Ligue 1 : La course au maintien

14
mars
2014

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Ils sont encore 8 en course. Alors qui d' Ajaccio, Sochaux, Valenciennes, Evian, Rennes, Nantes, Guingamp, Montpellier et Nice sauvera sa tête en Ligue 1

Ils sont huit, huit équipes à ne pas vouloir descendre. Si Ajaccio paraît définitivement condamner avec seulement quinze points, sept équipes ont les fantômes de la L2 qui frappent à leur porte à seulement dix journées de la fin. Décryptage des forces en présence.

Ajaccio 20ème, 15 points

Ils semblent avoir déjà perdu espoir depuis fort longtemps. Avec quinze petits points en vingt-huit journées, les Corses (qui ont le même retard sur le premier relégable Valenciennes) ne pensent plus à se sauver. La formation de Christian Bracconi qui avait remplacé Fabrizio Ravanelli en automne dernier n’a jamais pu redresser la barre. Il affiche même un bilan presque équivalent à l’entraîneur italien. Depuis son arrivée, l’ACA n’a pris que huit points sur quarante-huit possibles, contre cinq pour l’ancien joueur de l’OM. Si Ajaccio n’a jamais vraiment démarré en championnat, cette équipe a eu parfois le mérite de s’accrocher. Comme par exemple le nul miraculeux contre Paris en début de saison, la victoire à domicile face à Lyon, une courte défaite à Monaco ou encore un succès face à Rennes et un nul à Nantes dans le temps additionnel. Mais malgré tout, les blessures et la méforme de certains cadres importants ont enfoncé les Ours dans les bas-fonds du championnat. Le miracle n’aura pas lieu cette saison, et Ajaccio retrouvera la Ligue 2 à l’issue de la saison, deux ans après l’avoir quitté.

Le calendrier jusqu’à la fin du championnat : Guingamp (D), Valenciennes (E), Toulouse (D), Marseille (E), Bordeaux (D), Bastia (E), Monaco (D), Lorient (E), Reims (D), Saint-Etienne (E)

Sochaux 19ème, 22 points

Sochaux connaît car Sochaux s’est déjà sauvé à de multiples reprises, mais cette fois-ci le sauvetage s’annonce très laborieux. Avec huit points de retard sur l’ETG, les lionceaux peuvent encore croire au maintien. Les derniers résultats à domicile le démontrent, les hommes d’Hervé Renard restent sur trois succès consécutifs respectivement face Nantes, Guingamp (deux concurrents directs ) et Bordeaux. Comme dit précédemment, le FCSM connaît. Habitué à jouer la descente, Sochaux peut se sauver grâce à son expérience de ces situations ô combien périlleuses. L’arrivée du Zambien Stoppila Sunzu a apporté une stabilité défensive à une défense sochalienne qui a pris cinquante buts en 28 journées, mais seulement onze en 2014. Cependant avec un retard conséquent sur ses rivaux, Sochaux va devoir cravacher pour revenir et surtout pour passer devant dans le sprint final. Une situation pas insurmontable. En revanche, et Renard l’a déploré après Monaco, le gros problème c’est le manque criant d’efficacité. Les Doubistes se “tirent une balle dans le pied” tels sont ses mots. La prochaine rencontre face à Lorient lors de la prochaine journée, sera sans doute déterminante pour la fin du championnat. Et si personne pour l’heure n’a vraiment lâché au niveau mental, une défaite contre les merlus pourrait bien enfoncer les Sochaliens vers la Ligue 2.

Le calendrier jusqu’à la fin du championnat : Lorient (D), Saint-Etienne (E), Marseille (D), Bastia (E), Toulouse (D), Reims (E), Paris Saint-Germain (D), Nice (D), Rennes (E), Evian (D)

Valenciennes 18ème, 25 points

Cinq points, c’est à la fois peu et beaucoup. Les Nordistes n’ont pas dit leur dernier mot quoi qu’on en dise. Petit à petit, ils grignotent mètre par mètre et reviennent sur les échappés. Le mercato hivernal a été le point fort de Valenciennes, l’attaquant Ils sont encore 8 en course. Alors qui d' Ajaccio, Sochaux, Valenciennes, Evian, Rennes, Nantes, Guingamp, Montpellier et Nice sauvera sa tête en Ligue 1Ghanéen Majeed Waris (cinq buts et deux passes décisives en seulement neuf matchs) fait espérer aux supporters une remontée inespérée il y a encore quelques mois avec une attaque vieillissante (Pujol) et inefficace (Le Tallec, Bahebeck), car à la trêve la formation du sorcier belge Ariel Jacobs ne possédait que quatorze points. Aujourd’hui elle en compte vingt-cinq, quasiment le double alors que neuf journées ont été disputées. Carl Medjani, arrivé en provenance de Monaco, apporte lui, son expérience à une défense globalement assez jeune. Les coups durs, nombreux dont celui de la blessure de Lindsay Rose pourrait être oublié si le VAFC se sauvait en mai. Avec un effectif frêle pour la Ligue 1 en terme d’âge mais qui a envie d’en découdre avec quelques joueurs talentueux, “VA” a encore le maintien en ligne de mire. Affrontant Evian et Ajaccio successivement, le sort de Valenciennes va se jouer d’ici deux semaines. L’appui du public sera également important, le douzième homme aura un rôle primordial pour les Valenciennois qui sont depuis maintenant huit ans en Ligue 1.

