Match à l’extérieur: APP au Maracanã !

11
février
2014

Auteur :

Catégorie : En direct du stade

flamengo-fluminense-fla-flu-bresil-au-premier-poteau

Après la Bombonera et le Monumental, APP vous emmène dans une autre enceinte légendaire: le Maracanã ! Et pour le coup, difficile de faire plus légendaire que le théâtre carioca dont le simple nom incite au fantasme en matière footballistique. De la finale de la coupe du monde 1950 à celle qui s’y déroulera dans cinq mois, l’histoire du foot s’écrivit et s’écrira dans ce stade. Voyage dans un temple du ballon rond.

Si une énième polémique est née la semaine dernière sur les capacités du Brésil à être prêt à temps pour l’ouverture de la plus prestigieuse des compétitions en juin prochain, on peut vous le dire tout de suite : le Maracanã, lui, est ready de chez ready.

Brillante de mille feux, l’enceinte accueille en ce samedi 8 février, le classique carioca Flamengo/Fluminense. Aussi surnommé Fla-Flu. Un derby qui détient le record de spectateurs pour une rencontre entre deux clubs. 194 603 recensés mais 177 656 payants en décembre 1963. On chipote, on chipote mais voilà, l’attente est grande pour ce nouveau classique sud américain qu’on s’apprête à vivre.

La veille du jour J, on ne rencontre aucun obstacle pour acheter notre place. Le plus surprenant pour un classique comme celui ci est cette possibilité qui nous est offerte de s’asseoir coté Flamengo ou Fluminense. Les provocateurs ont donc tout le loisir d’aller foutre la merde chez les rivaux. Le prix des places varie entre 100 et 150 reais, au taux de change entre 30 et 50 euros. Une somme assez conséquente pour les pauvres brésiliens mais finalement assez dérisoire pour les classes moyennes et plus.

Jour de match 

La facilité pour obtenir les places étaient un premier indice, la cohabitation pacifique des supporters des deux camps dans le métro nous met un peu plus la puce à l’oreille. Comment ça ? Même pas un petit chambrage ? Rien ?

Arrivé à la station de métro portant le nom du stade, la grande soucoupe nous reçoit à bras ouverts. Aucun problème pour trouver sa porte d’entrée puisque les rues sont pavées d’orientateurs et d’orientateurs d’orientateurs. Des gars qui vous disent où il y à d’autres orientateurs. On arrête pas le progrès.

Enfin ! Nous y sommes et vous avec nous :

Alors ok, le stade est splendide mais où sont les supporters du Fluminense censés être dans la tribune en face ?

Le virage réservé aux supporters du club de Fred est ridiculement parsemé de quelques dizaines de sièges occupés. Questionnant dans un mélange d’espagnol et d’anglais nos voisins de la tribune du Flamengo, on nous avance les hypothèses suivantes:

  1. Le prix des places ? Mouais…
  2. On en est encore qu’au début du championnat et l’enjeu n’est pas énorme. Ok, m’enfin, les River/Boca joués en pré-saison pour du beurre sont toujours plein à craquer…
  3. Avant que finalement on nous lâche un « le vrai derby c’est contre Vasco, Fluminense n’a pas de vrai fans ». On a un peu du mal à les contredire, là dessus.

Les fans du Flamengo, ont malgré tout répondu à l’appel et leur tribune est correctement garnie. C’est pas non plus la cohue mais c’est raisonnable. Puis tout le monde chante. Un peu n’importe comment sans kop qui coordonne le tout. Ça part un peu de tout les cotés. Mais ça vibre au moins un peu. A l’annonce des équipes, Hernane (le 9 du Fla) est le plus acclamé, Dario Conca (l’ex pionner du foot en Chine et star du Flu), le plus sifflé et insulté.

On a bien fait de choisir un peu au hasard, Flamengo plutôt que Fluminense, parce que les gaillards sont bien actifs de notre côté et nous offre des chants sympas. On rate même le coup d’envoi distrait que l’on était. C’est donc parti sur le pré.

