Mathieu Istace (Proximus TV/RTBF) : “Le MultiLive Proximus est unique en Europe”

05
août
2013

Auteur :

Catégorie : Interviews

BELGACOM 11 / PRESS CONFERENCE

En Belgique francophone, les grands du journalisme de sport s’appellent Rodrigo Beenkens, Marc Delire, Michel Lecomte, Vincent Langendries, Bruno Taverne, Christine Schréder ou encore Philippe Hereng. Ensuite, il y a ceux qu’on connait depuis longtemps comme Benjamin Deceuninck, Emiliano Bonfigli, Julien Courtois… Et pour finir, il y a les jeunes travailleurs de l’ombre, talentueux certes, mais qui explosent à peine, bien que leurs patronymes nous soient familiers. Mathieu Istace (28 ans) fait partie de cette excellente génération qui a la chance de vivre sa passion au 100 à l’heure. Exclusivité Au Premier Poteau.

“Parle-nous un peu de ton parcours étudiant.

Je suis licencié en communication appliquée. Je suis sorti de l’IHECS en 2006. Une haute école où on se rend compte rapidement des réalités du terrain. Investissement et don de soi y sont vraiment les maîtres mots… Il s’agit d’excellents souvenirs.

Comment es-tu entré à la RTBF?

J’ai effectué un stage d’un mois à la rédaction des sports en juillet 2005, lors du Tour de France. J’étais chargé d’aider Benjamin Deceuninck dans la préparation de l’émission « à bicyclette ». Ensuite, j’ai continué à collaborer avec la RTBF lors des courses cyclistes mais aussi les samedis soirs lors des Studio 1. J’ai passé un examen en janvier 2007, depuis lors, je suis journaliste pigiste au sein de la rédaction des sports.

Ton premier plateau, tu l’as vécu comment ?

Mon premier plateau, c’était lors de l’Euro 2008. Un chouette souvenir ! Il y a plusieurs facettes à maitriser dans ce métier entre le reportage, le commentaire et la présence en plateau… En tant que pigiste, il est toujours très important de maitriser ces différents exercices.

itv2

EXQI Sport, RTBF, Proximus 11….Tu as beaucoup travaillé ces cinq dernières années. Tu es sûrement le mec qui a commenté le plus de matches en Belgique francophone dans ce laps de temps, non ?

C’est vrai que ces dernières années, j’ai commenté beaucoup de matches.  Avec Vincenzo Ciuro, nous avons commenté énormément de compétitions. De la D2 à la Champions League en passant par la Liga espagnole et portugaise !

Tu fais partie des grands bénéficiaires du passage “historique” de la Ligue des Champions de beTV à Proximus.

Effectivement depuis le début de la saison, j’ai eu la chance de commenter de nombreux matches pour Proximus 11 +. C’est une magnifique opportunité. Je suis un privilégié, j’en suis bien conscient. C’est aussi très gratifiant de travailler avec des journalistes et consultants expérimentés au sein de la rédaction de Proximus 11.  Le programme proposé est unique en Europe. Avec le Multi Live, le téléspectateur ne loupe rien de la plus belle des compétitions européennes, c’est le moins qu’on puisse dire.

itv3

Ta situation entre deux employeurs te plait? Il n’y pas d’inconvénients ?

En tant que pigiste, dans le contexte économique que l’on connait, il faut se montrer disponible du lundi au dimanche. Sinon, c’est peine perdue. Ce statut vous oblige à travailler pour plusieurs employeurs, mais de là à dire que je ne m’amuse pas…

Ton meilleur souvenir de commentaire sportif.

Difficile de trancher entre une magnifique expérience aux Jeux Olympiques de Londres et des matches de Ligue de Champions dans les plus beaux stades d’Europe…

Tu peux nous offrir une petite anecdote en exclu pour Au Premier Poteau?

Lors de Celtic Glasgow- Juventus que j’ai commenté en février avec Khalilou Fadiga, nous avons croisé Pavel Nedved dans l’avant-match. Khalilou connait très bien le Ballon d’or 2003 et  il lui a demandé s’il savait où était Nicolas Anelka. Nedved nous a emmené aux portes du vestiaire de la Juve. Une minute après, Nicolas Anelka sortait et saluait son “pote” Khali, tout naturellement. Tout cela une heure avant le match.  Un chouette moment vécu grâce à Khali , j’ai d’ailleurs posté la photo sur mon compte Twitter.

