Loic Remy, coeur vaillant !

19
mai
2019

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

loic-remy-losc

Revenu sur la pointe des pieds en Ligue 1 l’été dernier, Loïc Remy se rappelle en cette fin de saison aux bons souvenirs des amateurs de football. Il a en effet inscrit 3 buts sur les quatre derniers matchs, confortant la participation du LOSC en Ligue des Champions. Retour sur une carrière en dents de scie qui aurait pu le mener vers les sommets …

Un retour inattendu

L’exercice 2018-2019 avait pourtant mal commencé, retard d’homologation du contrat, en proie à des blessures, l’ex-international (30 sélections, 7 buts), titularisé à 5 reprises seulement lors de la phase aller, se préparait à une énième galère. En effet, après son passage en Espagne où il a connu l’affront d’être exclu du groupe de Las Palmas par le coach Jemez pour un retard à un dîner, puis une descente avec Getafe à qui il avait été prêté, sa venue au LOSC avait des gouts de revanche.

En concurrence avec Leao et Rui Fonte, le martiniquais a certes mis du temps avant d’inscrire son 1er but le 1er décembre, contre Lyon, son club formateur (2-2), mais depuis, son influence est allez grandissante. Il faut dire que le coach Christophe Galtier a tout mis en œuvre pour le mettre dans les meilleures conditions : « On travaille son positionnement pour qu’il soit à point nommé sur les situations offensives. Il doit être un joueur axial pour conclure les actions déclenchées. Ce que font Bamba, Ikoné ou Pépé, Loïc le faisait à 18 ans. Il en a 31 à présent ».

 

loic-remy-losc

 

 

Au final il s’est avéré décisif lors du sprint final, permettant aux Dogues de se qualifier en Ligue des Champions, devant Lyon. Son but victorieux contre Bordeaux (1-0) a notamment été reçu comme une délivrance alors que Pepe et Ikone ne parvenaient pas à faire la différence. Une 2ème carrière semble se profiler pour le natif de Rillieux-la-Pape dans le Rhône, après des années d’errance qui l’a vu accumuler les expériences malheureuses et les coups du sort contraires.

Le cœur du problème

Souvenons-nous notamment de cet été 2010, quand, fraîchement enlevé à l’OGC Nice par Jean-Claude Dassier, le président de l’OM, une anomalie cardiaque avait été découverte, occasionnant des doutes sur le transfert chez le champion sortant, qui a finalement été conclu. Quelques saisons plus tard, alors que la consécration au plus haut niveau semblait arriver, le staff médical de Liverpool bloquait sur cette malformation, et c’est ainsi qu’Anfield passait à côté de l’international tricolore, alors qu’il venait d’éclater avec Newcastle (14 buts) et était susceptible de remplacer Suarez, parti à Barcelone.

Chelsea profitait de l’aubaine pour enrôler l’attaquant, âgé de 27 ans à l’époque et si sa première saison fut honorable (19 matches, 6 buts en championnat), la concurrence de Diego Costa le condamnait au banc et à quelques apparitions en League Cup.

 

loic-remy-losc-

 

 

Prêté à Crystal Palace en Aout 2016, il se blessa au genou 10 jours après et avec seulement 5 matches joués, l’antillais d’origine perdait peu à peu sa place chez les Bleus de Didier Deschamps, alors qu’il avait participé à la Coupe du Monde brésilienne de 2014. C’est donc en Liga espagnole que Loïc comptait faire repartir sa carrière, malheureusement, on l’a vu, le trentenaire y échoua également.

Un trentenaire rugissant

Il a fallu du flair au président Lopez et à Christophe Galtier pour aller dénicher celui dont tout le monde pensait qu’il était fini et avoir permis un retour au premier plan 9 mois plus tard.

Malgré ses 32 ans, Remy a encore quelques années devant lui et il devrait retrouver avec le LOSC la Ligue des Champions après l’avoir connu sous le maillot lyonnais à ses débuts en 2006-2007, puis s’y être affirmé avec l’OM, jouant 23 matches pour 6 buts, dont celui du 1-2 qui redonna espoir aux marseillais avant la victoire finale à Dortmund (3-2) en poule contre le Borussia des Lewandowski, Gotze et autre Hummels, en 2011.

Avec le départ annoncé de Pépé cet été et en attendant que son successeur s’épanouisse au sein de l’attaque de Lille, Christophe Galtier pourra compter sur le retour au premier plan de son attaquant polyvalent, jadis comparé à Thierry Henry, mais qui a montré que l’heure de la retraite n’avait pas encore sonné. Son expérience et son efficacité ne seront pas de trop pour le retour du club nordiste au plus haut niveau.

 

Crédits photos : Footpack.fr / Paco Photographies

Auteur : Gilmon

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
Stade_Rennais_Coupe_de_France_2019
Rennes : Épopée d’une saison légendaire

Après avoir renversé le Paris Saint-Germain en finale de la Coupe de France, le Stade Rennais marque définitivement sa saison...

Laurent Paganelli
“Paga”, le rire pour survivre

Pris à partie par Thomas Tuchel dimanche soir après une plaisanterie que le coach teuton du PSG n’a pas appréciée,...

Jacques-Henri-Eyraud-President-Olympique-de-Marseille
OM : Marseille in Wonderland

La fine pluie qui s’abat ces temps-ci sur la cité phocéenne s’ajoute au désarroi de cette saison difficile à suivre...

Fermer