L’Hexagoal est-il maudit ?

09
mars
2013

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

hexagoal-ligue-1

C’est un fait, depuis l’hégémonie lyonnaise qui a duré sept ans, aucun club de Ligue 1 ne s’est imposé deux fois de suite dans le championnat de France en quatre ans, de 2009 et le succès Bordelais à cette année et la surprise Montpelliéraine. Pire encore, chacun de ses clubs semblent avoir éprouvé des difficultés dans le jeu ou dans ses finances à divers degrés.

Bordeaux et Montpellier, les champions trop beaux

Même entre ces deux clubs, la situation est différente. Ce qui les relie c’est leur capacité à être champions, puis l’année suivante à devenir méconnaissable. Pour Bordeaux c’est lors de la deuxième partie de saison où, qualifié avec brio pour les huitièmes de la Ligue des Champions et possédant un avantage conséquent en tête, les Girondins connaissent un passage à vide hivernal d’abord lié à la malchance, et qui vient rapidement s’installer dans le jeu au point de passer de la 1ere à la 6eme place.

Montpellier n’a pas eu autant de maîtrise, c’est plutôt la théorie du « un seul être vous manque, et tout est dépeuplé » avec le départ de Giroud (là où Bordeaux avait aussi perdu un seul joueur majeur en 2009 : Diawara). Même si le club héraultais pointe maintenant à la 6eme place, le club n’est rentré dans la première partie de tableau que le 26 Janvier dernier (lors de la 22eme journée et une victoire à Sochaux), à la suite d’une très bonne série.

Montpellier semble avoir eu plus de capacités à s’en remettre que Bordeaux, pourtant les symptômes étaient les mêmes : un recrutement qui ne correspond pas aux attentes (Congré, Mounier et Herrera pour Montpellier, Ciani puis Ben Khalfallah et Jean Tigana lors de la saison suivante pour les Bordelais). Qui plombe les finances du club avec la hausse des salaires liée à la Ligue des Champions qui pèse sur le club dans les années qui suivent. Bordeaux en fait l’amère expérience depuis 2 ans et les « recrutements malins » de Maurice-Belay et Nguémo. Une situation qui s’applique aussi à Montpellier comme l’a indiqué Louis Nicollin: «Quand je vois comment ça s’est passé depuis ce titre, j’aurais préféré ne pas être champion.»

Alors ? Deux clubs en sur-régimes qui se sont vus trop beaux ? C’est un peu s’avancer pour Montpellier mais le club devrait l’année prochaine se retrouver avec ses 3 joueurs majeurs de la saison dernière partis (Giroud d’abord, Yanga-Mbiwa ensuite puis Belhanda ?) de la même manière que celui de Bordeaux (Diawara, Chamakh et Gourcuff).

Lille et Marseille, des prétendants en reconstruction

Ces deux clubs ont plus assumé le titre de champion, fournissant une bonne saison la saison suivante (l’OM a fini 2ème lors du titre Lillois, et les Dogues ont été 3eme l’année dernière), mais le problème est ici plus «structurel». Marseille est en ce moment 3ème de Ligue 1, Lille 7ème mais leurs effectifs ont profondément changé par rapport à celui du titre.

Dans ces clubs, c’est la vente des éléments rentables qui a été privilégié pour un recrutement «à minima»: l’OM s’est séparé progressivement de Lucho, Diarra, Rémy, Azpilicueta, Mbia pour des valeurs beaucoup plus estampillés «Ligue 1» comme Abdallah, Raspentino, Morel. Le départ d’un entraîneur international comme Deschamps pour Elie Baup, qui fait des miracles avec cette équipe mais dont l’image colle parfaitement avec l’équipe, celle qui fait guère rêver…

Pour le Losc c’est pareil, sauf que la présence d’Hazard a masqué ces éléments la saison dernière, alors que le club s’était séparé de joueurs comme Cabaye, Sow, Rami et Gervinho pour les remplacer par Bonnart, Jelen, Roux et Pedretti (d’accord, à ce moment là c’était des valeurs sûrs et dans le lot il y avait aussi Payet et Basa, qui n’expriment leurs qualités que lors de cette deuxième partie de saison !). Du coup, cette saison malgré un recrutement bling-bling en apparence avec Martin et Kalou, le club a laissé partir Debuchy, Landreau pour les remplacer par Sidibé, Mendes et Thauvin (pour la saison prochaine), ce qui est moins cher et moins glamour, mais correspond plus à l’ère du temps et aux volontés communes de ces deux clubs de former et lancer pour rentabiliser et amortir leurs investissements : le Grand Stade de Lille et la rénovation du Vélodrome de Marseille (et aussi la pingrerie de Margarita Louis-Dreyfus…), deux éléments qui devaient promouvoir leur intégration dans le grand cercle européen mais au regard de l’effectif fait plutôt penser à des clubs encore en transition.

Peut être est ce le mal français, après tout, l’ogre lyonnais a dû lui aussi se mettre à l’assainissement de son effectif par la promotion interne (Umtiti, Lacazette, Grenier, Ghezzal… Sacré génération!) et le recrutement plus ciblé. Toutefois, avec le géant parisien, la malédiction va enfin s’arrêter, quoique

Auteur : Christophe.C GARNIER

Passionné de foot et spécialement fan de tout ce qui se fait outre-Manche depuis 10 ans.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

Plus dans Ligue 1
Cédric Barbosa, capitaine d'Evian Thonon Gaillard
28ème journée de Ligue 1: présentation

11 journées, soit 33 points. Voici les points qu'il reste à prendre dans le championnat, qui arrive bientôt à son...

Eysseric suspendu 11 matchs
Eysseric prend 11 matchs !

La saison est terminée pour le jeune Niçois Valentin Eysseric. En effet, ce jeudi la commission de discipline de la...

maradona à Montpellier ?
Montpellier : Plus Belle la Vie à la Paillade !

Mardi 5 mars 2013 : comme un coup de tonnerre sur les ondes, on annonce dans un grand buzz médiatique...

Fermer