Ligue 2, et c’est reparti pour un tour !

25
juillet
2012

Auteur :

Catégorie : Ligue 2

logo-ligue2

Pas le temps de souffler pour les footballeurs. Encore moins ceux de Ligue 2. Après « seulement » un mois de vacances et une préparation intense, le championnat reprend ses droits vendredi 27 juillet. Avant leurs homologues de Ligue 1, qui reprendront le 11 août. Tour d’horizon des 20 clubs qui se livreront une lutte sans merci jusqu’en mai prochain.

Ça y est. Les derniers matchs de préparation avalés, les dernières consignes prodiguées, le Championnat de France de Ligue 2 recommence. Et oui, déjà. À peine fini, le voilà qui revient, au plus grand bonheur des supporters, et au grand dam des organismes des joueurs qui vont souffrir durant dix mois, non-stop. Antichambre de l’Élite, la D2 est la réunion de clubs qui cherchent plus de notoriété, plus d’éclairage dont la Ligue 1 jouit. Alors, à l’aube d’entamer une saison toujours « décisive » pour ces équipes en quête de reconnaissance, plusieurs profils se dessinent. Des prétendants à la montée aux clubs promus en passant par ceux qui ont tout à gagner, la Ligue 2 édition 2012-2013 s’annonce, encore une fois, passionnante.

Les prétendants

En bons relégables, Caen, Dijon et Auxerre auront à cœur de retrouver leur place dans le top 20 français. Sûrs de leur force, ces trois équipes figurent sur la short-list des favoris pour la
montée. Et montrer qu’une descente peut-être une manière de reculer pour mieux sauter, un accident de parcours sans conséquence. Mais pour certains clubs, ça fait déjà quelques années que ces phrases toutes faîtes résonnent à chaque été. C’est le cas de Nantes et Monaco. Historiques piliers de la D1 et champions respectifs il y a de ça une dizaine d’années, les Canaris et les Rouge et Blanc pataugent, s’embourbent, sans vraiment montrer qu’ils peuvent s’en sortir. L’an passé, Nantes était tout près d’une montée, mais l’inexpérience, couplée à une malchance, a acté une nouvelle année à se balader à Tours ou à Châteauroux. Cette année, le club a fait appel à Michel Der Zakarian, véritable porte-bonheur, car l’entraîneur avait déjà fait monter son club de cœur lors de la saison 2007-2008… Sur le Rocher, le club est passé dans une autre dimension. Racheté par de riches Russes, le budget du club avoisine les 50 M€. Une manière de faire basculer le club dans le rang des nouveaux riches. Avec des renforts à la pelle et un coach de classe internationale (Ranieri), les Monégasques ont toutes les cartes en main pour retrouver l’Élite. Il faudra aussi compter sur Clermont et Sedan. Deux équipes qui ont loupé l’accession de peu l’an passé et qui ont accumulé assez d’amertume et de frustration pour décupler leur motivation.

Les Nantais célébrant leur victoire sur Monaco l'an passé

Les Nantais célébrant leur victoire sur Monaco l’an passé

Le ventre mou

Pas assez huppés pour figurer parmi les favoris, ni trop faibles pour être dans les potentiels relégables, des clubs comme Istres, Angers et Tours sont des habitués de la Seconde Div’. Comme Châteauroux qui y est depuis 14 ans. Cette grande catégorie regroupe
de bons clubs, sains financièrement, mais manquant cruellement d’ambition pour espérer mieux qu’un maintien. Qu’ils assureront d’ailleurs très tôt, preuve de la stabilité et de l’expérience de
chacun d’eux. Entre la 7e et la 14e place en gros. Alors, on peut parler légitimement d’un intérêt qui aurait quitté les joueurs au vu du manque criant de perspective. Mais non. Les clubs forment des
jeunes, accueillent des trentenaires et se battent tous les ans pour tenter de grappiller quelques places par rapport à l’exercice précédent. Assez homogène, tout le monde peut battre tout le monde dans cette Ligue 2. Surtout entre ces équipes. Aucune ne se dégage vraiment. Logique, parce que si émergence il y a, elle basculera parmi les favoris à la montée. Mais généralement, vous n’entendrez pas, ou peu, parler de ces clubs. Sauf si vous tenez vraiment à vous extasier sur une équipe qui finira 9e avec autant de victoires que de défaites.

Ceux pour qui se sera plus difficile

Le maintien et la symbolique barre des 42 points seront à coup sûr, dans toutes les têtes de la 1ère à la 38e journée. On mettra en exergue leur petit budget et leurs
moyens très limités pour signer un bail d’une année supplémentaire et chaque victoire sera une bouffée d’oxygène. Eux, ce sont les galériens. Promus, Niort, le Gazélec d’Ajaccio et Nîmes auront comme
modèle Bastia, Evian, ou encore Arles-Avignon (quoique..), car ces derniers ont sauté les étapes et sont montés en Ligue 1 dès la première année en Ligue 2. À cela s’ajoute des équipes qui ont pas mal galéré
l’an passé pour se maintenir. Le Havre, malgré son stade océane et son statut de doyen du football français, peine pour retrouver sa gloire d’antan. Même constat pour Laval, et Châteauroux. Le Mans à la faveur du feu vert de la DNCG reste en Ligue 2 la saison prochaine et n’est pas rétrogradé, le signe du destin ?

Bref, une saison qui sera aussi marquée par la colère des supporters, mécontent de l’heure du coup d’envoi à 18h45 pour que Be In Sport puisse en faire un multiplex. Une baisse d’affluence dans les stades, malgré les deux premières journées qui seront programmées à 20h30, sera d’ailleurs inexorable. Dommage, car ce championnat est bigrement intéressant…

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 2

Plus dans Ligue 2
lfp-20122013
Tout sur la saison 2012/2013 de Ligue 1 et Ligue 2

Au cours d’une présentation qui a débuté à 19h00 en présence de nombreux dirigeants et acteurs de la Ligue 1...

Rothen Bastia
Bastia file vers la Ligue 1

Avec un probant succès face à Laval (3-2) lors de cette 30e journée de Ligue 2, Bastia trône en tête...

FC Nantes - FC Metz
Le FC Nantes loupe la marche

Pour le compte de la 24ème journée de Ligue 2, le FC Nantes recevait le FC Metz. Une bonne occasion...

Fermer