L’obscur désamour pour l’Europa League

15
février
2018

Auteur :

Catégorie : Europe

Velodrome-vide

Une fois n’est pas coutume, le stade Vélodrome sera loin d’être plein pour la réception du Sporting Braga en 1/16ème de finale aller de l’Europa League. Environ 20 000 personnes sont attendues, alors que le stade peut en accueillir le triple. Le phénomène ne touche cependant pas que le club olympien, et interroge le statut de l’Europa League pour ces clubs « de l’entre deux ».

Le Vélodrome, dont l’ambiance est régulièrement louée par les observateurs sonnera donc creux pour cette soirée européenne, une triste coutume cette saison du côté du Vieux-Port. Au mois de septembre, ils n’étaient qu’à peine plus de 8 000 à garnir les travées du stade pour accueillir Konyaspor. Si l’on s’attarde sur le taux de remplissage moyen des 48 clubs engagés en phase de poule de C3 cette année, Marseille figure à l’antépénultième position avec à peine plus de 20% des places occupées pour voir les hommes de Rudi Garcia affronter Konyaspor donc, mais aussi Salzbourg et Guimares. Ce chiffre est plus de deux fois inférieur à la moyenne qui s’établit à 49%. Notons d’ailleurs que les deux autres clubs engagés, l’OGC Nice et l’Olympique Lyonnais se situent au dessus de cette moyenne, avec respectivement 51% et 57% de taux de remplissage.

Sans titre

Sources: Statbunker et Wikipedia

La lecture de ces chiffres donne l’image d’une Europa League aux airs de « coupe de France européenne », avec des stades de « petits » clubs très garnis (Ostersunds, Rijeka…) qui contrastent avec de grandes arènes tristement vides à l’image du Vélodrome, comme San Siro ou le stadio Olimpico. Pourtant en championnat, le Vélodrome affiche un taux de remplissage plus que correct de 66%, quand les rossoneri garnissent à 63% en Série A leur antre d’un peu plus de 80 000 places. Le désamour des supporters de ces clubs semble immense : un caprice d’enfants gâtés ?

Les raisons de ce manque d’assiduité pour les échéances européennes de C3 ne font pas vraiment mystère. Il y’a tout d’abord ces horaires peu arrangeants pour qui travaille en semaine : Marseille accueillera en effet Braga à 19h, et il n’est pas forcément évident de se libérer de ses contraintes professionnelles pour arriver à l’heure au stade, notamment pour les supporters n’étant pas sur Marseille. Précisons néanmoins que le match de Konyaspor se jouait à 21h, et que les stéphanois ont rempli Geoffroy-Guichard l’année dernière à 18h pour accueillir Manchester United. Cet exemple soulève un nouveau point : le calibre de l’adversaire rencontré. Hormis certains membres de la communauté lusitanienne locale, le Sporting Braga ne fait a priori rêver que peu de supporters. Enfin, il y’a une sorte de jeu de dupes qu’entretiennent les entraineurs, à ne jamais afficher clairement leurs intentions en Europa League, à l’exception peut être des lyonnais l’année dernière. Compte tenu des deux premiers points cités, certains supporters craignent de devoir poser une demi-journée de RTT, pour voir leurs remplaçants affronter le 5ème du dernier championnat portugais.

Toujours est-il qu’il est difficile de ne pas percevoir quelque chose de gênant dans ce choix de certains supporters de snober l’Europa League, l’excuse de l’horaire, la seule véritablement entendable (les clubs restant très raisonnables au niveau des prix pour ces matchs), ne pouvant expliquer à elle seule l’ampleur du phénomène. L’Olympique de Marseille et le Milan AC sont de véritables institutions, a minima en France pour les phocéennes, et dans le monde entier pour les italiens. Mais les deux sont à la recherche de leur gloire d’antan : depuis le tournant des années 2010, ni l’un ni l’autre n’ont véritablement réussi à se maintenir au plus haut niveau. Ces clubs construisent leur image sur cette aura historique qui semble néanmoins en décalage avec leurs réalités d’aujourd’hui, bien que les deux clubs soient engagés dans des projets ambitieux depuis l’été dernier.

Ce sujet des représentations semble jouer un rôle prépondérant dans cette attitude quasi-dédaigneuse vis à vis de l’Europa League que peuvent avoir certains supporters qui, biberonnés aux grandes heures de leur club de cœur, ne considèrent pas nécessairement tous les matchs européens à leur juste valeur. Il n’est cependant pas question ici de stigmatiser spécifiquement les marseillais qui sont ici cités car étant au cœur de l’actualité, ce constat pouvant vraisemblablement s’étendre à d’autres clubs similaires (mais pas à tous !). Mais l’histoire d’un club s’écrit, et se réécrit, dans ces soirées européennes, et il est dommageable que des supporters, peu importe le club, ne prennent pas la mesure de ces matchs qui ne ressemblent à aucun autres, même si l’adversaire n’a jamais figuré en haut de l’affiche. La C3, en plus de permettre à son vainqueur de jouer en Ligue des Champions la saison d’après, permet de se confronter rapidement à des adversaires de calibre (Naples, Dortmund, Arsenal), encore faut-il jouer son rôle de 12ème, si cher aux supporters, dès le début de la compétition.

Le Vélodrome ne bouillonnera donc pas comme il peut le faire lorsque le peuple marseillais s’embrase. Après avoir longuement parlé des absents, saluons pour conclure les 20 000 qui seront présents, pour qui loin de toute considération superflue, seul l’amour porté à leur club compte, et prime sur tout le reste.

Auteur : Raphaël G.

Enfant du Chaudron, c'est avant tout la ferveur du peuple vert qui m'a rendu fou de foot. Pour un football populaire et le respect des libertés des Ultras. (A gagné le 100ème derby).

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Plus dans Europe
Mauricio-Pochettino
Pochettino, el maestro.

Connu en France pour son passé de défenseur central du Paris Saint-Germain et de Bordeaux au cours des années 2000,...

barca-real
Barça-Real 2010, un chef d’œuvre signé Guardiola

Le 29 novembre 2010, se joue le Classico Barça-Real devant 98 000 personnes au Camp Nou. Ce match entre les...

diego-costa
Le retour de Diego Costa, la promesse d’un renouveau?

Diego Costa a effectué hier - en coupe du roi contre Lleida - son grand retour à la compétition. L'interdiction...

Fermer