L’histoire du projet osé du LOSC

14
août
2017

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

lille-osc

Six années après son sacre de champion de France, le Lille OSC est depuis passé par de nombreuses expériences entre les places qualificatives européennes, le ventre mou de la Ligue 1 ou encore la zone rouge. Mais cet été, le nouveau président Gérard Lopez a semble-t-il décidé de faire une croix sur le passé du club lillois et d’écrire sa propre histoire sur une feuille blanche, avec Marcelo Bielsa stylo en main !

Et justement, Marcelo Bielsa, stylo en main, signant son contrat au Losc fut le premier gros coup de l’homme d’affaire luxembourgeois Gérard Lopez. Une signature qui a tout de suite annoncé la couleur des ambitions du néo-président de Lille qui souhaite faire de son nouveau club l’un des cadors du championnat français. Retour sur ce projet qui a pris forme en près de 7 mois et qui est d’ors et déjà prêt pour une belle saison !

L’origine du projet, Gérard Lopez

A l’origine de ce projet, Gérard Lopez, homme d’affaire ayant notamment fait fortune grâce à l’achat puis la revente du réseau social Skype. Mais mise à part ses nombreuses affaires dans le monde de la finance, l’homme d’affaire a toujours souhaité investir dans le sport qui est l’une de ses passions. Tout commença donc pour lui en 2007 avec le rachat du CS Fola Esch, un club de football luxembourgeois alors en D2 nationale. Une réussite à moindre échelle puisqu’il fera monter le club en D1 et s’offrira par la suite deux championnats du Luxembourg. En parallèle, il s’essaie à la F1 en rachetant en 2009 l’écurie « Renault » (puis « Lotus ») mais le succès ne sera pas là puisque dès 2010 l’écurie vivra à crédits et de nombreux salariés ne seront pas payés comme ce fut le cas pour le pilote français Charles-Henri Pic. Autre coup dur pour Lopez, son investissement dans le SC Fola fait face à des accusations de blanchiment d’argent d’une valeur de 2 millions d’euros.

.

stadium-losc

.

Gérard Lopez a donc quand même voulu voir plus grand dans le monde du football malgré ses problèmes juridiques et a cherché un nouveau club d’une plus grande importance. C’est donc après les tentatives non-concluantes de rachat du RC Lens (rival du Losc et racheté par l’azerbaidjanais Mammadov), de l’OM (racheté par l’américain McCourt) ou encore du Deportivo Lugo (D2 Espagne, Lopez est originaire de Lugo) que Lopez a lâché son dévolu sur le Losc. Le luxembourgeois est donc arrivé en février dernier, prenant la place de Michel Seydoux essoufflé après 15 années et plus de 700 matchs à la tête des Dogues. Une passation de pouvoirs qui s’est faite un vendredi 13 à la suite d’un nul 1-1 entre le Losc et l’ASSE. Lopez arrive donc avec une enveloppe de 500 millions d’euros selon lui et un bon réseau dans le football, ce qui lui a permis d’enrôler Marcelo Bielsa dans son projet.

Le moteur du projet, Bielsa dit « El Loco »

