LFP : la grande mascarade

07
septembre
2017

Auteur :

Catégorie : Ligue 1

Didier-Quillot-LFP

Il n’aura échappé à personne que la LFP n’a pas hésité à (sur)réagir au moment du transfert ultra médiatisé de Neymar au Paris Saint Germain en début de mois d’août. Si cette nouvelle n’est pas passée inaperçue, elle le doit plus au feuilleton endiablé qui a rythmé le transfert du fantasque brésilien qu’à sa pertinence et sa justesse.

Visiblement échaudée par cette fin d’été endiablée, la Ligue de Football Professionnel a jugé perspicace de remettre le couvert. Mercredi soir, un communiqué acerbe s’attaquant à la ligue espagnole est venu prolonger cette passe d’armes. En cause ? Les « propos insultants » du président de la LFP hispanique, Javier Tebas.

En effet, ce dernier a eu le malheur de s’en prendre au PSG en pointant du doigt la provenance étatique des fonds parisiens, ainsi que la propension du club francilien à se « moquer du système ». Affublée d’un costume de chevalier blanc qu’on ne lui connaissait pas, la LFP s’insurge donc face aux accusations de M.Tebas et invite ce dernier à se ranger derrière les compétences de l’UEFA  en matière de décisions et de sanctions financières.

Si prompt à défendre le club de la capitale dans ses joutes avec leurs homologues espagnoles, la LFP l’est bien moins lorsqu’il s’agit des supporters, a fortiori ultras, qui font pourtant vivre le football et enchantent les stades chaque week-end.

Alors que les interdictions de déplacement font florès, et que les tampons des préfectures devront bientôt être payé par la Ligue elle-même, celle-ci, et encore moins son directeur général M.Quillot, ne semble s’inquiéter du sort des supporters osant encore se ranger derrière des clubs qui ne font pas briller le « produit Ligue 1 » aux quatre coins du globe. Et si la responsabilité de la Ligue n’est pas de premier ordre dans ces mantras liberticides, son inactivité en dit long.

Bien plus encline à réagir lorsque son « produit » phare est touché, la LFP semble oublier que l’attractivité de son championnat ne peut se résumer à une coterie footballistique qui atteindrait son paroxysme une fois le gratin européen réuni dans une compétition de plus en plus élitiste.

Si les droits TV et la manne financière que représente la prestigieuse Ligue des Champions tendent à faire de la LFP une sorte de syndicat des clubs les plus puissants, le mépris affiché aux clubs supposément moins brillants et par conséquent moins rentables ne pourra pas rester sans conséquence bien longtemps.

A moins que la LFP ne souhaite finalement devenir une sorte de MEDEF du football, ou l’entre soi et le profit seraient érigés en valeurs sacrées.

 

 

 

Auteur : Evan Risch

Marseillais d'adoption, amoureux de Bielsa et du QI foot de Valère Germain

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Les derniers articles de la catégorie Ligue 1

  • pierrejeanpierre

    Et évidemment on peut faire confiance à ce monsieur pour être parfaitement objectif sur le PSG.

    • Evan Risch

      Le monsieur en question ne fait pas de son objectivité la condition première de son plaisir d’écrire.
      Si tant est qu’elle existe, l’objectivité n’est aucunement le but de ce papier et encore moins sa clé de voûte.
      Si vous êtes en quête de cette objectivité si cher à vos yeux, libre à vous d’aller lire les articles amorphes que l’on trouve un peu partout malheureusement.

Plus dans Ligue 1
Tifo OM PSG
APPodcast n°1: Le projet OM est-il mort né ?

Comme annoncé on a lancé notre podcast. Dans ce premier numéro on a parlé de l'OM et du projet McCourt-Eyraud...

garcia-zubizareta-eyraud
OM : La fin de leur monde

Les masques sont donc tombés du côté de la Canebière en l'espace d'un été seulement. Au niveau de jeu désolant...

rudi-garcia
Garcia, le coup de la panne

Pour impulser l’OM Champions Project, les dirigeants marseillais ont choisi de confier l’équipe à Rudi Garcia. Un choix audacieux au...

Fermer