Le calendrier jusqu’à la fin du championnat : Evian (E), Ajaccio (D), Montpellier (E), Lyon (D), Lille (E), Nantes (D), Guingamp (E), Bordeaux (D), Monaco (D), Toulouse (E)

Evian Thonon-Gaillard 17ème, 30 points

Les Roses sont de retour, en tout cas les deux derniers succès face à Nantes et Guingamp permettent aujourd’hui aux supporters haut-savoyards de respirer à nouveau. Les coéquipiers de Kevin Bérigaud (9 buts cette saison) sont parvenus à sortir d’une incroyable spirale négative de dix rencontres sans le moindre succès. Inquiétant jusqu’à fin février, Pascal Dupraz et ses hommes redressent la barre et voient l’écart sur Valenciennes premier relégable grandir. Avec désormais cinq points d’avance, l’ETG ne doit plus perdre de temps en route et la réception des Nordistes ce weekend va sans doute être le point d’orgue d’une saison irrégulière. Evian a été capable du meilleur comme du pire. Les départs de Sagbo (Hull City), de Khalifa (OM) et de Betao (Ponte Preta) ont pesé lourd dans la balance. Auteurs de prestations prometteuses, avec un jeu intéressant, les Croix n’ont jamais été récompensés et pire derrière en lâchant des points importants en route avec des prestations pauvres et ternes. Le manque d’efficacité, un esprit pas vraiment “tueur” ajoutés à un manque de concentration ont fait dérailler les bonnes intentions de l’équipe. Condamnés peut-être trop rapidement, ils sont désormais dans l’optique de redresser le navire qui prenait l’eau il y a encore quelque temps.

Le calendrier jusqu’à la fin du championnat : Valenciennes (D), Toulouse (E), Monaco (D), Lorient (E), Bastia (D), Paris (E), Saint-Etienne (D), Reims (E), Nice (D), Sochaux (E)

Stade Rennais 16ème, 31 points

C’est une saison galère pour Philippe Montanier. L’ancien coach de la Real Sociedad qui a emmené les Basques en Ligue des Champions ne pensait sans doute pas vivre un exercice 2013-2014 aussi périlleux soit-il. Six points séparent les Bretons de la zone rouge, eux qui imaginaient sans doute qu’elle ne serait pas aussi proche après les succès face à Lyon et Nantes. Le manque deIls sont encore 8 en course. Alors qui d' Ajaccio, Sochaux, Valenciennes, Evian, Rennes, Nantes, Guingamp, Montpellier et Nice sauvera sa tête en Ligue 1régularité de Rennes penche en leur défaveur depuis fort longtemps, avec une défense qui ne tient souvent pas la route, voici les principaux défauts des rouges et noirs. En revanche, on voit mal le SRFC descendre à l’échelon inférieur. Les recrues hivernales ont apporté un nouveau souffle à une équipe fantomatique sur bon nombre de matchs en première partie de saison. Ola Toivonen est le symbole d’une efficacité retrouvée, le géant Suédois auteur de cinq buts en sept rencontres est un attaquant redoutable dans et à l’extérieur de la surface, d’un calibre largement supérieur à la Ligue 1. Paul-Georges N’Tep apporte quant à lui sa vitesse et sa technicité même si ce dernier manquera 6 à 8 semaines de compétition suite à une déchirure avec l’Equipe de France Espoirs. Ajouter à cela des joueurs comme Kamil Grosicki et Anders Konradsen, l’aventure du Stade Rennais continuera sans doute en Ligue 1 la saison prochaine. Le projet de jeu de Montanier pourrait enfin éclore au grand jour, en comparaison avec celui qui a été réalisé à la Real Sociedad.