Et donc, quoi de mieux que Marcelo Bielsa pour prendre les rennes d’un projet ambitieux… La connexion s’est faite assez naturellement, puisque les deux hommes étaient déjà proches quand « El Loco » a signé son contrat officiel le 23 mai dernier succédant à Frank Passi qui n’est autre que son ancien adjoint à l’OM. Ce contrat de 2 ans est le premier pari osé qu’a décidé de faire Gerard Lopez. En effet, avec une renommée mondiale notamment grâce à des passages réussis à la tête de la sélection Argentine (champion olympique 2004) ou encore à Bilbao (finaliste UEL 2012) et grâce à un bilan total de 46% de victoires (29% de nuls et 25% de défaites) en plus de 500 matchs, Marcelo Bielsa n’a plus à faire ses preuves, il est un grand de cette planète football. Mais l’argentin a également une autre réputation, moins glorieuse, que les français ont découvert le 8 aout 2015 lorsque « El Loco » (« le fou », comme il est surnommé), décide de démissionner du club marseillais après une défaite lors de la première journée de championnat alors qu’il avait refusé de nombreuses offres durant toute l’inter-saison. Bielsa récidivera un an plus tard à la Lazio de Rome, son nouveau club, où il n’aura coaché aucun match puisqu’il a démissionné seulement 2 jours après avoir signé son contrat… Maître d’oeuvre du renouveau du Losc, Marcelo Bielsa s’est vu remettre par son président les pleins pouvoirs sur le domaine de Luchin, le centre des lillois. Ainsi, il ne s’est pas privé pour remettre le centre à son goût avec des nouvelles infrastructures qui sont vouées à l’amélioration de la qualité de vie de ses joueurs et qui s’élèverait à un montant colossal de 7 millions d’euros. Il se chuchote même qu’une maison aurait été construite dans le domaine pour ce fou du ballon rond. De plus, MB à la main mise sur le mercato des Dogues, ce qui est en soit normal pour un entraineur, mais une spécificité est présente puisque Bielsa dirige le mercato du Losc depuis plusieurs mois, et cela bien avant sa signature ce qui prouve que Lopez a tout fait pour mettre dans les meilleures conditions ce coach sur qui repose en partie la réussite du projet.

Le coeur du projet, la jeunesse

Le tacticien trouvé pour Lopez et les cartes distribuées dans les mains de Bielsa donc, il a fallu s’entendre sur la ligne directive de recrutement. Et ce fut très simple et très clair, le Lille OSC veut recruter du jeune ! Une politique de recrutement anti-expérience ou presque, le Losc veut des jeunes puisque selon Gerard Lopez « Le talent n’attend pas l’âge. Il ne faut pas oublier l’entraîneur qu’on a et son système de jeu. Il demande énormément d’engagement physique, et vous ne pouvez pas tenir uniquement avec des joueurs expérimentés. On a des jeunes qui ont envie d’apprendre, ce qui n’est peut-être pas toujours le cas d’un joueur confirmé. Est-ce qu’il manque de l’expérience? Aujourd’hui, un joueur qui a 21 ans, qui a joué par exemple une Coupe du monde U20, il a plus d’expérience qu’un joueur qui a 26 ou 27 ans».

.

losc

.

En effet, on peut donc voir dans la parole du président que le recrutement est bel et bien façonné pour le jeu de Bielsa qui se base sur une tactique très offensive et où le pressing haut sur les défenses adverses est très intensif. C’est pourquoi des jeunes athlétiques, endurants et qui ne peuvent que progresser auprès d’un mentor comme Bielsa ont été préférés à des joueurs expérimentés et parfois fatigués. Ainsi, se sont 7 joueurs qui sont arrivés lors du dernier jour du mercato hivernal en la présence de J.Alonso (CerroPorteno-Paraguay/24 ans), F.Bahlouli (Monaco/22 ans), A.Zeka (SkenderbeuKorce-Albanie/19 ans), Gabriel (Avai-Brésil/18 ans), Xeka (Braga/22 ans) et R.Kishna (Lazio/21 ans) et de A.El-Ghazi (Ajax/21 ans) pour une valeur de 7 millions d’euros à lui tout seul. Le mercato estival que nous connaissons actuellement a été tout aussi mouvementé pour le Losc qui s’est véritablement constitué sa future équipe au cours de l’inter-saison avec une dizaine de recrue : L.Araujo (SaoPaulo/21 ans), N.Pepe (Angers/21 ans), H.Koffi (Abidjan/20 ans), T.Mendes (SaoPaulo/25 ans), K.Dabila (Monaco/20 ans), C.Boukholda (Monaco/21 ans), F.BalloTouré (PSG/20 ans), E.Ié (Belnenses-Portugal/23 ans), K.Malcuit (ASSE/26 ans), E.Ponce (Roma/20 ans), T.Maia (Santos/20 ans) et A.Jakubech (Trnava-Slovaquie/20 ans).

