Ligue 1 : Nouvel entraîneur, mode d’emploi

16
décembre
2013

Auteur :

Catégorie : Edito

Déjà 5 changements d'entraîneurs. Et ce, avant la trêve hivernale. Un exploit encore jamais réalisé qui mérite bien quelques explications.

Rolland Courbis et José Anigo ont pris place sur le banc pour la première fois en championnat. Deux petits nouveaux qui viennent s’ajouter aux trois autres entraîneurs appelés en urgence. Petite notice du coach fraîchement arrivé en Ligue 1.

  • Toujours s’inquiéter quand un club t’appelle en plein hiver. On tire pas souvent sur l’ambulance quand il n’y pas urgence.
  • Tu te dis alors que plutôt que de passer une année sabbatique, tu vas trimer et remuer ciel et terre pour le maintien.
  • Parce que oui, étrangement, il n’y a que les clubs en difficulté qui changent d’entraîneur.
  • Tu fanfaronnes rarement quand tu arrives. D’ailleurs on ne te verra jamais sourire, le maintien c’est éprouvant.
  • Même si secrètement tu es content d’abandonner ta vie de pointeur au Pôle emploi pour retrouver l’adrénaline du terrain.
  • Attention, on pourra t’attaquer en justice pour «emploi fictif» si ton club descend quand même en L2 après des mois de «boulot» #JacquesChirac
  • Quand tu galéreras à prendre des points, tu te surprendras à jouer aux fléchettes pour compter au moins trois points quelque part.

 

  • On t’appelle le «Messie» alors que tu n’as pas de sang argentin.
  • Ta première conf’ de presse redonne le moral.
  • Ton premier match moins bizarrement.
  • On attendra toujours un effet «premier match».
  • Alors que les autres coachs, on leur laisse le temps, mais toi c’est tout de suite maintenant qu’on veut des preuves. Putain d’injustice.
  • Tu es conscient de t’installer sur un siège éjectable. Il ne s’est pas retrouvé disponible par hasard.
  • Tu n’auras pas ta vignette Panini dans la page de ton équipe. Et ça c’est frustrant.
  • Tu voleras même la vedette à ton équipe pour ton premier match. Alors que, jusqu’à preuve du contraire, c’est bien les joueurs qui jouent non ?

 

  • Tu adoreras critiquer les médias, un peu trop présent à ton goût alors qu’il y a quelques mois, tu rêvais même d’un passage dans le public de Telefoot pour être vu..
  • Tu vas nous faire croire que tu as hésité pour prendre le poste. Alors que tu t’ennuyais à mourir devant le Canal Football Club.
  • Du coup, on parle même de rumeurs de financements gigantesques. Sauf que désespéré, tu payais le club pour qu’il t’embauche. Tristesse.

Auteur : Fabien Burgaud

Fabien : motivation le journalisme sportif. Supporter du FCN et amoureux du football.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Edito

Comments are closed.

Plus dans Edito
La défaite contre Nantes a été celle de trop pour Elie Baup, limogé après une demi-saison marquée par un parcours calamiteux en C1. Et maintenant ?
OM : Chauve qui peut !

Elie Baup limogé, le board marseillais a fait appel à son directeur sportif, José Anigo, pour tenter de remettre à...

Ce président ne laisse personne indifférent. Sa manie de défendre systématiquement son club et sa com' agace. Et son compte Twitter ? Une mine d'or.
L’art de tweeter selon JM Aulas

Président moderne par excellence, le boss de l’Olympique Lyonnais est aussi adulé que détesté par sa propension à jouer le...

Le reproche est facile mais les journalistes n'ont eu d'autres choix que de détester puis aimer nos Bleus après deux matchs tellement différents.
Bleus : le faux-débat des journalistes “girouettes”

La colère de Pascal Praud sur I>Télé et les remarques sarcastiques de Pierre Ménès sur son blog ont amusé au...

Fermer