Manchester United en avait besoin

10
novembre
2013

Auteur :

Catégorie : Europe

Grâce à un but de Van Persie, Manchester United obtient sa première victoire contre un "gros", même si le match n'a pas donné les promesses escomptées.

Dans un match loin d’être impressionnant au niveau de l’intensité et des capacités techniques, Manchester United a enfin gagné contre un membre du Big Four.

Il est 18h05 à Manchester. Du côté d’Old Trafford, David Moyes a la mine des grands jours. Enfin pas vraiment, mais il esquisse un sourire, c’est déjà ça. Manchester United vient de faire tomber Arsenal, que l’on présente comme un des principaux candidat au Graal national cette saison. Mais autant que le résultat, c’est surtout sur ses choix que le technicien peut jubiler.

Un milieu renforcé

Le match commence par un silence. Et quel silence. La minute en l’honneur des soldats morts pour l’Angleterre provoque un mutisme digne d’un cimetière dans l’enceinte du «Théâtre des Rêves». Puis vient le rugissement des fans, visiteurs et locaux, à l’entame du match. En raison d’un Mertesacker malade, Arsène Wenger relance Vermaelen en charnière centrale et avec le brassard, première fois cette saison. Du côté de Manchester United, David Moyes a choisi un milieu Jones-Carrick, plus solide qu’un Cleverley et plus à l’aise (pour l’instant) qu’un Fellaini. Sans doute le technicien écossais souhaite t-il éviter le délitement de son entrejeu, comme cela avait été le cas face à City. La tactique de United est claire : presser dans tous les sens, et ne laisser que très peu d’espace aux Gunners, surtout à Ramsey et Özil.

Stratégie payante pour Evra et sa bande. Au bout d’un quart d’heure, le pourcentage de jeu dans les 30 derniers mètres mancuniens ne se porte qu’à 4%. On assiste à une vrai bataille du milieu de terrain, et les occasions se font rares. Le premier corner de la partie n’arrive qu’à la 26e. Rooney place le ballon sur la tête d’un Van Persie esseulé suite à la défense de zone orchestrée par Arsenal. La tête du Batave plonge au second poteau, hors de portée de Gibbs et Szczesny. Moyes exulte et se rassure, ses choix payent. En revanche côté Gunners, on peut s’interroger sur le bien-fondé d’une telle tactique. Mickael Silvestre a d’ailleurs LE commentaire assassin sur Twitter : « Le marquage de zone sur corner n’a jamais marché ». C’est dit et c’est à retenir.

Erreurs en tout genre

Arsenal se réveille après le but, et pose le pied sur le ballon. Les offensives commencent à s’organiser, mais Smalling est intraitable sur son côté droit et Jones assaille à tout va au milieu. Manchester United a même une nouvelle occasion à la 38e, mais Wayne Rooney est Grâce à un but de Van Persie, Manchester United obtient sa première victoire contre un "gros", même si le match n'a pas donné les promesses escomptées.déséquilibré dans la surface par un Giroud énervé. L’arbitre ne bronche pas. Comme quoi, les hommes en noirs ne favorisent pas toujours Manchester… Les visiteurs ne sont clairement pas dans leur match en tout cas. Exemple criant : Arteta récupère une balle au milieu de terrain, peu avant la mi-temps, pivote et envoie le ballon sur l’aile droite, vers personne…

Finalement la seule occasion dangereuse dans la surface mancunienne, c’est le choc en fin de première période entre Vidic et De Gea. Le gardien n’a rien, mais le Serbe est évacué vers un hôpital pour passer des tests.

Conséquences au retour des vestiaires : Jones descend d’un cran et Cleverley rentre à sa place. Est-ce cette perte de puissance au milieu ou Arsène Wenger qui a rameuté ses troupes, mais toujours est-il que les coéquipiers d’Olivier Giroud monopolisent le jeu en seconde période. Les combinaisons se font plus précises et la défense mancunienne se dégage à chaque fois en catastrophe. À la 57e, un ballon capté par De Gea sur la ligne se transforme en corner selon l’arbitre, la phase ne donne rien mais le jeu se poursuit et Özil manque de trouver la lucarne de De Gea, provoquant la fureur du portier envers l’arbitre de touche.

La tension est palpable, et on est proche du 1-1 comme du 2-0, lorsque Rooney mystifie Sagna et voit sa frappe filer peu à côté du poteau de Szczesny (59e)…

Manchester United plie mais ne rompt pas

Peu à peu, Arsenal prend définitivement le jeu à son compte, ne laissant à Manchester United que des dégagements pour garnir sa possession de balle. On frise l’indécence quand Bacary Sagna balance quelques centres d’excellentes qualités, mais que personne n’est là pour les reprendre… Wenger tente alors un coup de poker, et fait rentrer le revanchard Niklas Bendtner. Mais le Danois a beau avoir pris la coupe d’Ibrahimovic, la réussite n’est pas du tout la même.

Arsenal monopolise le jeu, le ballon, mais pas les occasions. Dix minutes avant la fin, un coup-franc sur l’aile de Rooney trouve la tête de Smalling, mais le latéral droit la reprend très mal, donnant à Moyes et Manchester United quelques minutes de tensions en plus.

Giroud a bien deux occasions d’égaliser, et provoquer le bonheur de Wenger, mais Smalling se rattrape par une parfaite intervention sur la première, alors que le Français tire à côté sur la seconde.

Fin de match houleuse, mais fin de match victorieuse pour les Red Devils, à qui ce succès fait un bien fou. Pour Arsenal, c’est moins grave que prévu, Liverpool étant le seul poursuivant à avoir gagné ce week-end. Pour Moyes, la manière n’est pas encore présente, mais Sir Alex Ferguson avait prouvé que la manière importait peu, seul comptait la victoire.

Auteur : Christophe.C GARNIER

Passionné de foot et spécialement fan de tout ce qui se fait outre-Manche depuis 10 ans.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Comments are closed.

Plus dans Europe
Retour sur la 11ème de Premier League et notamment le but victorieux de Loïc Rémy face à Tottenham et la défaite d'Arsenal contre Manchester United.
Loïc Rémy sonne la charge

Quand dans une journée de Premier League, il y à un certain Manchester United – Arsenal, forcément ça attire pas...

Déjà très bon la saison dernière, André Hahn réalise un début de saison exceptionnel sous les couleurs d'Augsbourg. Portrait du prodige Allemand.
André Hahn, la nouvelle arme d’Augsbourg

Ayant disputé ses premières rencontres en Bundesliga la saison dernière, André Hahn se révèle cette saison, bénéficiant en plus de...

Arsenal a gagné face à Liverpool et dispose de 5 points d'avance sur ses adversaires, suffisant pour penser au titre de champions de Premier League.
Arsenal est-il armé pour être champion ?

Auteurs d'un gros match et d'une belle victoire face à Liverpool et premiers avec 5 points d'avance sur ses poursuivants,...

Fermer