Mais avec, entre autres, une flopée de milieux qui seront en concurrence pour des places qui se feront rares et avec 2 gardiens internationaux (Jakubech et Koffi) qui passeront en 2ème et 3ème position de la hiérarchie derrière Maignan (arrivé au club en 2015, 22 ans), il est possible que ce mercato soit un peu trop excessif quantitativement… Malgré ces quelques réticences, il faut noter les quelques bons coups de ce mercato avec notamment Thiago Maia qui fut champion olympique 2016 aux côtés de Neymar, avec les jeunes des grands clubs européens comme Ponce, Xeka ou El-Ghazi ou avec les confirmés de la L1 comme Pepe qui sort d’une saison complète avec le SCO et comme l’exception qui déroge à la règle, Kevin Malcuit qui est le vieux de la bande du haut de ses 26 ans.

Les exclus du projet, les expérimentés

Dire « oui » aux jeunes c’est également dire « non » aux expérimentés. Et dire « non » à ces derniers c’est donc ne pas en recruter et y remercier poliment ceux déjà présents. Alors que Malcuit est à 26 ans la plus vieille recrue et approche des âges critiqués par Gérard Lopez que nous citions auparavant, il doit sa place dans la liste des recrues à une carrière au poste de latéral qui décolle tout juste puisqu’il était auparavant avant-centre. Ceci explique l’exception dans ce double mercato où la moyenne d’âge s’établit à 21,3 ans. Mise à part l’ancien stéphanois et Thiago Mendes (25 ans), toutes les recrues tournent donc autour de la 20ème année, des chiffres en adéquation avec le projet.

Ne pas recruter d’expérimentés est une chose assez simple, se débarrasser des joueurs de son effectif devenus indésirables pour le projet en est une autre un peu plus fastidieuse ! Ainsi, le grand nombre d’arrivées est compensé par un grand nombre de départs et/ou de joueurs mis sur le côté en attente d’un futur transfert. Un turn-over qui aurait pu porter préjudice à un club dans une inter-saison où le projet sportif n’aurait pas été bouleversé, heureusement pour les lillois que tout était prémédité de leur côté avec une préparation en amont pour faire face à une telle revue d’effectif. Après avoir énuméré la liste des arrivées, il est temps de vous donner les noms des principaux départs d’expérimentés comme les transferts de Rio Mavuba (33 ans/351 matchs au Losc) vers le Sparta Prague et de Corchia (26 ans/121 matchs au Losc) en quête d’un nouveau défi à Séville. De plus, certains joueurs n’ont pas été prolongés, c’est le cas de Franck Béria (34 ans/317 matchs) qui prit sa retraite et celles de Enyeama (34 ans/164 matchs au Losc), Basa (34 ans/194 matchs au Losc), Eder (29 ans/51 matchs au Losc), Palmieri (30 ans/27 matchs au Losc) et de Marvin « Nouveau Zidane » Martin (29 ans/90 matchs au Losc) qui sont toujours à la recherche d’un nouveau point de chute.

Mais l’exception « Malcuit » chez les arrivées trouve sa symétrie chez les départs (ou non) puisqu’en effet un autre joueur de 26 ans (l’âge des exclus) n’est pas poussé vers la sortie mais est plutôt placé comme titulaire au poste d’avant-centre. Ce n’est autre que Nicolas de Préville qui avait finit meilleur buteur du Losc la saison précédente avec 14 réalisations en 33 matchs de Ligue 1.

Les amoureux du projet, les supporters

Ils étaient déjà conquis avant même que le championnat n’est repris, les supporters lillois ! Et pour cause, les passionnés du Losc ont été séduit par ce projet jeune plutôt séduisant et par la dynamique de Lopez qui a fait vivre l’actualité du club avec ses nombreuses emplettes sur le marché des transferts. De quoi faire saliver les lillois qui ont tout d’abord répondu présents comme à leur habitude lors de la campagne d’abonnement puisque fin juillet ils étaient un peu plus de 20000 à s’être abonné fin juillet. À titre de comparaison, seul Marseille fait mieux en L1 avec 280000 abonnés fin juillet (les chiffres du PSG ne sont pas connus). De gros chiffres dont le Losc est habitué depuis son arrivée au Stade Pierre Mauroy où le nombre d’abonnés est à chaque saison très élevé, public d’habitués donc.