Le match que tu rêverais de commenter ?

J’aimerais surtout couvrir le Tour de France en fait, ça serait une grande première. Chaque année, j’étais présent sur toutes les classiques pour la RTBF, et le cyclisme, quoi qu’on en dise, reste le sport le plus exigeant pour un sportif , je peux te l’assurer. 

Il y a une facette de ton métier à laquelle tu n’as pas encore (ou pas assez) touché, que tu aimerais expérimenter?

J’aimerais travailler sur des documentaires au format plus long,  26 ou 52 minutes. Ce type de produit n’existe quasiment pas en Belgique alors que c’est plus courant en France.  Il y a tellement de thématiques à explorer…

Y’a-t-il un journaliste qui t’a donné envie de faire ce métier?  

J’observe ce que font les autres, mais il n’y a pas un modèle que je suis particulièrement.  J’essaie d’être moi-même, surtout.

istace fadiaga retouchée

Parle-nous de l’expérience Proximus, 11 et 11+. Comment te retrouves-tu au bon endroit au bon moment? 

Cela fait 4 ans que je collabore avec Proximus 11. J’ai d’abord commenté des matches, puis j’ai officié en tant que journaliste « bord terrain ». Le produit à évolué au fil des années et désormais, les meilleures rencontres européennes sont visibles sur Proximus 11+ . Proximus 11 garde bien sûr un ancrage belge avec le Multi Live belge tous les samedis et le meilleur de la Proximus League toutes les semaines.

Comment est née l’idée du Talent Foot?

Avec Vincenzo Ciuro, nous avons proposé ce projet à Michel Lecomte l’an dernier : le but était de faire participer le plus de jeunes à une belle aventure.  L’ASBL Cultusport a accompli un super boulot ! Cette année-ci, j’ai poursuivi l’expérience avec Quentin Volvert (qui travaille également pour les deux chaînes, ndlr). Ce fut une belle réussite puisque tous les joueurs de l’équipe nationale espoirs de Johan Walem se sont déplacés pour encourager les participants. Voir les participants heureux aux côtés de Thorgan Hazard ou Dennis Praet, c’est déjà une belle réussite, de mon point de vue.

itv5

Bizarrement, beaucoup de gens trouvent le concept en décalage avec l’émission La Tribune. D’après les retours que j’ai, c’est un peu trop grand public pour une émission de “spécialistes”…

Le but de cette séquence est de montrer que les jeunes des petits clubs sont aussi de bons footballeurs. Nous n’avons pas la prétention de dire que nous sommes des spécialistes de la formation….La séquence plaît aux enfants, pour nous, c’est essentiel. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle est diffusée juste avant La Tribune, à 20h.”

Propos recueillis en exclusivité pour Au Premier Poteau par Bruno AHOYO

Auteur : Bruno Ahoyo

Journaliste. Belge. J'adore le sport, l'histoire, la culture et les médias.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Interviews

Comments are closed.

Plus dans Interviews
Il y a 10 ans, naissait le magazine SO Foot. Retour sur le succès de ce magazine, qui discute avec les footballeurs sans vraiment parler… de foot.
SO Foot, 10 ans de foot raconté autrement

 Il y a 10 ans, naissait le magazine SO Foot. Aujourd’hui, il s’en vend 45 000 exemplaires par mois et c’est...

interview-so-foot
Stéphane Régy : «On n’est jamais que des guignols qui faisons un magazine de foot»

Il y a 10 ans, So Foot naissait. Déjà une décennie que ces messieurs nous racontent le football d’une manière...

A l'heure où Falcao, Toulalan ou Moutinho débarque à Monaco, Marcel Tisserand signe lui son premier contrat pro sur le rocher et répond aux questions d'APP.
Marcel Tisserand : “Monaco fait aussi confiance aux jeunes”

Méconnu en France, Marcel Tisserand est tout simplement le plus grand espoir du football congolais. Capitaine de la sélection espoir...

Fermer