Le calendrier jusqu’à la fin du championnat : Toulouse (D), Marseille (E), Bastia (D), Bordeaux (E), Monaco (D), Saint-Etienne (E), Lorient (D), Paris Saint-Germain (E), Sochaux (D), Reims (E)

FC Nantes 15ème, 32 points

Mais où est le FC Nantes de la première partie de saison ? Les canaris se brûlent les ailes depuis début janvier et la situation ne s’arrange pas au fil des rencontres. Dernier exemple en date, le match nul contre Ajaccio avec un but encaissé au bout du temps additionnel alors que la maison jaune tenait enfin une victoire depuis huit rencontres. La série noire continue pour les coéquipiers de Filip Djordjevic, la perte des 3 pts de Bastia, l’interdiction de recrutement, la suspension de 3 matches du buteur Serbe. Cela commence à faire beaucoup pour une équipe nantaise encore 4ème début décembre. La tornade a littéralement détruit le FCN qui ne s’est toujours pas relevé. Inquiétant ? Oui inquiétant, car le mental ne suit plus, le jeu non plus et les mauvais résultats s’enchaînent. Alors qu’ils possédaient un matelas confortable sur la zone rouge, les Nantais voient leur avance fondre comme neige au soleil. Vous ajoutez à nouveau couac, la blessure de Papy Djilobodji, titulaire indiscutable qui souffre d’une fracture des côtes et qui ne reverra pas les terrains avant au moins trois semaines et vous obtenez le syndrome d’une formation qui a chaud à ses fesses. Le calendrier chargé et délicat va donner des sueurs froides aux supporters omniprésents depuis le début de la saison. C’est peut-être ça qui va sauver un des monuments du foot français d’un nouveau périple en Ligue 2.

Le calendrier jusqu’à la fin du championnat : Lille (E), Montpellier (D), Bordeaux (D), Monaco (E), Guingamp (D), Valenciennes (E), Marseille (D), Toulouse (E), Saint-Etienne (D), Bastia (E)

En Avant Guingamp 14ème, 32 points

Alors qu’ils étaient extrêmement bien parti, tout comme Nantes d’ailleurs, les Guingampais joueront jusqu’au bout le maintien. La série de dix rencontres sans le moindre succès entre début décembre et mi-février a fait valser l’EAG dans la seconde partie de tableau après pourtant un début de championnat de qualité. Le manque d’expérience à ce niveau et un effectif homogène qui peut-être aussi une force et une faiblesse, sans vraiment d’individualités capables de permettre à l’équipe d’être plus haut sont les raisons notables de cette dégringolade.

Plus quelques pépins physiques et quelques blessures, un mixage ravageur dans le mauvais sens du terme. Mais la formation de Jocelyn Gourvennec a des armes à faire valoir pour se maintenir, collectivement et surtout un trident Kerbrat-Sorbon-Mathis qui défensivement montre de très belles choses, surtout le premier cité, qui est sans aucun conteste une des révélations du championnat. Avec un jeu réputé comme attractif, et une envie de bien faire, Guingamp peut se maintenir. Par contre, il faudra régler certains points comme gagner ses rencontres importantes, certes serrées mais où les Bretons ont dominé outrageusement sans pour autant trouver la faille, la faute à un jeu parfois trop stéréotypé. Les carences offensives vont devoir être balayées d’un revers, pour permettre à Mustapha Yatabaré meilleur buteur de Ligue 2 l’an passé et ses acolytes de s’assurer un avenir en Ligue 1.

Le calendrier jusqu’à la fin du championnat : Ajaccio (E), Lyon (D), Lille (E), Montpellier (D), Nantes (E), Bordeaux (E), Valenciennes (D), Monaco (E), Toulouse (D), Marseille (E)

Montpellier HSC 13ème, 33 points

Le début de saison s’efface petit à petit au fil du temps. Terminé l’époque Jean Fernandez, la nouvelle épopée avec Rolland Courbis va sans doute bien se finir. 17ème à la trêve, les Héraultais voyaient rouge. Le titre de champion est désormais bien loin, la Ligue des Champions et les joutes européennes également. Les cadres se sont envolés et il faut reconstruire. Une saison de transition qui donne quand même quelques coups de chaleur à la paillade. Désormais, ce sont les jokers d’il y a deux ans qui doivent prendre le pouvoir et faire remonter le club dans des contrées plus sereines. Rémy Cabella, Benjamin Stambouli sont des cadres importants et des jeunes talentueux qui manquent encore d’expérience, mais qui sont indispensables dans une équipe ou le milieu et la défense restent les points forts et les valeurs sûres du MHSC. Devant, en revanche ça se gâte. Le départ d’Olivier Giroud n’a pas encore été comblé, et si aujourd’hui Cabella est le meilleur buteur du club avec dix réalisations, cela démontre bien le manque d’efficacité de ses attaquants. Symbole d’un centre de formation riche et de jeunes pépites à l’image d’un Mathieu Deplagne 22 ans seulement et qui est désormais titulaire sur le flanc gauche de la défense, déserté par un Gary Bocaly en proie à de graves blessures. Si Montpellier se sauve, ça sera en grande partie grâce à ses jeunes et aussi grâce à Rolland Courbis, revenu au club qui a recentré les têtes. Tous vont dans la même direction. Une parfaite harmonie qui fait qu’aujourd’hui, qu’on voit mal le dernier champion avant l’ère Paris Saint-Germain descendre au second échelon national.