Tant sur le plan tacqueeeeetique que tequeeeenique, y’a pas à dire ça nous change de la Bolivie. Les occasions tardent ceci dit à venir. Le Fluzão confisque la gonfle mais manque d’un peu de détermination dans le dernier geste. Au contraire d’Hernane qui lui, met tout ce qu’il a, dans une jolie volée aux alentours de la 20ème ! On sent nos voisins pas vraiment sereins, les passes mal ajustées, ça passe encore moins bien au Brésil qu’ailleurs. Les dégagements à l’emporte pièces, pareil.  Ha tiens justement, on joue la 27ème,  un énième dégagement sauve-qui-peut termine dans les pieds de Conca qui ajuste un centre parfait sur la tête de Michael, Flamengo : 0, Fluminense : 1 !

Chez les Rubro-Negro (rouge et noir), le moins que l’on puisse dire c’est que ça ne respire pas la sérénité. Les contrôles sont trop longs, les prises de décisions apeurées, les dégagements en tribune… Ça enrage maintenant en tribunes et il est temps que les 22 acteurs rentrent au vestiaires parce qu’on est pas sur que le cœur de notre voisin aurait tenu plus longtemps.

“Le cauchemar de la nation Rubro-Negro”

Malheureusement pour lui, il y a une seconde période et elle ne va pas être meilleure pour «O maiz querido do Brazil» (le plus aimé du Brésil). D’entrée de jeu, Fluminense enfonce le clou. Un classique : coup franc, cafouillage, le grand défenseur qui bombarde le APP était dans le mythique Maracanã à quelques mois de la Coupe du Monde pour y tester et le stade et l'ambiance lors du derby Flamengo - Fluminensegardien adverse à deux mètres des cages. Flamengo: 0, Fluminense: 2. Dans notre tribune, c’est le drame et la colère. Les pauvres sièges flambant neuf du stade Estádio Jornalista Mário Filho (le nom officiel) vont l’amortir. Un penalty non sifflé ? Poum, dans le siège. Une passe ratée ? Poum ! Un défenseur envoyé aux fraises par Conca ? Re-poum ! Les stadiers commencent à se déployer pour expliquer à tout le monde que ces strapontins doivent  accueillir la coupe du monde et que par conséquent faudrait voir à les ménager. Sur le terrain, ça ne va toujours pas mieux, seul le coté droit propose quelque débordements sous l’impulsion de l’excellent Leonardo Moura. Ça reste beaucoup trop peu.

En fin de match, le Tri-color en ajoutera un troisième. Même sans Fred, ils s’affirment de retour après une saison dernière passée à regretter le départ de Déco et frôler la tragédie. Cette victoire leur permet en sus de s’emparer de la tête du championnat carioca, au nez et à la barbe de… Flamengo, jusque là détenteur de la première place. Score final: Flamengo: 0, Fluminense: 3!

S’en est de trop pour la nation rouge et noire qui quitte le stade à 5 minutes du terme. Quant à nous, on ressort de ce match un peu perplexe. Partagé entre le sentiment d’avoir vu du bon football mais un stade à moitié mort. Stade qui s’illumine alors que la nuit est tombée. Nous le quittons, direction São Paulo pour voir si l’ambiance y sera meilleure… A la semaine prochaine! 

Auteur : Mourad Aerts

Joue en troubadour sur tout le front de l'attaque. Amoureux du foot et de ce qu'il représente partout dans le monde

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie En direct du stade

Comments are closed.

Plus dans En direct du stade
APP est partie visiter l'un des stades les plus haut du monde en Bolivie. Récit haut en couleur.
Match à l’extérieur : APP en altitude à La Paz !

C’est la reprise en Amérique du Sud, après un petit mois de trêve estivale (oui, oui, les saisons sont inversées),...

la-paz-bolivie-2
TOP 8 des clichés avec les stickers APP

Cela fait désormais 9 mois que les stickers APP ont été créés. Nous vous offrons la possibilité de prendre des...

Veron a peut être disputé son dernier match le week end dernier dans une relative anonymat. APP était sur place et vous le raconte en détails.
Match à l’extérieur: APP à Estudiantes pour l’immense Veron

Veron c’était l’archétype du joueur argentin de la décennie passée. Trop talentueux, trop solitaire, caractériel et pas très facile à...

Fermer