tabloïds anglais. Autre exemple, récent. Dans la rencontre des bêtes blessées (Chelsea-Man U), il rentre en jeu, perd un ballon et donne une munition de plus exploitée par les Blues. Résultat, un but partout. Ce jour-là, Wayne Rooney est venu en personne prendre sa défense. « Memphis est un grand joueur et ce genre de choses peut arriver. On rate tous des passes. Beaucoup de choses se sont passées entre la perte du ballon et le but de Chelsea. Je ne crois pas qu’il faille blâmer Memphis pour ça ». Un soutien de poids dans une équipe à la recherche de son identité.

Un extra-sportif à améliorer

Si van Gaal est la risée des journalistes locaux, Memphis en a aussi pris pour son grade. Des anciens joueurs sont montés au créneau pour enfoncer l’international néerlandais (21 sélections, 3 buts). Parmi eux, Ruud Gullit, gloire passée des Oranges. « Il doit se concentrer sur le football. Il a beaucoup de qualités, mais pour exploiter tout son potentiel, il doit rester discret dans sa vie personnelle. Il ne doit pas réapparaître au centre d’entraînement avec une nouvelle Rolls Royce ou un nouveau Hummer ». Une bonne punchline paternelle pour recadrer un fils peut-être un peu submergé par les événements. D’après plusieurs sources, Memphis émarge à près de 750000€/mois, soit neuf millions d’€ par an.

// //

L’appât du gain n’est pas la raison pour laquelle il a signé à United mais cette somme est exorbitante. Surtout pour un joueur de vingt-deux ans. Cette transition n’est pas simple à gérer, à assumer. De plus, sa nonchalance sur les pelouses irrite les pensionnaires du théâtre des rêves. Toutes ces pressions à différents niveaux sont encore ingérables pour un joueur au passé compliqué. Encore friable mentalement, laissons la possibilité à Memphis de respirer un peu. L’éclosion récente et peut-être éphémère de Marcus Rashford et celle plus prononcée d’Anthony Martial ne peuvent pas lui faire de mal. Le Néerlandais n’est plus forcément le centre des débats et s’il l’est, c’est dans un second temps.

Là où tout le monde est d’accord, c’est pour dire que Memphis est un diamant brut. Son futur ? Une superstar en puissance ou un futur flop retentissant. Mais qui n’a pas ressenti les mauvais effets de la pression ? Le temps, il faut lui laisser le temps. Tout comme l’entité Manchester United, qui pleure encore le départ à la retraite de Sir Alex Ferguson. Beaucoup d’argent a été lancé par les fenêtres. Aujourd’hui, MU doit retrouver une stabilité qui lui permettra de retrouver les sommets dans un avenir proche. Pour Memphis, il doit faire les efforts nécessaires pour pouvoir assumer son statut et se venger de tout ce qu’il a pris depuis son arrivée en Angleterre. Wait and see…

Auteur : Clément Finot

Le sens du jeu de Pirlo, le jeu de tête de Chamakh, les appels en profondeur de Cavani, mais surtout l'amour d'écrire sur le jeu.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Plus dans Europe
Retour sur le pénalty controversé inscrit ce week-end par Luis Suarez sur une combinaison avec Lionel Messi.
Le penalty de Messi, suffisance ou génie ?

Dimanche soir, lors du match FC Barcelone - Celta Vigo, Léo Messi a apporté une pierre de plus à l'édifice...

C'est l'histoire d'une fable moderne où une bande de renards a décidé de plumer l'Angleterre.
Le corbeau, les renards et les vautours

Tout le monde ou presque connaît Le corbeau et le renard, cette fable de Jean de La Fontaine où le...

A quinze jours de l'affrontement entre Chelsea et le Paris-SG, en huitièmes de Ligue des Champions, APP vous propose une revue d'ensemble du club anglais.
Qu’en est-il de Chelsea ?

Nous sommes début février et l'échéance que tout le monde attend approche. L'affrontement, la belle, entre le Paris Saint-Germain et...

Fermer