Match à l’extérieur : APP était au choc du championnat hongrois !

04
septembre
2013

Auteur :

Catégorie : En direct du stade

Debrecen vs Ferencvaros, APP a assisté au choc du championnat en Hongrie! Impressions, résumé et ambiance du match.

Debrecen est un peu le Lyon du football hongrois, une équipe au passé très modeste avant les années 2000 mais qui a explosé et trusté les titres nationaux durant la dernière décennie. Aujourd’hui, elle reçoit Ferencváros, véritable légende du football hongrois et club n°1 de la capitale Budapest. En grande délicatesse il y a quelques années, ils sont désormais principalement connus pour leurs ultras assez extrémistes. Ce match est classé sous haute sécurité par les autorités locales pour l’enjeu et le symbole. APP y était !

13h30 : 3 heures avant le début du choc du championnat magyar, le calme règne aux abords du DVSC Stadion. Et un calme vraiment vraiment…. Heu… calme ! On nous avait promis un enfer peuplé d’hooligans et on se retrouve dans une banlieue type Wysteria Debrecen vs Ferencvaros, APP a assisté au choc du championnat en Hongrie! Impressions, résumé et ambiance du match.Lane au silence presque dérangeant. La quiétude dominicale est seulement troublée par les cris des enfants émanant du mini-parc d’attraction voisin et le timide bruit des grues s’affairant doucement sur le chantier du futur stade. Un peu plus loin, un clown avance vers nous armé de ballons en forme de chiens. La forme locale du hooliganisme, peut-être ? En fait non, mais on a eu un petit coup de chaud quand la face du clown de Stephen King nous ait revenu en tête tandis que sa réplique s’avançait toutes dents dehors. On succomberait presque au vendeur de glace pour se remettre de ses émotions. Mais non ! Nous ne sommes pas la pour écrire la rétrospective d’un voyage à Disneyland mais bien pour trouver de la testostérone, des litres de bières et quelques coups de botte…. dans un ballon !
Le centre ville ne nous offrira pas grand-chose de plus, tout juste quelques maillots du DVSC en terrasse et toujours ce calme au moins suisse. Bref, c’est mal parti.

Tout s’accélère une heure avant le coup d’envoi. Les camionnettes et voitures individuelles pleines à craquer de fans de Ferencváros arrivent escortées par plus de flics qu’ils n’en faudraient pour couvrir un meeting entre le Pape et Madonna. Les sirènes retentissent, les majeurs sortent des vitres des dites automobiles et on commence à ressentir « le truc ». Reste plus qu’à suivre la marrée de maillots rouges en direction du vétuste DVSC Stadion (remplacé en Janvier par une toute nouvelle arène homologuée cat. IV par l’UEFA). Thanks god : des mecs qui hurlent en parcage visiteur, un (petit) stade plein comme un œuf et même des joueurs de foot à l’échauffement. In your face, Gabriel Solis !

// //

Le match itself

Le match commence dans une belle ambiance principalement entretenue par les visiteurs dont la réputation dans le milieu ultra n’est plus à faire. Les fans locaux (90% du stade quand même) sont pour l’instant à l’image de la ville, plutôt silencieux. Sur le terrain, deux blocs tactiquement disciplinés s’affrontent. Les contacts sont rugueux mais généralement corrects même si le « frenchie » de Debrecen vs Ferencvaros, APP a assisté au choc du championnat en Hongrie! Impressions, résumé et ambiance du match.Debrecen, Bouadla devra sortir avant la pause pour un mauvais coup reçu. Ferencváros essaye de prendre le contrôle du jeu alors que Debrecen procède plutôt en contre.
Et ça paye pour eux ! A la suite d’une attaque rapide rondement menée avec renversement de jeu en une touche de balle, les provinciaux ouvrent le score ! 9 min : 1/0.
La première occasion pour les supporters rouges d’asséner des chants pour chambrer leurs hôtes. En ordre dispersé, il faut dire qu’il n’y a pas vraiment de Kop ici.
Retour sur le pré qu’on pourrait toucher tellement les tribunes sont proches et où Ferencváros finit par égaliser sur un petit exploit personnel de Böde à la 36ème. Ils poussaient et ont finis par être récompensés. Leurs supporters eux en profitent pour se déchaîner dans leur parcage et tester la solidité du vieux stade.
Avant de rentrer au vestiaire, Dalibor Volas (le no9 de Debrecen) rate une énorme occaz’ après avoir esquivé le gardien il ne place pas assez sa frappe qui est repoussée sur sa ligne par un défenseur.
Ce n’est que partie remise pour le slovène, aux retours des vestiaires il règle la mire et ajuste Jova, le gardien adverse. Ca commence à sentir bon pour Debrecen. Voir très bon lorsque à la 60ème minute, l’arbitre désigne le point de penalty pour les locaux ! Volas, toujours lui exécute la sanction et Jova pour la seconde fois donc, en 15 minutes. 61ème : 3/1.
Le match est plié alors les ultras en déplacement décident de se faire remarquer en effectuant plusieurs saluts nazis. Triste, surtout quand vous venez d’être sanctionnés pour des actes similaires récemment. Il est temps que ça se finisse pour l’équipe de Budapest qui n’arrive plus à rien sur le terrain. Pire, ils finissent par encaisser un quatrième but au bout du bout des arrêts de jeu par le remplaçant, Szakály. Score final: 4/1.
La coupe est pleine pour les deux équipes mais l’ivresse bien différente.

Battre Ferencváros, c’est battre la capitale, c’est battre l’histoire bref c’est une grande fête ! Euphorisé par le quatrième but encore frais, tout le stade est debout. Chaque tribune célèbre ses joueurs l’une après l’autre dans un joyeux brouhaha. Les « supporters » adverses, eux, s’en vont ceinturés par les forces de l’ordre.
Finalement, ce jour de foot aura été crescendo. Du calme plat à l’apothéose. Un bon moment pour s’arrêter.

Retrouvez dans quelques jours l’interview de Joël Damahou, milieu de terrain du DVSC, en exclu sur APP.

Auteur : Mourad Aerts

Joue en troubadour sur tout le front de l'attaque. Amoureux du foot et de ce qu'il représente partout dans le monde

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie En direct du stade

Comments are closed.

Plus dans En direct du stade
dynamo-kiev
Match à l’extérieur : à la découverte du Dynamo Kiev

Belhanda et Trémoulinas ont replacés Kiev sur la carte du foot européen pour le footix français moyen. Oui, les Pink...

1062951-16998662-640-360
Nous avons vu un match de D1 Suèdoise…

Dimanche 21 juillet, accoudés au zinc d'un pub suédois qui retransmet le match féminin de l'équipe nationale face à l'Islande,...

505031BayernDortmund650x366
Suivez la finale de Ligue des Champions en Live Tweet

Première dans l'histoire de la Ligue des Champions, un LiveTweet groupé de la finale en Live à Nantes aura lieu...

Fermer