.

supporters-losc

.

Mais la réelle démonstration du fait que les supporters ont été totalement conquis par le projet fut ce fameux match amical contre Rennes à Pierre Mauroy. Un match amical loin d’être commun où le Losc s’est fait le plaisir de faire un show « à l’espagnole » avec la présentation de l’effectif aux supporters en amont de la rencontre. Et pour l’occasion, ce #LoscFanDay a rassemblé 27553 spectateurs au stade et plus de 200000 vues sur le live-video, le premier effet de Bielsa qui était la principale attraction pour les fans lillois présents. Une belle manière de donner le départ officiel de ce projet avec des supporters satisfaits chantant « A Lille c’est le Brésil » suite à la belle victoire 4-2 venant embellir cette soirée. La patte Bielsa y fait déjà des siennes au plus grand bonheur du peuple rouge…

Le premier verdict du projet, les bons résultats

Pour conclure ce petit tour d’horizon du projet lillois, quoi de mieux que de regarder les résultats sportifs. Car au-delà de chercher à faire du chiffre (qui passera notamment par les droits TV et les bonus de qualifications européennes) pour Gérard Lopez, la réussite de cette véritable aventure dépendra des résultats sportifs du Lille Olympique Sporting Club, pour pouvoir faire perdurer la montée en puissance des Dogues que Seydoux a lancé il y a 15 ans et ainsi viser toujours plus haut.

Et cela semble bien parti avec un bilan positif lors des matchs amicaux de pré-saison avec 3 victoires contre Rennes (4-2), Courtrai (4-0) et Reims (2-0) ainsi qu’un nul 0-0 contre Ostende et une défaite (1-0) contre Bergame. Rajoutons également que plusieurs recrues se sont illustrées en tant que buteurs lors de cette préparation (Ponce, Araujo, El-Ghazi) et que De Preville fut en grande forme (3 buts), prouvant qu’il a entièrement sa place dans ce 11.

Enfin, le moment de vérité eu lieu lors de la reprise du championnat face au FC Nantes de Claudio Ranieri. Des débuts en fanfares avec une victoire écrasante 3 buts à 0 (Alonso, De Preville et El-Ghazi buteurs) où les Dogues ont proposé un jeu à la fois très alléchant bien loin de celui des saisons passées et également dominant avec près de 63% de possession de balle, souvent dans le camp nantais. Une belle prestation qui ne demandait qu’à être confirmé par la suite, or le Losc s’effondra dès la deuxième journée en s’inclinant 3-0 face au promus strasbourgeois suite à deux blessures parvenues tôt dans le match (Mendes 11′ et Malcuit 16′) et un carton rouge du gardien lillois à la 63′. En effet, à 10 contre 11 et sans changement possible (suite à la sortie de Ballo Touré à la 38′), Lille ne pu résister et s’effondra dans la dernière demie-heure…

Mais malgré cette déconvenue strasbourgeoise, c’est tout de même prometteur pour ce nouveau projet qu’il faudra suivre de très près. Affaire à suivre donc...

.

losc-2

.

Crédit Photo : Paco photographie pour Footpack

Auteur : Bastien Blandin

Je suis au journalisme ce qu'était Landreau au foot dans les années 2000: un jeune nantais passionné, qui veut faire son chemin dans le milieu.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
ligue-1-conforama-ballon
La Ligue 1 dans une nouvelle ère ?

Ah, notre chère Ligue 1... Qu'est-ce qu'on l'aime, ce magnifique championnat, avec ses grands attaquants tels que Diabaté ou Bammou,...

neymar
Neymar, més que un novato

L'information a fait le tour du monde : Neymar est un nouveau joueur de Ligue 1.  Un très grand renfort...

gourvennec-bordeaux
Le mercato bordelais mérite t-il le blâme ?

Une sixième place acquise à la suite d'une très bonne deuxième partie de saison n'a pas suffi à éteindre tous...

Fermer