Marseille, Lyon et Bordeaux : la saison de tous les dangers ?

24
juillet
2012

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

om-ol-bordeaux

Derrière les folies du Paris SG, les trois clubs champions de France de la dernière décennie rencontrent les pires difficultés à préparer la future saison. Malgré un dernier exercice compliqué, l’OL, l’OM et les Girondins ne devraient pas faire de bruit sur le marché des transferts cet été, en proie à des difficultés économiques et obligés de se serrer la ceinture.

La gloire et des illusions

Mai 2008, l’Olympique Lyonnais est champion de France pour la septième fois successive, battant ainsi le record du nombre de championnats gagnés consécutivement. À ce moment-là, on se demande alors qui pourra bien priver les Gones d’un huitième titre. Mai 2009, les Girondins arrachent la ligue 1 au terme d’un exceptionnel coude à coude avec l’OM. Le club du scapulaire nourrit alors beaucoup d’espoir, disposant d’un effectif talentueux et d’un des meilleurs entraineurs du moment. Mai 2010, l’Olympique de Marseille est sacré Champion de France pour la première fois depuis dix-sept ans. Le club phocéen est de retour au sommet des clubs français et compte bien y rester, investissant une trentaine de millions d’euros sur la période estivale.

Aujourd’hui, aucun des trois clubs n’a réussi à confirmer son statut, et pire, les trois ogres semblent être rentrés dans le rang. L’an passé, pour la première fois depuis onze ans, le club de Jean-Michel Aulas n’est pas parvenu à accrocher une place qualificative pour la ligue des champions. Les Girondins se sont contentés d’un miracle lors de l’ultime journée pour accrocher l’Europa League. Enfin, les Phocéens doivent leur qualification à cette même Europa League grâce à une victoire en coupe de la ligue, sauvant les apparences d’une saison catastrophique, conclue par une piètre dixième place qui ferait presque oublier son bon parcours en Champions League.

Des statuts en péril

Pourtant, malgré ses signes d’alertes, les trois clubs ne sont pas partis pour animer le marché des transferts, bien au contraire. À trois semaines du coup d’envoi de la nouvelle saison, une seule recrue à mettre à l’actif de l’OM, en la personne de Raspentino, qui arrive libre et de ligue 2… Bref pas de quoi s’enthousiasmer. Plus inquiétant, à Lyon, Marseille ou Bordeaux, on parle plutôt de se séparer de ses meilleurs éléments pour renflouer les caisses. Pas forcément de bonne augure au moment où le PSG écrase le marché et surtout où le LOSC, le Stade Rennais et Toulouse semblent continuer à progresser en flairant les bonnes affaires. Les conséquences de campagnes d’après-titre mal maitrisées, avec des renouvellements de contrats et surtout de salaires mal négociés et des investissements ratés (Gourcuff, Gignac, Ben Khalfallah,….).

Vers le renouveau ?

Dans un marché très fermé, difficile d’envisager que les Cissokho, Bastos, Gomis, Mbia, Ciani, Ben Khalfallah ou Bellion trouvent tous preneurs, et encore moins à des tarifs mirobolants. Et si Lyon ou Marseille peuvent quand même espérer disposer de quelques chèques non négligeables avant le 31 août, une partie devrait servir à renflouer les comptes. Ainsi, le reste du magot ne permettra pas de faire venir des pointures. Et pour les joueurs prometteurs, plus le temps passe, plus les bonnes affaires risquent de se faire rares. Pour Bordeaux, la mission est tout autre puisqu’il s’agit de se séparer des indésirables pour réduire la masse salariale, et à priori, les départs ne seront pas compensés.

Ainsi, à défaut de défrayer la chronique sur le marché des transferts, la politique est semblable dans le Gone, le sud-ouest ou la Cannebière. La saison 2012/2013 se fera avec les éléments qui composent actuellement leurs effectifs, avec une plus value apportée par les jeunes du centre de formation. Un pari risqué, mais obligatoire en raison de l’état des finances. Et pour se faire, les trois clubs se sont dotés d’entraineurs habitués à composer avec les joueurs qu’ils ont sous la main et à piocher dans le vivier de la formation. À défaut de rêver de stars tout de suite, les supporters pourront toujours se rappeler du bon souvenir des Carasso, Ayew ou Flamini à l’OM, des Ben Arfa, Benzema ou Rémy à l’OL, et Trémoulinas ou Chamakh à Bordeaux. Après tout, une grande étape de reconstruction commence, et on peut se réjouir de découvrir les Abdullah, Gadi, Omrani, Yattara, Benzia, Poundje ou Sacko. Seront-ils suffisamment doués pour aider leur club à revenir sur le devant de la scène ? En tout cas en Gironde, dans le Rhône ou sur la Cannebière, on reste ambitieux. L’idée est d’être encore européens en fin de saison !

Auteur : Loïc Denibaud

Intervenant d'action sociale le jour, amoureux du football et du beau jeu le jour et la nuit.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
zlatan_psg2
Ibrahimovic au PSG, et ce n’est pas une blague !

C’était un secret de polichinelle, la star suédoise va bien débarquer au Paris Saint-Germain. Après cinq jours de négociations intenses,...

thiago-silva-au-psg
Thiago Silva, le nouveau roc du PSG

C’est désormais officiel, le PSG vient de mettre la main sur Thiago Silva qui s'est engagé, samedi 14juillet, pour une...

salomon_kalou_losc
Salomon Kalou, le gros coup de Lille

Libre de tout contrat, l’attaquant Salomon Kalou, 26 ans, s'est engagé pour quatre ans à Lille. L’ancien joueur de Chelsea,...

Fermer