Liverpool, nouveau Arsenal?

01
janvier
2014

Auteur :

Catégorie : Europe

Joueuse et agréable à regarder, Liverpool n'y arrive pas contre les grosses écuries du championnat. Les Reds seraient-il devenus le nouveau Arsenal?

Leader de Premier League avant Noël, Liverpool a mal négocié la période du Boxing Day avec deux défaites sur le même score (1-2) face à Manchester City et Chelsea. En produisant un jeu intéressant, les Reds n’y arrivent pas face aux cadors anglais, ce qui n’est pas sans rappeler l’Arsenal de ces dernières années.

Au soir de la dix-septième journée, Liverpool jubilait. Suite à une quatrième victoire consécutive, face à Cardiff City (3-1), les Reds caracolaient au sommet de la Premier League. Après plusieurs années de disettes, les pensionnaires d’Anfield Road revenaient enfin sur le devant de la scène. Les supporteurs, aux anges, se permettaient même de charrier leurs homologues d’Arsenal, qu’ils venaient de coiffer sur le poteau. Mais chez les Gunners, pas de panique.  On préfère attendre la toujours décisive période du Boxing Day pour tirer une quelconque conclusion. Bien leur en a pris. Deux journées plus tard, Arsène Wenger et sa troupe ont repris leur place en tête du classement grâce à deux victoires consécutives. Dans le même temps, Liverpool rentre dans le rang avec deux défaites à Manchester City et à Chelsea (deux fois 1-2). En produisant un jeu attrayant, les Reds  sont en difficultés face aux ténors anglais, ce qui n’est pas sans rappeler… l’Arsenal de ces dernières années. Une équipe joueuse, agréable à regarder, avec des jeunes joueurs mais qui se cassait systématiquement les dents face à Chelsea, Manchester City ou Manchester United.

A Chelsea et encore plus contre Manchester City, Liverpool a tenu la dragée haute dans le jeu à ses adversaires. A chaque fois, ils ont ouvert le score. Le but de Philipe Coutinho contre les Citizens intervient après une phase de jeu intéressante. Sur l’ensemble des deux rencontres, Luis Suarez et ses coéquipiers ont su poser des problèmes aux défenses adverses en se procurant bon nombre d’occasions franches. Mais à chaque fois, cela s’apparente à des temps forts passagers plutôt qu’une domination nette. Que ce soit face aux Skyblues ou aux Blues, le retour de flamme à été quasi-instantané. Après l’ouverture du score Mamadou Sakho et ses partenaires de la défense se sont endormis et face au deux attaques les plus fournies du Royaume, le relâchement s’est avéré être une punition. Lors des deux matchs, Liverpool s’est retrouvé mené à la mi-temps, souvent à cause d’erreurs de marquage ou de son gardien, Simon Mignonet, pas exempt de tout reproche lors de ces deux rencontres.

Equipe jeune et banc peu fourni

Face à des blocs défensifs bien en place, accélérer par à coups ne suffit pas. Il faut travailler sur des phases de jeu bien plus longues, poser le ballon et imposer son style de jeu.  Les joueurs de Brendan Rodgers savent bien le faire contre des équipes moins huppées ou un Tottenham en pleine déconfiture courant décembre (5-0). Mais, à l’instar d’Arsenal pendant toutes ces années sans titre, dès que l’opposition est plus relevée, personne n’est capable d’insuffler un sentiment de révolte.  C’est encore plus flagrant quand Steven Gerrard est absent comme c’était le cas pendant les deux dernières rencontres. L’idole des Scousers est le seul vrai joueur d’expérience de l’effectif et son absence se fait de suite ressentir. Luis Suarez, étincelant depuis son retour de suspension et capitaine lorsque Gerrard est sur le flanc, a déçu. Même s’il s’est démené sur le front de l’attaque, offrant une passe décisive à Skrtel face à Chelsea et impliqué dans plusieurs actions qui auraient pu amener un penalty pour les siens, il est resté muet durant les 180 minutes. Pas banal pour un joueur qui tourne à 1,5 but de moyenne depuis le début de saison.

Joueuse et agréable à regarder, Liverpool n'y arrive pas contre les grosses écuries du championnat. Les Reds seraient-il devenus le nouveau Arsenal?Les autres joueurs ne peuvent pas non plus se targuer d’avoir une grande expérience du haut niveau. S’ils ont fait leurs preuves outre-manche pour certain, aucun des joueurs alignés ce dimanche face à Chelsea ont des références sur le plan européen. La moyenne d’âge est très faible : Sur les onze titulaires, cinq sont nés après 1990 et aucun ne dépasse la trentaine. En face, seul Eden Hazard et Oscar avaient moins de vingt-trois ans et quatre joueurs de plus de trente ans étaient alignés. Ce constat fait sans aucun doute la différence dans un match de haut de tableau avec un tel enjeu.

La question de l’expérience fait encore plus froid dans le dos quand on se penche sur le banc des Reds. Il n’est pas digne d’une équipe qui prétend jouer les premières places du classement. Face aux Blues, Brendan Rodgers a dû pallier la blessure de Joe Allen en faisant entrer Brad Smith, aucune apparition en équipe première au poste de milieu gauche, alors que son poste de prédilection est défenseur. La nécessité de recruter au mercato hivernal qui arrive parait obligatoire. Car même si Liverpool n’a pas de coupe d’Europe à jouer, la moindre absence laisse un trou béant dans le groupe.

Toutes ces raisons font que le titre sera très compliqué à  jouer cette saison. Une place en Ligues des Champions sera déjà synonyme de saison réussie… Et pendant ce temps là, à Arsenal? Deux victoires à l’extérieur face à West Ham (3-1) et Newcastle (1-0). Comment ? Une fois n’est pas coutume, en gagnant moche. Ce que Liverpool ne sait pas (encore) faire.

Auteur : Antoine Raguin

Antoine, aspirant journaliste, amoureux de football et de sports en général et nostalgique de Zizou.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Europe

Comments are closed.

Plus dans Europe
lampard-chelsea
Lampard, l’artilleur Anglais n’est pas mort

A 35 ans, l’Anglais n’est certes plus aussi influent et joue moins malgré le retour de Mourinho . Mais il...

En Ecosse aussi, le championnat ne fait pas relâche et le Celtic à ce week-end fait un grand pas vers le 45ème titre de champion d’Ecosse de son histoire.
Le Celtic un peu plus près des étoiles

Il n’y à pas qu’en Angleterre où l’on joue au football pendant les fêtes. En Ecosse aussi, le championnat ne...

Les résultats sont tombés, le Paris Saint Germain affrontera le Bayer Leverkusen en huitièmes de finale. L’équipe allemande sera difficile à manœuvrer.
Se méfier du Bayer Leverkusen

Lundi, les résultats sont tombés, le Paris Saint Germain affrontera le Bayer Leverkusen en huitième de finale de la ligue...

Fermer