Le calendrier jusqu’à la fin du championnat : Bordeaux (D), Nantes (E), Valenciennes (D), Guingamp (E), Marseille (D), Lorient (E), Toulouse (D), Saint-Etienne (E), Bastia (D), Paris Saint-Germain (E).

OGC Nice 12ème, 34 points

Dernière équipe dans la lutte pour le maintien, Nice avec trente-quatre points. Les aiglons qui retrouvent leur fidèles habitudes après un intermède d’un an à jouer l’Europe. Si l’OGCN est l’équipe de la deuxième partie de tableau à avoir pris le plus de points à domicile, notamment dû à l’appui du public, elle doit cependant faire face au mutisme de son renard Argentin Dario Cvitanich (huit Ils sont encore 8 en course. Alors qui d' Ajaccio, Sochaux, Valenciennes, Evian, Rennes, Nantes, Guingamp, Montpellier et Nice sauvera sa tête en Ligue 1buts cette saison) et aux blessures importantes comme celle de Nemanja Pejcinovic opéré récemment d’une pubalgie. Malgré ses défauts, les Azuréens peuvent compter à l’image de Montpellier de l’intégration réussie des jeunes du centre comme Bosetti, Maupay et Amavi. Le projet de jeu également, réputé comme ayant un style un peu trop “bourrins”, les Niçois sont plus désormais dans la priorité d’un jeu au sol et au redoublement de passes avec une possession importante (la formation de Claude Puel est la septième équipe du championnat en terme de possession). L’importance d’Eric Bauthéac qui semble enfin débarrassé de ses blessures attire l’équipe vers la haut, avec son état d’esprit et sa grinta. On peut même ajouter l’importance d’un Didier Digard, le capitaine Niçois. Au vu de sa saison et de ses récentes performances (victoires à Marseille ou face à Lille), si Nice venait à descendre, ça serait assez cataclysmique. Nous ne sommes pas à l’abri d’une mauvaise surprise, mais avec plus d’atouts et une faculté à rebondir que les relégables actuels, les aiglons se maintiendront sans aucun souci.

Le calendrier jusqu’à la fin du championnat : Bastia (D), Bordeaux (E), Paris Saint-Germain (D), Saint-Etienne (E), Lorient (D), Monaco (E), Reims (D), Sochaux (E), Evian (E), Lyon (D)

Si rien n’est encore fait en ce qui concerne le maintien, nous savons déjà qu’Ajaccio repartira en Ligue 2 à l’issue de l’exercice. Que Sochaux aura du mal à se sauver, que Valenciennes peut revenir et grignote mètre après mètre, qu’Evian dans une spirale positive peut croire à un avenir serein, que Rennes malgré une irrégularité chronique verra son destin en Ligue 1. Nantes va devoir cravacher pour se maintenir et sortir la tête de l’eau, Guingamp n’a pas un potentiel d’équipe à descendre mais gare à l’effet de surprise. Enfin Montpellier et Nice ont encore quelques points à grappiller  mais ils seront sans doute présents dans l’élite la saison prochaine.

Auteur : Thomas Bernier

Amoureux du football, supporter du FC Nantes et fan de Norwich City.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
Comme la direction de l'OM semble patauger à l'heure d'élire un nouveau coach, APP se propose de leur filer un coup de main.
10 entraîneurs pour l’OM

Grand club français recherche coach motivé. Dans le « fameux contexte marseillais », vous essayerez de singer le modèle Dortmund avec nos...

En manque de résultats depuis le début de l'année 2014, le FC Nantes glisse au classement. La question aujourd'hui est : est-ce un mal vraiment profond ?
Nantes, un mal profond ?

Presque bientôt deux mois sans le moindre succès, le FC Nantes traverse actuellement une zone de turbulences dont il ne...

psg-om-clasico
PSG/OM: Quelle valeur exactement?

C’est tous les ans, la même histoire, la même chanson, les mêmes cyniques moquant le classique « à  la française » sans...

Fermer